Archives de mots clés: 78

Fête de la Biodiversité et son Salon du Livre au ZooSafari de Thoiry

Affiche de la Fête de la biodiversité et son salon du livre, ZooSafari de Thoiry, septembre 2018
Le ZooSafari de Thoiry accueille la Fête de la Biodiversité et son Salon du Livre le samedi 22 septembre 2018. Présidée par Présidés par Jean JOUZEL, climatologue, glaciologue, lauréat du prix Vetlesen, membre de l’Académie des sciences. Et avec la participation exceptionnelle de Jean-François Clervoy (E.S.A).

« La fête de la biodiversité & son salon du livre » aura lieu au Château, à l’Orangerie et au Jardin d’Automne. De 10h à 19h, près de quarante auteurs, reconnus pour promouvoir la biodiversité dans leurs domaines respectifs, présenteront leurs ouvrages et offriront leur savoir lors de cafés littéraires et tables rondes, animés par des journalistes professionnels. L’interactivité du public leur fournira des opportunités de dialogues correspondant aux sujets d’intérêts des adultes et enfants.

Programme de la Fête de la biodiversité et son salon du livre, ZooSafari de Thoiry, septembre 2018Sujets des cafés littéraires
Plantes et jardins / Marie CURIE, Femme écologiste en 1914 / Les Bishnoïs ; 1ère Société éco citoyenne de la Planète / Causes et effets du changement climatique / Combat contre la pollution / Les enjeux de la biodiversité / Nourrir le Monde ! / Art animalier, intelligence de l’animal.

A 16h, inauguration de l’unité de méthanisation

Réalisée par Colomba de La Panouse Turnbull via sa Société Thoiry Bioénergie et assistée de Sylvie Fleury, ingénieur, l’unité de méthanisation récupère les déchets organiques de la région pour produire du biogaz issu de leur fermentation et le transformer en biométhane. Avec le soutien de GRDF, l’énergie verte fournie alimentera le Safari et Zoo, le Château, l’orangerie et 9 Villages avoisinants (dont Thoiry).

Logo du ZooSafari de ThoiryInformations pratiques
ZooSafari de Thoiry, château et orangerie, rue du Pavillon de Montreuil, 78770 Thoiry.
Tarif de l’entrée de la Fête de la Biodiversité et du Salon du Livre : 2 €/adulte et 1,50 €/enfant.
Parkings gratuits, nombreux endroits de pique-nique, restaurations accessibles aux visiteurs munis de billets ou passeports d’accès au Parc, ainsi qu’au village de Thoiry.

Fleurs en Seine les 15 et 16 septembre 2018, Les Mureaux (78)

Affiche de la manifestation Fleurs en Seine, Les Mureaux (78), septembre 2018Intégrer une pointe d’exotisme dans un jardin au nord de la Seine pourrait être un défi. Les 15 et 16 septembre 2018, les spécialistes invités par la manifestation francilienne Fleurs en Seine prouveront qu’il est possible d’apporter couleur et originalité grâce aux succulentes, des plantes grasses faciles à vivre.

Le week-end prochain, direction l’ouest de Paris pour participer à la 15ème édition de la grande fête des plantes de la rentrée qui réunit chaque année 15 000 visiteurs et plus de 90 exposants. Parrainé par Christophe Rioux, universitaire, journaliste et écrivain originaire des Mureaux, Fleurs en Seine propose cette année un programme qui invite au voyage et à la curiosité. La thématique « Exquises succulentes » met en scène Madagascar, pays invité et territoire à la végétation remarquable dont les espèces ornementales ont contribué au développement de l’horticulture à travers le monde.

Différentes animations permettent de découvrir cette flore insolite. Christophe Rioux partage ses souvenirs de voyages d’exploration à Madagascar et livre son témoignage lors d’une conférence intitulée « Éloge des plantes ». La section Cactées et Succulentes de la SNHF propose une exposition de plantes caractéristiques et l’Arboretum de Versailles Chèvreloup expose une sélection de plantes de son exceptionnelle collection. De nombreuses animations et ateliers sont organisés avec notamment les précieux conseils de Claude Bureaux, ancien chroniqueur jardin sur France Info et Maître jardinier au Jardin des plantes de Paris.

Informations pratiques
Les 15 et 16 septembre 2018
De 10h à 19h le samedi, de 10h à 18h le dimanche.
Entrée et parkings gratuits.

