Archive mensuelles: novembre 2010

Première neige et vague de froid sur Paris

Première grande offensive du froid avec déjà la première neige de la saison sur Paris hier matin. Surprise en ouvrant les volets, le balcon était blanc, les jardins aux alentours aussi…

Paris sous la neige

Première neige sur mon balcon, 29 novembre 2010, photo Alain Delavie

Paris sous la neige

Première neige sur mon balcon, 29 novembre 2010, photo Alain Delavie

Juste une fine couche de neige, qui n’a pas tenu sur les trottoirs et dans les rues, mais qui a couvert les jardins d’un petit manteau blanc.

Paris sous la neige

Première neige dans Paris, Paris 19e (75), 29 novembre 2010, photo Alain Delavie

Cela fait toujours de jolis paysages, avant la gadoue résultant de la fonte rapide de la neige…

Un temps à ne pas laisser dehors une belle sauge, pourtant encore bien fleurie en cette fin novembre.

Paris sous la neige

Sauge de Graham (Salvia microphylla = Salvia grahamii) sous la neige, Paris 18e (75), 29 novembre 2010, photo Alain Delavie

Les chrysanthèmes encore très beaux vont souffrir de ce coup de froid soudain.

Paris sous la neige

Chrysanthème sous la neige, Paris 18e (75), 29 novembre 2010, photo Alain Delavie

La vague de froid qui concerne la France depuis le week-end dernier connaît son pic d’intensité depuis hier lundi et va se prolonger jusqu’à jeudi. Les prévisions météorologiques nous annoncent neige et froid plus intense dans les heures et les jours à venir. Si vous avez oublié une plante frileuse sans protection dehors, il est plus qu’urgent d’intervenir et de la protéger…

Épiscia de Noël

Il n’y a pas que mon mini saintpaulia à fleurs de violette qui pousse et fleurisse dans mes terrariums. Mon pied d’Episcia ‘Silver Skies’, une autre Gesnériacée miniature, a pris de l’ampleur au fil des mois au point d’occuper tout son terrarium. Il étale son beau feuillage blanc argenté sur lequel se détache de temps à autre des petites fleurs d’un rouge éclatant et vibrant. Un véritable épiscia de Noël !

Episcia 'Silver Skies', Gesnériacées

Tapis d'Episcia 'Silver Skies' dans un terrarium, novembre 2010, photo Alain Delavie

Le feuillage se suffit à lui-même et reste décoratif à longueur d’année. Les fleurs veloutées sont des petites touches de couleur qui apparaissent ici et là, jamais en très grand nombre.

Episcia 'Silver Skies', Gesnériacées

Tapis d'Episcia 'Silver Skies' dans un terrarium, novembre 2010, photo Alain Delavie

Une variété rare, mais qui pousse assez facilement quand on la cultive dans un terrarium sous éclairage artificiel. C’est d’ailleurs un mode de culture que l’on devrait toujours adopter pour les quelques rares potées d’épiscias proposées dans le commerce, car ces plantes ne supportent pas la sécheresse ambiante de nos intérieurs alors qu’elles sont d’une facilité déconcertante dès qu’on leur offre l’ambiance humide qu’elles aiment.

En terrarium, hormis quelques rares arrosages et nettoyages pour ôter les fleurs fanées, les soins sont très réduits. La croissance est assez rapide car en moins d’un an, le petit pied reçu des États-Unis s’est beaucoup étoffé et multiplié, déployant des stolons de tous les côtés.

Episcia 'Silver Skies', Gesnériacées

Tapis d'Episcia 'Silver Skies' dans un terrarium, photo Alain Delavie

Beaucoup de plaisir pour un minimum de soins, c’est pas mal, non ?

Encore des fleurs sur ma corète du Japon

Mon balcon s’est sérieusement dénudé, mais mon pied de corète du Japon (Kerria japonica ‘Pleniflora’) continue à fleurir alors qu’il a pratiquement perdu toutes ses feuilles. Un gros buisson fouillis avec trois petits pompons jaune d’or. Des fleurs dorées qui se remarquent dans la grisaille !

Floraison remontante de la corète du Japon sur mon balcon

Corète du Japon (Kerria japonica 'Pleniflora') sur mon balcon, novembre 2010, photo Alain Delavie

Floraison remontante de la corète du Japon sur mon balcon

Corète du Japon (Kerria japonica 'Pleniflora') sur mon balcon, novembre 2010, photo Alain Delavie

Il y a du nettoyage à faire sur mon balcon, beaucoup de nettoyage… Plein de feuilles à ramasser, des tiges à couper, quelques plantations à faire encore s’il ne gèle pas… Mais j’y vois plus clair maintenant que les feuilles sont toutes tombées ou presque. Par contre le soir, impossible de jardiner, il faut attendre le week-end en espérant une météo clémente. Ce qui n’a pas été vraiment le cas ces derniers temps.

Mini saintpaulia, la violette perpétuelle

Cultivé dans un petit terrarium sous éclairage artificiel, mon minuscule pied de saintpaulia (Saintpaulia ‘Rob’s Twinckle Blue’) ne cesse de fleurir, déployant des bouquets de violettes à toute saison. Il ne lui manque que le parfum !

Saintpaulia miniature (Gesnériacées)

Mini saintpaulia (Saintpaulia 'Rob's Twinckle Blue') en pleine floraison dans un terrarium, novembre 2010, photo Alain Delavie

Le petit pied que je vous montrais pour la première fois en février dernier a quand même bien grandi. Il a plus que doublé en gardant toutefois des dimensions très réduites. Cette variété est soit-disant la plus petite qui existe parmi les saintpaulias. Un mini parmi les miniatures.

