Cormes et cormier (Sorbus domestica)

Le cormier a un port érigé avec un feuillage léger, son bois présente une grande valeur et ses fruits étaient appréciés autrefois. Des fruits en forme de petites poires vertes puis jaunes de plus en plus teintées de rouge, brunes et blettes après les premières gelées.

Cormier (Sorbus domestica) dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)
Cormes sur un cormier (Sorbus domestica) dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)
Les fruits sont riches en tanin. Ils étaient utilisés pour clarifier le vin et le moût de pomme, pour rehausser l’arôme et améliorer la conservation, et pour distiller une eau-de-vie. On faisaient aussi des confitures et de la farine avec les cormes qui se sèchent aussi très bien.

Cormes sur un cormier (Sorbus domestica) dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)Cormes sur un cormier (Sorbus domestica) dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)Cormes sur un cormier (Sorbus domestica) dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)
Sorbus domestica
est tombée dans l’oubli au cours des derniers siècles. Au nord des Alpes, cette essence est même devenue rare. C’est pourtant un arbre élégant, aux grandes feuilles vertes très découpées qui lui donnent un aspect plus léger.

Cormier (Sorbus domestica) dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)

La ressemblance des cormes avec les poires est trompeuse. Mais gardez-vous de croquer dans les fruits rebondis et rougeoyants, car ils sont plutôt astringents. Comme les nèfles, le froid atténue leur amertume.

Cormier (Sorbus domestica) dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)

Le cormier est un arbre de grande taille (10 à 20 m de hauteur). Au printemps, sa floraison blanche est très attractive et mellifère. L’abondante fructification est décorative et nutritive pour les oiseaux. Autre atout de ce bel arbre, sa coloration automnale flamboyante. Vous pouvez en admirer de beaux sujets dans l’Arboretum de Chèvreloup à Rocquencourt (Yvelines).

Le saviez-vous ?
Le cormier a un un bois de grande qualité, de couleur rouge-brun, très dur, avec un grain fin. Il est très recherché par les ébénistes qui l’utilisent principalement pour des usages artisanaux en lutherie (mécanisme de piano, réfection d’orgues, instruments à vent, etc.), en marqueterie, en placage de luxe et pour la fabrication d’instruments de dessin et de mesure.

Commentaires (11)

  1. Arnould

    Quelques nouvelles de ces deux cormiers. Comme ils sont idéalement placés et jeunes, ils sont en pleine croissance. Il y a d’ailleurs une petite erreur ci-dessous. Revoici les circonférences à 1,30 m de hauteur:

    Cormier « à pommes »: avril -> 1,33 m / septembre -> 1,37 m
    Cormier « a poires »: avril -> 1,01 m / septembre -> 1,03 m

    Alors je n’ai peut-être pas pris les mesures tout à fait de la même façon ce printemps et cet automne, mais c’est une bonne indication de la vitesse de croissance de ces jeunes arbres.

    Le cormier « à pommes » a encore toutes ses feuilles et de nombreux fruits en hauteur, mais moins qu’il y a deux ans. Ses branches basses qui descendaient jusque par terre ont été coupées à mi-longueur certainement pour le passage du tracteur pour faucher l’herbe. Il y a déjà des repousses au bout de ces branches coupées.

    Le cormiers « à poires » a déjà perdu beaucoup de feuilles et n’a pas fait beaucoup de fruits cette année. Je ne m’explique pas cette différence de vitalité qui s’exprime aussi par les différences de vitesse de croissance. Ceci étant, le printemps a été pourri cette année, d’où peut-être un peu moins de fruits en général.

    Enfin, puisque ces cormiers ne sont pas indiqués par un panneau, ils se trouvent de l’autre côté du chemin par rapport aux érables, panneau No 34. Et leurs coordonnées GPS qu’il est possible de copier/coller dans G… maps par exemple sont:

    48 49 28.11N 2 06 35.0E

    (JPP, si un jour tu repasses ici: comment va le cormier de Culmont-Chalindrey?)

  2. Arnould

    Je viens de retourner voir les jeunes cormiers de l’arboretum de Chevreloup qui sont photographiés dans l’article ci-dessus puisque l’arboretum vient de rouvrir au public le WE dernier. Ces arbres n’ont pas encore de feuilles. L’arbre qui fait les petites pommes jaunes n’est pas un hérisson, je me suis trompé, simplement ses branches basses retombent presque jusqu’à par terre, certainement dû au poids des fruits en fin d’été. Et avec les feuilles ça m’avait induit en erreur, mea culpa! Pour info, ce jour:

    – l’arbre qui fait des « pommes » planté en 1985 fait 1m31 de tour à 1m30 de hauteur,
    – l’arbre qui fait des « poires » planté en 1990 fait 1m01 de tour à 1m30 de hauteur.

