Archive journalières: 18 novembre 2010

L’arum d’Italie superbe en automne

Après un été au repos sous terre, le gouet ou arum d’Italie (Arum italicum) redonne une belle touffe de feuilles joliment ornées de motifs blancs en automne. Une belle plante d’ombre pour les jardins d’arrière-saison, mais aussi les balcons, les terrasses ou les cours car elle pousse très bien en pot.

Plante bulbeuse à feuillage panaché

Gouet ou arum d'Italie (Arum italicum), Jardin du Musée de Cluny, Paris 5e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

Cette plante bulbeuse de la famille des Aracées devient belle quand les jardins s’endorment. Une aubaine !

C’est une plante assez commune dans l’Ouest et le Midi de la France où elle croît parmi les broussailles et dans les bois. Ailleurs elle est cultivée et souvent elle se naturalise. Les feuilles en fer de lance apparaissent à l’automne et sont plus ou moins veinées de blanc. Il existe de nombreuses variétés horticoles qui diffèrent principalement par l’aspect du feuillage. La fleur, en fait une spathe, est blanchâtre et deux à trois fois plus longue que le spadice en massue jaune pâle. Les baies, vertes devenant rouges quand elles sont mûres, sont très décoratives et toxiques.

La plante apprécie un sol léger et humifère, pas trop sec à frais pendant la période de végétation. Elle est rustique et résiste à des températures jusqu’à -20 °C au moins.

Une topiaire d’if en boule, c’est possible en pot !

Tout le monde connaît les boules de buis, très à la mode et de plus en plus répandues sur les balcons, les terrasses et dans les jardins. Mais les ifs utilisés en topiaires et surtout cultivés en pot sont moins fréquents. Quelques beaux sujets bien arrondis prospèrent dans le jardin du Musée de Cluny (Paris 5e).

Boule d'if (Taxus baccata) en pot dans Paris

Topiaire d'if en pot, Jardin du Musée de Cluny, Paris 5e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

Je savais que l’if supportait suffisamment bien les tailles répétées pour permettre sa culture en topiaire, avec un grand nombre de formes comme le cône, la spirale, le diamant ou la pyramide. Mais jusqu’ici je n’avais vu que des sujets en pleine terre, pas dans des gros pots au look design. Les exemplaires cultivés dans le jardin du Musée de Cluny encouragent à cultiver davantage cette espèce de conifère en pot.

Boule d'if en pot dans un jardin parisien

Topiaire d'if en pot, Jardin du Musée de Cluny, Paris 5e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

L’if peut être formé en boule simple ou avec plusieurs boules superposées. On peut même alterner des formes en plateaux et des sphères. La conduite en arbre à nuages est aussi possible.

Triple boule d'if en pot dans Paris

Topiaire d'if en pot, Jardin du Musée de Cluny, Paris 5e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

Il faut dans tous les cas un pot assez profond aux dimensions respectables et bien proportionnées avec celle de la boule d’if.
L’if (Taxus baccata) est une essence d’ombre à feuillage persistant, appréciant une atmosphère humide. Il pousse à l’état sauvage en forêt, mais il est tout indiqué pour les balcons, les terrasses, les cours et les jardins ombragés, ce qui est souvent le cas en ville.

Topiaire d'if en automne dans Paris

Feuilles mortes sur une topiaire d'if, Jardin du Musée de Cluny, Paris 5e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

Il faut l’arroser régulièrement pour maintenir le substrat toujours frais, mais jamais détrempé. L’arrosage se fait toute l’année, tant qu’il ne gèle pas bien sûr.
La taille s’effectue pendant les mois en A, avril et août.
En automne, il faut penser à enlever les feuilles mortes qui s’agglutinent sur les boules ou les plateaux.
L’if est parfaitement rustique, il ne craint pas les fortes gelées. Les protections hivernales ne sont donc pas utiles.