Parc de l’Oseraie, bords de Seine, Les Mureaux (78).
Brouettes à disposition. Buvette et restauration sur place.
Renseignements sur www.fleursenseine.fr et aussi www.facebook.com/fleurs.enseine

Un dîner gastronomique signé Cuillère d’Argent au Potager du Roi les 7 juillet et 25 août 2018

Cuillère d'Argent, dîners gastronomiques, Le Potager du Roi, Versailles, été 2018Spécialement concoctées par le traiteur Cuillère d’Argent, les Nocturnes du Potager du Roi nous invitent à découvrir un dîner gastronomique et historique dans le célèbre potager de Louis XIV.

Inspirée des recettes servies à la table du Roi Soleil, Cuillère d’Argent sublime la haute gastronomie en sélectionnant des fruits et légumes déjà très appréciés du monarque et fraîchement cueillis le matin même dans le potager royal. Goût, saveurs, formes et couleurs sont au rendez-vous pour déguster sur un fond de musique baroque, des créations culinaires délicates dans un lieu d’exception !

2 soirées au choix au coeur du XVIIe siècle
Samedi 7 juillet 2018, dîner nocturne contemplatif
94,90 € TTC par personne
Promenade musicale dans le potager et dîner
De 20h30 à minuit (durée approximative)

Samedi 25 août 2018, dîner spectacle nocturne
109,90 € TTC par personne
Promenade musicale dans le potager, danse, jonglerie, spectacle de feu par la Compagnie Agartha et dîner
De 20h30 à minuit (durée approximative) (suite…)

Exposition « Jardin de mémoires, L’art du partage » au Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

Exposition "Jardin de mémoires, L’art du partage" au Domaine national de Saint-Germain-en-Laye
À l’initiative de l’association Arts Convergences qui organise différentes actions pour les personnes souffrant de maladies psychiques, Éric Le Maire, Charles-Édouard de Surville, Carole Baudon et Vanessa de Ternay avec des collectifs d’artistes de Versailles, Trappes, Rambouillet et Saint-Germain-en-Laye proposent une promenade sensorielle dans le Domaine national.

Des créations in situ, des œuvres éveillant les sens (bruissement du vent, battement d’ailes, timbre d’une voix) dialoguent avec les alignements et les perspectives données par les jardins et font de cet espace paysagé remarquable un creuset de mémoires, un dialogue expérimental entre le vu et le vécu, entre le réel et l’imaginaire, entre l’héritage collectif et l’expérience individuelle.

Après « Les nouvelles folies françaises » pendant l’année Le Nôtre en 2013, après le festival des douze vents de l’artiste japonais, Toshiaki Tsukui en 2016, le Domaine national s’ouvre à nouveau à la création contemporaine. Cette démarche portée par les équipes en charge des expositions, des jardins et des publics traduit l’engagement de l’établissement en faveur de l’accès des personnes malades ou en situation de handicap à la création artistique et au patrimoine.

Un jardin de mémoires au service d’une certaine idée de l’accès à la culture fondée sur le partage, dont les prochaines Journées européennes du patrimoine (15 et 16 septembre 2018) se feront l’écho.

Cette exposition placée sous le patronage de Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées, a reçu le soutien de la DRAC Ile-de-France et de l’ARS Ile-de- France dans le cadre du programme Culture & Santé et celui de l’Académie des Beaux-Arts.

Informations pratiques
Le Domaine national de Saint-Germain-en-Laye est ouvert tous les jours de 8h à 20h30 en juillet et en août et de 8h à 19h30 en septembre.
Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye
Château, place Charles de Gaulle, 78100 Saint-Germain-en-Laye.
Tél. : 01 39 10 13 00.

RER : ligne A, station Saint-Germain-en-Laye située devant le château (20 mn depuis Charles-de-Gaulle-Étoile).
Autobus : ligne 258 depuis La Défense.
En voiture par l’autoroute de l’Ouest A13, la RN 190, la RN 13, la N 186.

Grand plantain pourpre, graphique et décoratif

Grand plantain pourpre (Plantago major 'Rubrifolia'), Jardin de La Grenouillère
Spectaculaire avec ses larges feuilles gaufrées et empourprées, ce plantain (Plantago major ‘Rubrifolia’) n’a plus rien d’une mauvaise herbe et mérite une plus large place dans nos jardins, voire même en pot sur nos balcons et nos terrasses.

Grand plantain pourpre (Plantago major 'Rubrifolia'), Jardin de La GrenouillèreLe feuillage opulent prend différentes nuances de vert et de pourpre, avec un aspect métallique bien particulier.

Cette plante vivace est bien rustique. Elle apprécie un emplacement ensoleillé et un sol qui reste frais pendant la belle saison. Bien installée, elle se ressème fidèlement dans le jardin.Et oui, c’est un plantain quand même !

