Premier magasin parisien du réseau Oya Fleurs

Fleuriste, Oya Fleurs, Paris 15e (75)Le premier magasin parisien du réseau Oya Fleurs, groupe Flora Nova, a ouvert le mercredi 23 novembre au cœur du XVème arrondissement de Paris. Il marque une nouvelle étape dans le développement du réseau, axé sur les collections florales créatives et accessibles.

Décoratrice passionnée, Blandine Leïchlé-Ranché a décidé de poursuivre sa carrière dans l’art floral et de s’installer à Paris. Convaincue que l’art de la table et celui de la fleur se répondent harmonieusement, elle cherche à professionnaliser son projet, en trouvant les bons partenaires. Perfectionniste, elle étudie longuement les opportunités et décide d’entreprendre en franchise. Après une étude concurrentielle approfondie, elle est séduite par le concept Oya Fleurs, découvert au salon de la Franchise, ainsi que par les valeurs du réseau, portées par Eric Grelier et Benoît Ganem, dirigeants de Flora Nova. Leur approche très qualitative du métier de fleuriste, autant que les moyens mis au service des franchisés par le réseau, l’ont convaincue de l’avantage de bénéficier du soutien apporté par cette enseigne.

Blandine Leïchlé-Ranché, fleuriste, Oya Fleurs, Paris 15e (75)De l’enseignement du français à l’art floral, une reconversion réussie
Professeur de français, et diplômée d’animation florale, Blandine Leïchlé-Ranché se donne les moyens de sa reconversion, en travaillant pendant 2 ans dans un magasin de fleurs et en passant son CAP de fleuriste. Elle bénéficie aussi du cursus interne intensif Oya Fleurs, à Angers : « C’est une expérience formatrice et rassurante pour démarrer mon activité avec de vrais atouts. J’étais déterminée et j’avais besoin d’un encadrement stimulant, comme celui de l’enseigne. Artisan, on se heurte à des limites que l’enseigne permet de dépasser, en structurant son exercice».

Un emplacement stratégique
« Ouvrir ma propre affaire, après avoir testé l’auto-entreprise, m’a permis d’envisager un projet dans la durée. Trouver le bon local à Paris est compliqué et représente un investissement conséquent. J’avais une idée précise de la zone d’implantation, dans le XVème, rue Lecourbe, un quartier à fort pouvoir d’achat, avec et un grand flux de clientèle. Avec le service développement, il nous m’a fallu un an pour trouver et négocier le bon local, dans un arrondissement peuplé, au cœur d’une rue très commerçante, et sur un axe de circulation intense. Je vais également développer une clientèle d’affaires, et proposer des abonnements de décoration florale. Devant le magasin, j’installerai mon vélo customisé à l’image de l’enseigne avec lequel nous effectuerons les livraisons. Respectons la nature au cœur de la cité ! »

La créativité florale au cœur de Paris
Le magasin bénéficiera du dernier concept Oya Fleurs, avec sa décoration élégante et son large assortiment de fleurs, de bouquets et de plantes, dans le style purement Oya ! Chaque mois, les clients pourront aussi y découvrir une nouvelle collection florale créative, l’expression du savoir faire Oya Fleurs, inédit, ludique et accessible ! Pour les fêtes, les clients pourront choisir entre les collections Feuilles d’or et Goûter de Noël, avant d’être enthousiasmés par la collection Banquise en janvier, qui osera givrer les compositions ! « J’aime le soin tout particulier qui est apporté à l’harmonie entre les contenants, les accessoires et les végétaux, pour créer des compositions uniques et décoratives » se réjouit Blandine. Dans son magasin de 60 m2, elle réservera un salon de lecture cosy, pour que ses clients prennent le temps de faire une pause agréable chez elle en découvrant d’autres facettes de l’art floral qu’elle va faire rayonner.Un fleuriste innovant à découvrir absolument.

OYA FLEURS
112, rue Lecourbe, 75015 Paris.
Tél. : 01 43 48 09 44. Portable : 06 49 15 19 29.
Courriel : paris15-lecourbe@oya-fleurs.com
Horaires : lundi de 12h à 20h; mardi, mercredi et jeudi de 9h à 20h; vendredi et samedi de 9h à 20h30 ; dimanche de 9h à 15h.

Commentaire (1)

  1. jpp

    A vélo ou pas, sympathique ou pas, il suffit de visiter une serre de production florale pour se rendre compte à quel point les circuits de production de fleurs participent du désastre écologique ne cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 Partages
Partagez7
Tweetez
+1
Épinglez
Partagez