Archive journalières: 15 mai 2015

Colloque « Les jardins d’artistes au XIXe siècle en France et en Europe »

Maison de Chateaubriand, La Vallée-aux-Loups
Les 18 et 19 mai 2015, le Département des Hauts-de-Seine organise un colloque « Les jardins d’artistes au XIXe siècle en France et en Europe », avec le soutien de l’ICOMOS France et de la Fondation des parcs et jardins de France.

De la Vallée-aux-Loups aux jardins de George Sand ou de Goethe, la première journée intitulée « les artistes, le jardin et les plantes » évoque des sites célèbres et s’attache au sentiment romantique de la nature. Les échanges du lendemain abordent ces jardins aujourd’hui : les usages contemporains, les modes de gestion, les projets de restauration à partir là encore d’exemples concrets : le parc de Goethe à Weimar, le parc de Nohant ou le jardin de Jean-Henri Fabre…

Hauts-de-Seine Le Département, colloque "Les jardins d'artistes au au XIXe siècle en EuropeUn rendez-vous dédié aux spécialistes, jardiniers, historiens, paysagistes, et aux passionnés de l’art des jardins.

(suite…)

Premières fleurs de ma tomate ‘TomTato’

Grappe de fleurs sur mon pied de tomate 'TomTato' sur mon balcon au printemps, rue de Nantes, Paris 19e (75)
Mon pied de tomate ‘TomTato’ pousse à vue d’oeil en prenant à la fois de la force et de la hauteur. Les deux premiers bouquets de fleurs sont déjà apparus alors même que la lune rousse n’est pas encore tout à fait terminée.

Grappe de fleurs sur mon pied de tomate 'TomTato' sur mon balcon au printemps, rue de Nantes, Paris 19e (75)
Les températures ne sont pourtant pas exceptionnellement chaude, mais cette tomate greffée sur une pomme de terre montre une belle vigueur. Je ne l’ai pourtant jamais protégée ni traitée.

Lis doublement attaqués

Lilium 'Tiny Double You' prêt à fleurir et grignoté par les othiorhynques sur mon balcon au printemps, rue de Nantes, Paris 19e (75)
À peine sorties de terre, les jeunes pousses de mes lis ‘Tiny Double You’ ont été attaquées et grignotées par des criocères que je me suis empressé d’exterminer avec un insecticide biologique (et en écrasant ceux aperçus). Hier en m’approchant de la potée pour mieux observer les feuilles nouvellement échancrées, j’ai trouvé un othiorhynque. Double punition pour ces pauvres lis pourtant prolifiques et florifères.

Je n’ai plus qu’à commander des nématodes (Heterorhabditis) pour tenter d’éliminer ces charançons décidément difficiles à faire partir. Cette fois-ci je vais traiter toutes les potées et les jardinières.