Exposition « Jean Cotelle , 1646-1708. Des jardins et des dieux » au château de Versailles

Du 12 juin au 16 septembre 2018, au Grand Trianon, exposition consacrée à Jean Cotelle, peintre du XVIIeme siècle
L’exposition « Jean Cotelle, 1646-1708. Des jardins et des dieux » est la première consacrée à ce peintre du XVIIe siècle, disparu des mémoires, et qu’il est temps de redécouvrir dans le Grand Trianon à Versailles (Yvelines).

L’ensemble de sa carrière sera présentée, avec en point d’orgue son oeuvre la plus illustre : la galerie qui porte son nom au Grand Trianon. Il y a représenté les plus beaux bosquets du premier jardin de Louis XIV, conçu par André Le Nôtre. Ces toiles constituent aujourd’hui une référence majeure dans la représentation des jardins à la française, et dans la connaissance des jardins de Versailles. Plus d’une centaine d’oeuvres seront exposées : peintures, dessins, gravures, miniatures et sculptures provenant de collections publiques et privées.

Des restaurations d’oeuvres
Les 24 tableaux de la grande galerie dite Cotelle constituent un témoignage précieux de l’état des jardins sous le règne de Louis XIV. Certaines de ces oeuvres nécessitaient une restauration urgente. Cette opération a pu être menée grâce au concours de nombreux mécènes (la Société des Amis de Versailles et des mécènes particuliers), dans le cadre de la campagne « Adoptez un tableau de la galerie des Cotelle » lancée en 2013. Ainsi le public pourra découvrir, lors de l’exposition, ces chefs d’oeuvre de la peinture du XVIIe siècle dans toute leur beauté retrouvée. Un film diffusé dans l’exposition dévoilera aux visiteurs les coulisses de cette restauration de grande ampleur. Ils assisteront, au côté des restaurateurs, à la redécouverte de la fraîcheur des coloris des tableaux, en particulier pour les figures, et de la délicatesse du dessin des bosquets.

Le parcours de l’exposition
Jean Cotelle, le peintre des bosquets de Versailles
À partir de 1687, la décoration du Trianon de marbre, résidence de plaisance, retirée de la Cour, ouvre la voie à une nouvelle génération de peintres, pour laquelle priment la recherche de l’agrément et la représentation de la nature. L’un de ces artistes est Jean Cotelle. Très apprécié à son époque, il se voit confier l’essentiel de la décoration de la grande galerie, soit vingt et un tableaux probablement exécutés entre 1688 et 1691. Pour ce lieu, long de près de 53 mètres et rythmé par 16 grandes baies donnant sur les jardins, l’artiste opte pour des toiles de format vertical. Elles représentent chaque bosquet des jardins de Versailles agrémenté de personnages tirés de la mythologie ou des fables, disposés en deux registres (terrestre et céleste), et prenant modèle sur les paysages bucoliques du peintre bolonais l’Albane.
Ce cycle, complété par trois peintures de Jean-Baptiste Martin et d’Étienne Allegrain, constitue un ensemble unique, révélateur du goût de Louis XIV pour ses jardins. En écho à ces toiles, seront présentées quatorze gouaches commandées à l’artiste et représentant en miniature les mêmes scènes que les grands formats. De plus, des sculptures en plomb évoqueront le décor de certains bosquets disparus du jardin de Versailles, comme le bosquet du Labyrinthe, ou encore le bosquet des Dômes, largement détruit.

Jean Cotelle, une carrière riche
L’exposition abordera aussi l’ensemble de la carrière de l’artiste et toutes les autres facettes de son talent. Fils d’un décorateur et ornemaniste, Jean Cotelle se forme probablement chez le portraitiste Claude Lefèvre. Après un long séjour en Italie, il rentre à l’Académie royale de peinture et de sculpture en tant que miniaturiste. Il est chargé d’illustrer les Campagnes de Louis XIV. Bénéficiant d’un certain renom, il est appelé par Monsieur, frère du Roi, pour décorer vers 1680 le cabinet des bijoux, aujourd’hui disparu, au château de Saint- Cloud. L’artiste est également de ceux qui reçoivent la commande d’un May pour Notre-Dame de Paris, Les Noces de Cana. En 1693, il quitte Paris pour Marseille où il devient directeur adjoint de l’Opéra et où il décore le plafond de l’Hôtel de Ville. Ses talents de décorateur le conduisent à participer aux décors éphémères pour l’entrée du duc de Bourgogne et du duc d’Anjou en Avignon. De retour à Paris en 1703, sa carrière semble alors plus discrète.

Commissariat de l’exposition : Béatrice Sarrazin, conservateur général au château de Versailles, en charge des peintures du XVIIe siècle.
Scénographie : Nicolas Groult, Valentina Dodi.
Catalogue de l’exposition : Co-édition château de Versailles / éditions Liénart. Sous la direction de Béatrice Sarrazin.
(suite…)