Archive journalières: 30 avril 2012

International Sunflower Guerrilla Gardening Day 1 May 2012

 

Allez-vous participer à la journée de la guérilla jardinière avec des tournesols qui se déroule chaque année le 1er mai ?

L’idée est simple, il suffit de semer des graines de tournesols dans les endroits autour de vous où ils auront des chances de pousser et de fleurir avec un minimum de soins de votre part ou de vos amis :

  • les massifs ou parterres de fleurs négligés,
  • les pieds des arbres non désherbés,
  • le bord des routes,
  • les friches urbaines,
  • les jardins négligés, délaissés dans votre voisinage,
  • et tout autre endroit où vous porte votre imagination.

Il faut rechercher un emplacement où les tournesols ne seront pas considérés comme des mauvaises herbes ou piétinés ou arrachés accidentellement.

Alors pour le 1er mai, muguet ou tournesol ?

 

Rouge nandina

Jeunes feuilles et pousses pourpre sur Nandina domestica dans le square Galliera, Paris 16e (75)

Il n’y a pas que les mahonias qui prennent des couleurs en ce début de printemps. Les bambous sacrés (Nandina domestica), tout du moins ceux qui n’ont pas trop souffert du froid de l’hiver dernier, se font remarquer à la fois par leurs grosses grappes de fruits rouges semblables à du corail et leurs nouvelles pousses, d’un pourpre intense.

Jeunes feuilles et pousses pourpre sur Nandina domestica dans le square Galliera, Paris 16e (75)

La pluie fréquente ces derniers jours a encore accentué la vivacité et la brillance des couleurs de ces arbustes si élégants. Pour les amateurs de couleurs, la variété ‘Richmond’ a davantage de fruits que l’espèce type et se colore encore plus tout en conservant le beau feuillage fin qui fait le charme de l’arbuste.

L’asperge blanche, légume de saison en avril

 Asperges blanches achetées sur le marché de Bitche, Paris 19e (75), légume de saison

L’asperge blanche arrive sur les étals des marchés et dans les rayons de légumes dès le mois d’avril. Sa saison se poursuit en mai et en juin.

Tendre, délicate, légère, l’asperge annonce l’arrivée du printemps et des beaux jours. Hier j’ai craqué sur mon marché pour quelques poignées d’asperges blanches. Aussitôt achetées, aussitôt enveloppées dans un linge humide et gardées au réfrigérateur toute la journée jusqu’au soir. Aussitôt cuites, aussitôt dégustées, encore tièdes. Fondantes à souhait, délicieuses… Mais je préfère quand même les asperges vertes, plus gouteuses.

L’Île-de-France a été une région de la culture de l’asperge et continue encore un peu avec quelques producteurs qui maintiennent cette production.

L’asperge d’Argenteuil
Consommée depuis le début du XVIIIème siècle, les asperges devaient être « grosses, tendres, vertes et cultivées dans les jardins ».
Au XIXème siècle, les asperges vertes cèdent la place aux grosses asperges blanches. Ce changement est du en grande partie à M. Lhérault-Salboeuf à Argenteuil (Val d’Oise), qui perfectionna la culture de l’asperge dès 1930. Il est à l’origine d’une race sélectionnée : l’asperge améliorée tardive dite « d’Argenteuil », caractérisée par ses énormes turions et sa productivité.
La culture des asperges a aujourd’hui disparu d’Argenteuil, mais cette variété existe toujours grâce à quelques agriculteurs qui en maintiennent la culture en Ile-de-France.
(suite…)