Faisons provision de feuilles mortes

Accumulation de feuilles mortes sur un banc et sur le sol dans le Parc Monceau en automne, Paris 8e (75)

Elles tombent et jonchent les trottoirs et le sol, dans les allées, les parterres ou les planches, sur la pelouse, partout elles s’accumulent au gré du vent. Les feuilles mortes sont partout, en veux tu en voilà ! Tant mieux, car ces feuilles tombées valent de l’or pour les jardiniers.

Matériau naturel gratuit et souvent abondant, les feuilles qui tombent des arbres et des arbustes caducs sont une source importante de matières organiques. En se décomposant sur le sol, elles favorisent le développement de la microfaune et contribuent à l’enrichissement de la terre en humus. Sèches, elles constituent un excellent paillis protecteur contre le froid qu’il faut toutefois bien fixer car la moindre rafale de vent à vite fait de le disperser.

À éviter : les feuilles mortes des marronniers contaminés par la mineuse, celles des arbres malades (arbres fruitiers et rosiers notamment), l’accumulation dans le bassin, sur la pelouse ou dans les gouttières.

Commentaires (9)

  1. Catherine Delhom

    éteignez vos incinétrateurs, laissez les sacs au placard, je suis preneuse de vos feuilles !!!

  2. Alain of Paris (Auteur de l'article)

    IL faut monter un tas de compost suffisamment volumineux pour provoquer une forte élévation de température supérieure à 50°C. Mélanger les feuilles avec des tontes, des déchets verts assez humides. Et remuer le tas pour activer la décomposition et faire monter la température.

  3. jpp

    L’incinérateur est une solution mais vu le volume que nous avons , il nous faudrait un gros et du temps pour l’alimenter.

  4. Mireille

    Je prévois justement d’aller en ramasser tantôt afin de protéger mes boutures de rosiers ,j’ajouterai un peu de terre au dessus pour maintenir le tout en place.
    Ici les ouvriers communaux les ramassent et le tout va au parc à conteneurs pour composter.

  5. nicole

    feux interdits même dans un incinérateur ?

  6. jpp

    Outre le complément du compost (composante carbone) et les paillis , les feuilles nous procurent à ST-S environ 2 m3 de terreau chaque année.
    Note sur les feuilles de marronniers :
    1/ Seules sont contaminées les feuilles d’Octobre (avant, la larve fait son cycle entier et n’hiberne pas dans la feuille.
    2/ Qu’est-ce qu’on fait des des feuilles d’Octobre quand les feux sont interdits et qu’on ne peut pas se payer un camion pour la décharge ?
    3/ La larve est détruite par une température relativement pas très élevée (40°)

  7. mamiefanfan

    Nicole, c’est partout pareil dans nos banlieues. !!!!!

  8. nicole

    à éviter aussi les feuilles entassées dans les caniveaux, un peu beaucoup polluées par les voitures …. mais quand je vois tous ces jardiniers, dans ma banlieue, entasser les feuilles mortes dans des sacs destinés à l’enlèvement des déchets verts, ça me navre ….. après qu’ils les aient réunies à l’aide d’un souffleur, alors que, pour le même bruit et le même temps, un petit passage de tondeuse….. et le dépôt des broyats sur les plate bande est un jeu !

  9. Anne

    Mais alors dans ce cas, pourquoi certains « jardiniers » s’obstinent-ils à les enlever à grand renfort d’insupportables souffleurs pour les mettre dans des sacs poubelles ? Argh !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Partages
Partagez1
Tweetez
+1
Enregistrer1
Partagez