Archives de mots clés: Calendula

Soucis (Calendula), de la couleur sous la pluie

Soucis à fleurs doubles, parc de Bagatelle, Paris 16e (75)
La grisaille et les pluies continuent sur Paris et l’Île-de-France donnant à ce printemps un air d’automne avant l’heure. Heureusement, malgré la fraîcheur qui retarde la végétation, certaines fleurs résistent et nous prodiguent une couleur pleine de bonne humeur, comme ces soucis, insensibles aux intempéries.

Soucis à fleurs doubles, parc de Bagatelle, Paris 16e (75)
Des jolis petits soleils éclatants réjouissants à contempler…

Bonne fin de semaine !

Le souci, soleil de l’hiver parisien

Souci (Calendula) en fleur dans le cimetière du Père Lachaise en hiver
Le souci est presque toujours présenté comme étant une fleur annuelle, alors qu’à Paris, les pieds passent les hivers et ne cessent de fleurir à longueur d’année. Au coeur de la mauvaise saison, les grandes marguerites vivement colorées dénotent dans le paysage urbain et apporte une touche de couleur joyeuse, même quand la grisaille persiste.

Souci (Calendula) en fleur dans le cimetière du Père Lachaise en hiver, Paris 20e (75)
Le saviez-vous ?
Les capitules du souci s’ouvrent à l’aube et se referment au crépuscule.
Le nom commun, souci, dérive du latin solsequia,  qui signifie « qui suit le soleil ».
Les « fleurs » (en fait des inflorescences) sont riches en nectar. La longue floraison du souci permet aux abeilles d’avoir une source de nourriture supplémentaire en dehors de la belle saison. Une jolie fleur très utile !

Soucis de janvier

Souci fleurir en plein hiver dans la rue d'Aubervilliers, Paris 18e (75)
Au gré de mes balades parisiennes, je continue à photographier les quelques fleurs d’été qui jouent les prolongations et apportent de la couleur dans notre quotidien souvent gris et brumeux, ou plus encore pluvieux. Cette fois-ci j’ai rencontré quelques beaux soucis.

Souci fleurir en plein hiver dans la rue d'Aubervilliers, Paris 18e (75) (suite…)

Le syrphe et le souci

Syrphe sur un souci, Paris 15e (75)

Semblable à une guêpe, cette mouche visite les fleurs pour se délecter de leur pollen et de leur nectar. Cet insecte est très utile car il est aphidiphage (consommateur de pucerons) à l’état larvaire et pollinisateur à l’état adulte.

Une larve de syrphe se nourrit en moyenne de 30 à 40 pucerons par jour, mais elle peut en tuer jusqu’à 300 en une nuit. Une aide précieuse pour le jardinier !

Souci ébouriffé

Souci (Calendula), cimetière du Père Lachaise en été

J’ai craqué pour l’orange safran exceptionnel de cette fleur de souci installée dans les massifs d’été du cimetière du Père Lachaise (Paris 20e). Avec en plus un petit côté ébouriffé qui lui donne moins l’air trop régulier d’autres soucis plus classiques qui n’en déméritent pas pour autant.

Une belle couleur pleine d’énergie !