Palmier d’Hawaï

Palmier d’Hawaï

Potée de palmiers d'Hawaï, Salon du Végétal 2013, Angers (49)

De plus en plus fréquent dans les jardineries et chez les fleuristes, le palmier d’Hawaï (Brighamia insignis), malgré son nom commun, n’a rien en fait d’un palmier. Cette plante exotique proposée comme plante d’intérieur présente une tige succulente qui ressemble à un tronc surmonté d’un toupet de feuilles vert vif et de fleurs jaunes en trompette. Pas si facile que cela à réussir.

Le seul point commun avec un palmier, c’est le mode de croissance. Les nouvelles feuilles apparaissent au coeur de la rosette, en haut de la plante. Les plus anciennes finissent pas tomber, laissant une cicatrice très visible sur la tige plus épaisse à la base. Quand la plante se plaît, elle peut fleurir, donnant de grandes fleurs jaune pâle en forme de trompette au-dessus des feuilles.

Assez délicat, le palmier d’Hawaï a besoin de beaucoup de lumière sans soleil direct. Il n’apprécie pas les températures fraîches, le mieux étant de toujours le maintenir à plus de 10 °C, idéalement entre 18 et 25 °C. Dans nos intérieurs, cette plante exotique redoute l’air trop sec qui la rend très sensible aux attaques d’araignées rouges. Quand elles envahissent ce faux palmier, les feuilles peuvent toutes tomber, mettant en péril la survie de la plante. Le feuillage peut jaunir aussi quand la plante manque de lumière, quand elle a été soumise à un courant d’air froid ou à un excès d’arrosage. En fait, le moindre changement important stresse le palmier d’Hawaï qui réagit en perdant des feuilles.

Chez moi, ce sont les attaques à répétition d’araignées rouges qui ont fini par occire cette plante d’intérieur…

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

5 Comments

  1. Mireille 8 mars 2013 at 19 h 21 min

    Magnifique,dommage s’il est difficile à garder

  2. Mireille 8 mars 2013 at 19 h 16 min

    C’est superbe mais si ce n’est pas facile à garder….

  3. Alain Delavie 7 mars 2013 at 22 h 30 min

    Merci Mohair, mais je ne pourrai me libérer ce jour la. Les mardis sont des journées chargées pour mon travail… Merci pour l’invitation.

  4. mohair à Paris 7 mars 2013 at 21 h 06 min

    Je suis désolée de ne pas savoir comment vous faire parvenir l’invitation électronique,
    vous serez peut-être intéressé de découvrir des actions pour sortir la maladie mentale de son stigmatisation, chorale, et, en ce qui me concerne, un jardin dans un Centre Social de quartier.

    Madame, Monsieur,

    Dans le cadre de la Semaine d’Information sur la Santé Mentale, la Mairie du 15ème et le Conseil Local de Santé Mentale organisent, le mardi 19 mars à 17h45, à l’initiative de Catherine de KERVENOAEL et Jacques de ROTALIER, délégués de l’UNAFAM, une table-ronde sur le thème « Ville et Santé mentale».

    Ce sera l’occasion de donner la parole aux professionnels et à tous ceux et celles qui sont concernés par la souffrance psychique.

    Veuillez trouver ci-joint, le carton d’invitation en version électronique.

    Comptant sur votre présence, bien cordialement,

  5. mamiefanfan 7 mars 2013 at 11 h 14 min

    dommage que ce soit aussidélicat, j’en ai vu en fleurs et j’avoue que j’ai été trèstentée de l’acheter. C’était magnifique. mais quand j’ai vu les contraintes d’entretien j’ai renoncé.

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies and third party services. Oui