Que faire de toutes ces feuilles mortes ?

Que faire de toutes ces feuilles mortes ?

Feuilles mortes, Montmartre, Paris 18e (75)
Question récurrente d’un automne à l’autre compte tenu des volumes considérables qui jonchent le sol un peu partout chaque année en novembre. En jardinier averti, profitez de cette manne pour faire du compost, du terreau ou des paillis.

Faites provision de ces feuilles mortes pour en avoir toute l’année afin de pouvoir les incorporer progressivement dans votre tas de déchets végétaux à composter.
Les feuilles mortes sont des déchets végétaux « bruns », riches en carbone. Des déchets plutôt secs, même si pour le moment ces feuilles sont détrempées par les pluies successives. Il y en a toujours trop en automne pour les incorporer en masse dans le tas de compost, mais il faut en mettre de côté dans un silo abrité des pluies (quelques piquets avec du grillage à poule) pour les faire sécher et les conserver. Au printemps et en été, vous serez bien content de pouvoir les utiliser quand vous voudrez mettre des tontes de gazon pleines d’eau dans le tas en cours de compostage.

4 volumes de feuilles mortes vous donneront 1 volume de terreau de feuilles après décomposition.
Et ce terreau sera bien meilleur que tous ceux que vous pourrez acheter dans le commerce si vous l’abritez des pluies lessivantes. Et gratuit ! Entassez donc toutes les feuilles que vous pouvez amassez, à l’exception bien sûr des feuilles contaminées des marronniers qu’il est préférable de détruire pour éviter la propagation de la mineuse.

Bien sèches, les feuilles étalées en couche épaisse font un excellent paillis protecteur.
Sur le sol nu du potager ou dans un massif vide, le paillis de feuilles sèches empêche l’érosion provoquée par le vent et les pluies. En se décomposant peu à peu, les feuilles apportent de l’humus à la terre qui s’améliore ainsi de façon naturelle.
Un bon matelas de feuilles sèches est une excellente protection contre les gelées. Protégez les plantes frileuses laissées en pleine terre avec un épais manteau de feuilles. Couvrez avec un voile d’hivernage ou un filet pour éviter la dispersion des feuilles par les vents.

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

One Comment

  1. jpp 12 novembre 2013 at 12 h 30 min

    Nous récoltons chaque hiver un gros stock de feuilles à St-Serge, utilisées comme l’indique Alain. Les feuilles tombées dans les plate-bandes y sont conservées (il a fallu un certain temps pour le faire admettre au habitués du lieu mais c’est maintenant acquis). Une petite constatation : 16 mois sont nécessaires pour qu’un terreau de feuilles atteigne sa maturité. En l’utilisant avant on risque la soif d’azote : la décomposition des feuilles se poursuit, mobilisant de l’azote aux détriment des végétaux qui y sont plantés.

    .

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies and third party services. Oui