  3. Arnould

    J’ai bien trouvé le cormier de Rueil-Malmaison. C’est un magnifique cormier forestier. Je suis passé trois fois devant sans le voir, alors que j’avais les coordonnées GPS et mon « smart » téléphone. Car en effet c’est le seul cormier référencé dans les 2442 arbres remarquables des Hauts-de-Seine qui sont tous donnés avec leurs coordonnées (je n’ai vu ça qu’après mon commentaire ci-dessous).

    https://opendata.hauts-de-seine.net/jeu-de-donnees/arbres-remarquables-du-territoire-des-hauts-de-seine-hors-proprietes-privees

    J’ai fini par le trouver en suivant un conseil trouvé dans la littérature allemande pour que les forestiers n’abattent pas des cormiers à la place de chênes. En hiver, en cas de doute regarder le sol, si vous voyez de nombreuses petites tiges, ce sont peut-être les tiges centrales des feuilles de cormiers. Gratter un peu et il est possible de trouver les folioles des feuilles. Bingo!

    Pour les coordonnées GPS du cormier du Perray-en-Yvelines, je peux les donner. Merci de m’appeler au 06/Oise/Var/Savoie/Ille-et-Vilaine (remplacer les départements par leurs numéros).

  4. Lagarde Jean-Claude

    Avant de se déplacer au Perray-en-Yvelines, mieux vaudrait savoir avec précision la position du grand cormier, ou peut-on demander à la mairie?.
    Idem la superbe plaquette des Amis de la Vallée de la Bièvre « La biodiversité dans la Vallée de la Bièvres » éditée en Janvier 2016 : ISBN 914-2-95091A2-2-6 annonce la présence de cormiers à Bièvres, sans préjudice d’autres lieux, les classant « Espèces végétales déterminantes ZNIEFF », mais nulle précision sur leur position.
    Pour être moderne et pour celui de la Malmaison mon Tomtom donnait 48° 50’ 52.28 N et 2° 09’ 44.14 « E.

  5. Arnould

    Alors là quelle coïncidence! J’habite à Rueil-Malmaison et je vais la semaine prochaine aller trouver ce cormier. Je vois où c’est mais je suis passé de nombreuses fois à côté sans le voir car à vélo…

    Autrement il y a dans la région parisienne un des plus beaux et majestueux cormiers de France, certainement le plus beau si on se restreint aux cormiers forestiers, au Perray-en-Yvelines. Présentation de cet arbre ici:

    http://floredesenlisse.hautetfort.com/archive/2015/09/25/le-cormier-ou-sorbier-domestique-rosacees-5690113.html

    Et il y en a d’autres. J’ai maintenant accumulé assez d’informations pour démarrer un blog spécial cormier!

  6. Lagarde Jean-Claude

    Un vieux et grand cormier en forêt de la Malmaison, au bout du parking de l’Avenue de la forêt. Comme attendu sur une butte. A un ancien carrefour de chemins maintenant déplacé pour construire l’allée des voitures. Un nouveau chemin a malheureusement été ouvert à quelques mètres. On distingue son tronc des nombreux chênes alentour parce qu’il est un peu plus foncé, mais surtout grâce à la chute de fruits pyriformes en Automne. Deux mètres de circonférence à 1m30 du sol, donc environ 150 ans, aurait été planté vers 1870. Précisément cette forêt aurait été réaménagée en 1873, suite à la guerre.

  7. Arnould

    Comme vous voyez d’après les commentaires ci-dessous je m’intéresse aux cormiers depuis un certain temps. Le cormier qui a petits fruits jaunes en forme de pommes est extraordinaire. En général un cormier dispose d’un vrai tronc, puis du houppier. Ici on a une sorte de hérisson avec des branches de bas en haut. Depuis la photo cet arbre s’est bien développé, et il est maintenant devenu presqu’impossible de toucher le tronc. J’ai vu quelques cormiers, mais jamais comme celui-ci.

  8. Arnould

    OUPS! Pardon, dans mon message précédent ci-dessous, ce ne sont bien évidemment pas de diamètres dont il s’agit, mais bien de circonférences!!!

    Autrement, depuis mon dernier message, je confirme, il y a bien quelques cormiers anciens dans la grande région parisienne.

  9. Arnould

    Grâce aux journées portes ouvertes des 6/7 juin à l’arboretum de Chevreloup, je confirme, il y a encore des cormiers plus anciens dans la régions parisienne, en l’occurrence dans la partie normalement fermée au public de l’arboretum. Un sujet de 2m70 et un de 1m57 de diamètre. Peut-être que c’est Marie-Antoinette elle-même qui les a plantés? En effet l’arboretum faisait partie des jardins du chateau de Versailles jusqu’en 1927…

  10. Arnould

    Bonjour,

    J’ai été voir les cormiers de l’arboretum de Chevreloup. Ils sont jeunes. Je dirais entre 20 et 30 ans. Y-t-il encore des cormiers plus vieux dans la région parisienne?

    Et pour jpp: il grandit le cormier de Culmont Chalindrey? (je connais, je suis passé souvent en train pour aller en Suisse, mais maintenant c’est TGV…)

    Arnould

  11. jpp

    J’ai planté un cormier dans mon verger de Culmont Chalindrey (Haute-Marne).J’espère voir un jour les fruits…Comment les appellent-on ? Des cormes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.