Saintpaulia miniature (Gesnériacées)

Mini saintpaulia (Saintpaulia 'Rob's Twinckle Blue') en pleine floraison dans un terrarium, novembre 2010, photo Alain Delavie

Saintpaulia miniature (Gesnériacées)

Mini saintpaulia (Saintpaulia 'Rob's Twinckle Blue') en pleine floraison dans un terrarium, novembre 2010, photo Alain Delavie

Mais la floraison est généreuse en terrarium, ce mini saintpaulia n’étant pas avare en fleurettes. Des petites fleurs simples bleu violet foncé, avec des étamines jaune d’or. Adorables ! J’ai l’impression d’avoir des violettes à longueur d’année.

Saintpaulia miniature (Gesnériacées)

Mini saintpaulia (Saintpaulia 'Rob's Twinckle Blue') en pleine floraison dans un terrarium, novembre 2010, photo Alain Delavie

Cette variété n’est pas difficile à cultiver. Les soins se réduisent à quelques nettoyages pour enlever les fleurs dès qu’elles sont fanées. Un travail de précision qui se fait à la pince à épiler, mais ce n’est pas très difficile. La culture en terrarium fermé limite beaucoup les arrosages qui se font uniquement quand le substrat est bien sec en surface. Bref, la plante vit toute seule, l’éclairage étant réglé par un programmateur. Et je peux ainsi cultiver mon saintpaulia dans le couloir de l’entrée qui ne reçoit pourtant pas la lumière du jour. Un moyen facile et pas très onéreux pour avoir des fleurs partout dans son appartement…

Le plus difficile, c’est de trouver les minis saintpaulias, les arrivages étant toujours limités aux sempiternelles quelques mêmes variétés, toujours sans dénomination. Si vous avez de bonnes adresses en région parisienne, cela m’intéresse car je voudrais fleurir d’autres petits terrariums.

Apprendre à décorer son sapin de Noël aux Galeries Lafayette (Paris 9e)

Pour faire de son sapin le plus beau « Roi des forêts », les Galeries Lafayette de Paris organiseront différentes sessions d’atelier durant lesquelles le public recevra des conseils d’experts.

Des démonstrations accompagneront le geste à la parole.
Les animations seront complétées par une offre de guirlandes, de boules et d’autres décorations.

Les ateliers se dérouleront au 2ème étage du Lafayette Maison (Paris 9e) :
– les samedis 4, 11, 18 décembre à 14 h, 15 h 30 et 17 h
– et les jeudis 9, 16 décembre à 16 h, 17 h 30 et 19 h.

La participation est gratuite et sans inscription.

Site : www.galerieslafayette.com

Horaires élargis pour le Jardin de l’Observatoire

Le Jardin de l’Observatoire n’était jusqu’à présent ouvert au public que pendant six mois de l’année. Depuis le 22 novembre 2010, ce jardin de 3500 m2 traversé en son centre par le Méridien de Paris est accessible tous les jours à partir de 13 h.

La parcelle de jardin de l’Observatoire ouverte au public est d’une surface d’environ 3500 m2. Elle fut acquise dès l’origine par l’Observatoire de Paris pour se protéger des nuisances lumineuses de l’éclairage public, suite au percement du boulevard Arago en 1857, réalisé dans le cadre des grands travaux Haussmanniens. Ce terrain était et reste encore à l’heure actuelle, un lieu d’observation privilégié pour les petits instruments.

Environ 400 arbres et arbustes furent plantés intérieurement, le long de cette grille et sur les pelouses, pour masquer les lumières des maisons voisines et les becs de gaz des rues alentour qui créaient des nuisances pour les observations.

Le jardin « Arago » est une invitation à la promenade . Il a été créé dans le style d’un jardin anglais en pente douce. Son dessin est basé sur un modèle simple de sentiers sinueux et d’allées, de pelouses circulaires, avec des espaces boisés et des vues étudiées qui reflètent la mode des jardins du second empire.
Ce jardin est traversé en son centre par le Méridien de Paris qui a été symbolisé par une bande de pavés et souligné par les médaillons Arago. Un bâtiment classé se trouve sur la pelouse ouest du jardin, c’est l’instrument des passages, il date de 1953 et est signé par l’architecte Jean Prouvé.
Au Nord, au delà des limites du jardin ouvert au public, on aperçoit la coupole Arago et le bâtiment de l’Observatoire de Paris qui est le plus vieil observatoire du monde encore en activité.

Depuis le 7 mai 1975, une convention conclue entre la Ville et l’Observatoire, établissement public à caractère scientifique et culturel dépendant du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, permettait l’ ouverture au public, d’une partie du jardin de l’Observatoire pendant 6 mois de l’année, sous la responsabilité de la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement de la Ville de Paris. Trente-cinq ans plus tard, les attentes des Parisiens ont évolué, et l’ouverture du 15 avril au 15 octobre est devenue insuffisante. Depuis le 22 novembre dernier, le jardin ouvre au public tous les jours de l’année à partir de 13 h.

Jardin de l’Observatoire de Paris,
98, boulevard Arago,
75014 Paris
.
Autobus: lignes 38, 83 ou 91, arrêt Observatoire – Port Royal.
Métro : lignes 4 et 6 , station Denfert-Rochereau.
RER : ligne B, station Port-Royal ou Denfert-Rochereau.

Horaires :
– Dernier week-end d’octobre au dernier week-end de mars : de 13 h à 17 h.
– Dernier week-end de mars au 31 mai : de 13 h à 18 h.
– 1er juin au 31 août : de 13 h à 19 h.
– 1er septembre au dernier week-end d’octobre : de 13 h à 18 h.