2014, Année internationale de l’Agriculture familiale

Logo de l'Année internationale de l'agriculture familiale 2014
Premier secteur d’emploi au niveau mondial et produisant plus de 70 % de l’alimentation mondiale, les agricultures familiales sont au cœur des enjeux d’accès et de gestion des ressources, d’emploi, de lutte contre la pauvreté et d’alimentation.

L’agriculture familiale englobe toutes les activités agricoles reposant sur la famille, en connexion avec de nombreux aspects du développement rural. L’agriculture familiale permet d’organiser la production agricole, forestière, halieutique, pastorale ou aquacole qui, sous la gestion d’une famille, repose essentiellement sur de la main-d’œuvre familiale, aussi bien les hommes que les femmes. Dans les pays développés comme dans les pays en développement, l’agriculture familiale est la principale forme d’agriculture dans le secteur de la production alimentaire.

En quoi l’agriculture familiale est-elle importante ?
L’agriculture familiale et la petite agriculture sont liées de façon indissociable à la sécurité alimentaire mondiale.
L’agriculture familiale préserve les produits alimentaires traditionnels, tout en contribuant à une alimentation saine et équilibrée, à la conservation de la biodiversité agricole mondiale et à l’utilisation durable des ressources naturelles.
L’agriculture familiale peut être un moyen de stimuler les économies locales, surtout si elle est combinée avec des politiques spécifiques axées sur la protection sociale et le bien-être des communautés.

L’agriculture familiale protège la biodiversité
Tout au long de l’histoire, nous avons utilisé environ 7000 plantes pour combler les besoins de base. Aujourd’hui, cependant, plus de 150 espèces sont cultivées commercialement, dont 30 constituent 90% des calories dans l’alimentation humaine et seulement quatre (riz, blé, maïs, pomme de terre) représentent plus de la moitié de cet apport calorique. L’Agriculture Familiale, en plus d’être une source d’agri-diversité génétique, peut assurer sa conservation par l’utilisation de variétés de semences et de races animales autochtones bien adaptées aux divers environnements.

Journée dédiée à l’agriculture familiale sur le Salon International de l’Agriculture 2014 à Paris le mercredi 26 février.

Commentaires (2)

  1. jpp

    Tout à fait d’accord avec Nicole. Le mouvement de passage d’une agriculture familiale vers une agriculture capitalistique , déjà accompli aux Etats-Unis, s’accomplit chez nous de plus en plus. Je vois des paysans qui ont hérité de leur ferme la revendre, à cinquante ans, pour mener la belle vie sans la léguer à leurs enfants, chose impensable dans le onde rural il y a encore quelques décennies . Notons qu’une agriculture familiale ne garantit pas non plus la fourniture de produits sains !
    Mais je vois aussi de jeunes agriculteurs reconvertir une ferme de moyenne exploitation en petite exploitation de type céréales ou viande (à petite échelle)+maraîchage. A nous, même si ça paraît désespéré d’encourager ce mouvement via notamment les AMAP.

  2. nicole

    c’est un très beau discours; quant à le retrouver dans les faits ….. je discute souvent avec mon maraicher, à qui j’achète tous mes légumes cultivés de façon raisonnée, et entre les diverses obligations légales et la ruée des clients vers les légumes peu chers arrivant de l’extérieur de la rance, il est assez pessimiste …..les lois sur l’identification végétale en préparation chez nos rond-de-cuirs européens n’arrangeront pas les choses ….. regardez bien autour de vous, tout est fait pour encourager les grosses entreprises ….!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez