Archives de mots clés: fraises

Envie de fraises de toutes les couleurs

Fraises de différentes couleurs et variétés, fruits frais, cuisine, Paris 19e (75)
En passant hier devant l’étal d’un marchand de fruits et légumes de la rue Mouffetard (Paris 5e), j’ai craqué pour ces fraises de toutes les couleurs, blanches, jaunes, orange rose et rouge vif. Leur parfum embaumait le magasin et je me suis régalé le soir même avec ce saladier de fraises avec juste un peu de sucre, rien d’autre.

Fraises jaunes, fruits frais, cuisine, Paris 19e (75)
Il n’y avait pas que le parfum, le goût était au rendez-vous ! Les fraises rouge foncé se sont révélées les plus fortes en goût et en sucre, mais c’étaient aussi les plus mûres. Un régal !

Fraises de différentes couleurs et variétés, fruits frais, cuisine, Paris 19e (75)
C’est un peu en avance sur la saison des fraises au jardin, mais il est difficile de résister tant les barquettes nous envoient des effluves gourmandes. Et puis j’aime les fraises !

Agriculture urbaine : Asnières second prix de l’innovation territoriale

La ville d’Asnières-sur-Seine vient de remporter le second prix du trophée « Innova’Ter » de la Gazette des communes, qui récompense les projets les plus innovants portés par les collectivités territoriales.

Asnieres-sur-SeineFaire pousser des fraises bio en plein cœur d’Asnières (Hauts-de-Seine), sans pesticides, sans OGM et en économisant 90% d’eau, tout en favorisant la consommation en circuit court. Depuis le début de l’été, c’est une réalité ! Un container de la start-up AGRICOOL a été installé aux pieds de la halle Flachat. À l’intérieur, l’hygrométrie et la température y sont parfaitement contrôlées afin de reconstituer un environnement idéal pour la culture du précieux fruit rouge.

Pour Manuel Aeschlimann, Maire d’Asnières-sur-Seine, ce projet est une première étape : « nous allons développer l’agriculture urbaine pour que de nombreux fruits et légumes soient cultivés, vendus et consommés à Asnières. Il y a une attente très forte dans les zones urbaines et denses et nous y sommes très attentifs. D’autres parcelles sont d’ores et déjà identifiées pour accueillir des projets identiques, notamment en bord de Seine, et nous étudions actuellement la possibilité que ces containers soient semi-enterrés et entièrement végétalisés. »

Installation de 1000 m2 de fraisiers sur le toit des Galeries Lafayette

Fraises, "Three perfect red ripe strawberry isolated", photo svetamart / FotoliaPénélope Komites et Jean-Louis Missika, adjoints à la Maire, ont inauguré hier lundi 15 juin le projet « Paris sous les fraises », accueilli par les Galeries Lafayette et mené par l’Association Française de Culture Hors-Sol. Il est le fruit de l’appel à Projet « Végétalisation innovante » initié par la Ville de Paris.

Paris a lancé en 2013, avec son agence de développement économique Paris&CO, un appel à projet « Végétalisation innovante » qui vise à promouvoir des projets de végétalisation et de développement de l’agriculture urbaine.  À la suite de cet appel 30 projets ont été sélectionnés.

Accueilli par les Galeries Lafayette Hausmann, le projet « Paris sous les Fraises » est un projet de végétalisation urbaine dédié à la culture de fraises, de framboises, de fleurs comestibles et de plantes aromatiques, qui vont pousser sous les yeux des visiteurs. Initié en mars 2015, ce projet de culture hors-sol sans intrants chimiques a impliqué la reconstitution d’un écosystème entier sur la terrasse du grand magasin.

Pénélope Komitès et Jean Louis Missika, adjoints à la Maire de Paris, ont inauguré hier lundi, aux côtés de Nicolas Houzé, Directeur Général des Galeries Lafayette et du BHV MARAIS, cette installation végétale en plein air de 1000 m², conçue à partir de chanvre et de laine. 21000 plantes vont y être cultivées, selon des procédés respectueux de l’environnement et stimulants pour l’écosystème urbain. Les fruits récoltés à maturités seront ensuite distribués aux chefs restaurateurs de la capitale, partenaires de l’expérimentation.

La Ville de Paris soutient ce projet ainsi que l’Association Française de Culture Hors-Sol, qui depuis 2008 s’engage pour la démocratisation d’une agriculture hors sol saine, économe et productive. En associant végétalisation et production alimentaire, elle aborde simultanément les enjeux de sécurité alimentaire et de qualité de vie en milieu urbain dense.

Le mois de la fraise chez Fauchon

Le mois de la fraise chez Fauchon, mai-juin 2015

Depuis le 4 mai 2015 et pendant plus d’un mois, Fauchon Paris révèle les meilleures variétés de fraises françaises : ‘Gariguette’, ‘Mara des bois’, ‘Capella’, ‘Clery’, ‘Ciflorette’, ‘Darselect’ et ‘Cigaline’.

Sept variétés de fraises fraîches, sélectionnées par le Chef Jean-Pierre Clément, dénicheur de produits d’exception de la Maison, seront livrées chaque matin chez Fauchon jusqu’au 14 juin 2015. Fauchon rend ainsi hommage à ses producteurs qui accompagnent la Maison depuis des décennies.

Carré Fraise
Un entremets incroyablement délicat aux fraises fraîches, décoré d’éclats de pistache.
Ce petit délice est disponible en individuel (7,50 euros), 4 personnes (30 euros), 6 personnes (45 euros) ou 8 personnes (60 euros).

Millefeuille fraise rhubarbe
Un millefeuille à la fraise et à la rhubarbe incroyablement frais.
Cette gourmandise est disponible en individuel (7,50 euros), 4 personnes (30 euros) ou 6 personnes (45 euros).

Charlotte aux fruits rouges
Une mousse au fromage blanc sur une compotée de fraises, framboises, biscuits imbibé à la framboise et croustillant aux pralines roses. Le décor est réalisé à partir de biscuits joconde, de guimauve à la fraise, de fraise et rosace de crème à la vanille.
Ce dessert est disponible en individuel (7,50 euros), 4 personnes (30 euros), 6 personnes (45 euros) ou 8 personnes (60 euros). (suite…)

Fleur du Paradis, création gourmande d’Arnaud Larher

Fleur du Paradis, création gourmande d'Arnaud Larher

À l’occasion de la Fête des Mères, le chocolatier pâtissier Arnaud Larher révèle ses talents de botaniste gourmand avec une création tentation délicatement baptisée « Fleur du Paradis ».

Nul risque de voir se faner la dernière création du Meilleur Ouvrier de France Arnaud Larher, chocolatier pâtissier à la main verte et à l’imagination fertile. En lieu et place du traditionnel bouquet de Fête des Mères, ô combien périssable, c’est une fleur on ne peut plus fraîche et appétissante que ce jardinier d’un nouveau genre invite à savourer.

Originaire de Bretagne, cette espèce non encore répertoriée est cultivée avec soin et en exclusivité dans ses trois boutiques-serres parisiennes. Il s’agirait d’une variété de marguerite à la corolle éclatante et au pistil haut en couleur dont la floraison est précoce, généralement observée au mois de mai avec un pic le 26 mai. Ce jour-là, elle s’épanouit sur toutes les tables désireuses de célébrer les mamans pour un effeuillage tout en gourmandise ! Elle livre en effet, sous ses 7 pétales d’un blanc immaculé, une brassée de saveurs sucrées, entre sablé breton à la fleur de sel, compotée de framboise et fruits rouges, mousse pannacotta à l’infusion de vanille et à l’amande amère… Sans oublier en son centre, une exquise moisson de framboises, de fraises et de myrtilles posées sur une gelée de framboise.

Prix de vente 6/8 pers : 42 €.

Les boutiques Arnaud Larher

  • 93, rue de Seine, 75006 Paris. Tél. : 01 43 29 38 15.
  • 53, rue de Caulaincourt, 75018 Paris. Tél. : 01 42 57 68 08.
  • 57, rue Damrémont, 75018 Paris. Tél. : 01 42 55 57 97.
  • Et le site Internet : www.arnaud-larher.com

La Freizh arrive !

Publicité pour la Freizh, Gariguette de Plougastel

Les fraises nouvelles s’affichent sur les panneaux publicitaires du métro parisien. La gariguette de Plougastel est annoncée à grand renfort de publicité. Et sur les marchés, les caisses de fraises primeurs font une arrivée en force comme si le printemps était déjà bien installé.

Publicité pour la Freizh, Gariguette de Plougastel

Je n’en ai pas encore goûté, le temps hivernal ne m’incitant pas à déguster des salades de fruits. Je ne sais donc pas si elles ont beaucoup de goût et de sucre, mais elles sont très parfumées. Une tentation d’autant plus forte que nous ne sommes pas prêts de cueillir des fraises de nos jardins parisiens et franciliens…