Archive journalières: 18 juin 2014

Petit spathiphyllum, mais profusion de fleurs !

Coupe de Spathiphyllum, Aracées, Paris 19e (75)
Au hasard des arrivages chez le fleuriste le plus proche de chez moi, j’ai craqué pour cette coupe de petit spathiphyllum portant une multitude de petites langues blanches puis vertes quand elles fanent. Et bien m’en a pris, car depuis que je l’ai, cette plante n’a cessé de renouveler ses fleurs.

Je lui ai trouvé une place près d’une grande baie vitrée, sans soleil direct, bien à la vue. Je peux facilement la nettoyer pour ôter les fleurs fanées qui verdissent et sèchent ensuite. Et je peux l’arroser sans problème. La plante semble se plaire, car elle produit des nouvelles feuilles et des fleurs en permanence. Bien mieux qu’un bouquet fleuri !

Je ne connais pas le nom de la variété de cette fleur de lune, peut-être Spathiphyllum ‘Petite’, mais qu’importe ! L’essentiel est qu’elle pousse et fleurisse bien.

À l’arrière plan sur la photo ci-dessus, vous apercevez quelques rameaux de mon philodendron ‘Piccolo’, en fait Raphidophora tetrasperma. Une autre plante d’intérieur robuste, facile à cultiver et pas trop encombrante. Et c’est aussi une plante de la même famille que mon spathiphyllum, deux Aracées.

Une amarante fournaise sur mon balcon

Amarante fournaise, Amaranthus tricolor 'Perfecta', sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
Les soldes ont commencé avant la date officielle dans certains magasins qui offrent déjà des réductions importantes. C’est ainsi que j’ai acheté ce pied d’amarante tricolore (Amaranthus tricolor ‘Perfecta’) vendu à moitié prix sur le quai de la Mégisserie. Et hop, planté sur mon balcon !

La plante commence à peine à prendre ses belles couleurs mêlant le crème, le jaune, le rose, le pourpre et le vert. Ambiance carnaval !

La pauvre plante est plutôt malmenée depuis sa plantation car un vent du nord-est souffle avec véhémence depuis quelques jours, bousculant tout sur mon balcon très exposé. Au fil des heures et des jours, certaines plantes prennent des allures penchées de plus en plus accentuées. Et cette brise désagréable qui chahute et dessèche tout ne donne guère envie de s’adonner au jardinage malgré le printemps finissant. Pénible !