Archive journalières: 12 avril 2012

Bouquet printanier de renoncules

Bouquet de renoncules, MIN de Rungis (94)

Les saisons filant encore plus vite chez les fleuristes et dans les jardineries que dans nos jardins, il faut sans plus tarder profiter des bouquets de renoncules, fleurs de fin d’hiver et du début du printemps dans les arrivages de bouquets. Les variétés proposées en fleurs coupées sont souvent d’une beauté à couper le souffle.

Bouquet de renoncules, MIN de Rungis (94)

Craquantes, non ?

Jardin Secret, le nouveau macaron de Pierre Hermé : rose, vanille et clou de girofle…

Jardin secret, macaron de Pierre Hermé

Le moment est venu de découvrir (enfin !) le troisième macaron de la collection Les Jardins, création de Pierre Hermé. Cette nouvelle gourmandise a été baptisée Jardin Secret.

Avec la complicité de Jean-Michel Duriez, nez de la Maison Rochas, Jardin Secret est une création inspirée de la note florale de l’oeillet empruntée au répertoire de la parfumerie. Ce macaron repose sur l’association douce de la rose, de la vanille et du clou de girofle. Au palais, la rose attaque pour mieux se laisser enivrer par la vanille et le clou de girofle. Trio de goûts qui se perd dans une seule et même saveur secrète. (suite…)

Fruits momifiés sur l’arbre, danger !

Fruits momifiés sur un pommier fleuri au printemps, Parc André Citroën, Paris 15e (75)

Oubliés tout l’hiver sur les arbres fruitiers sensibles à la moniliose, les fruits momifiés sont très vite cachés au fur et à mesure que les fleurs et les feuilles éclosent. Mais ils n’en sont pas moins toujours sur les rameaux, à proximité de tous ces organes naissants qui sont souvent contaminés dès leur plus jeune âge…

Avec le printemps reviennent les maladies cryptogamiques (oïdium, moniliose, mildiou, etc.) que le vent et la moindre pluie vont disperser davantage. Hors le débourrage (éclatement des bourgeons de fleurs et de fleurs) offre de nombreuses « portes d’entrée » pour les champignons parasites qui peuvent ainsi contaminer les arbres fruitiers. C’est pourquoi il est conseillé de nettoyer les arbres pendant l’hiver pour ôter tous les fruits momifiés encore attachés aux branches ou tombés sous la ramure.

Fruits momifiés sur un pommier fleuri au printemps, Parc André Citroën, Paris 15e (75)

À ce stade il est déjà trop tard, le mal est fait. Mais on peut éviter une contamination encore plus importante des jeunes fruits qui vont vite se former en cueillant et éliminant les fruits desséchés, moins visibles malheureusement. Surtout pas de traitement même bio pendant la floraison, car il faut préserver les abeilles.

Poussière sur les chaussures… et les plantes !

Mahonia poussiéreux dans le parc Monceau, Paris 8e (75)

Non, ce n’est pas une nouvelle variété de mahonia au feuillage vert cendré, mais tout simplement un pauvre arbuste situé trop près d’une allée au sol poussiéreux et qui s’est retrouvé entièrement recouvert suite à un épisode prolongé de temps sec et venteux. Les belles chaussures cirées sont à peu près dans le même état ainsi que les bas du pantalon, mais c’est moins grave que pour les végétaux.

Mahonias poussiéreux dans le parc Monceau, Paris 8e (75)

Il va falloir quelques bonnes averses bien abondantes pour arriver à enlever la couche de poussière blanche qui s’est accumulée sur les feuillages. Ces mahonias poussent dans le parc Monceau (Paris 8e) dont les allées ont un sol poudreux qui marque tout passage quand le temps est bien sec. Un peu comme dans le jardin des Tuileries et bien d’autres parcs, squares ou jardins parisiens ou franciliens…

Mahonia poussiéreux dans le parc Monceau, Paris 8e (75)

L’accumulation de poussière sur les feuilles empêche fortement ces dernières de recevoir les rayons du soleil, indispensables pour la photosynthèse de la plante. Tant que le phénomène est provisoire, ce n’est pas gênant, juste moche. Mais si le temps sec dure trop longtemps, l’arbuste souffre d’un manque de lumière, même s’il est en plein soleil. Dure vie que celle des plantes de villes.