23 novembre 2013 – Paris côté jardin

Archive journalières: 23 novembre 2013

L’association Noé Conservation accompagne les communes pour un éclairage durable

Illuminations dans la rue Saint-Charles, Paris 15e (75), hiver 2011-2012
Noé Conservation a lancé un ouvrage de référence pour les collectivités à l’occasion du Salon des Maires et des Collectivités Locales : le Guide d’accompagnement de la Charte de l’Éclairage durable.

Ce document sensibilise aux enjeux liés à l’éclairage public et à la biodiversité nocturne. Sa plus-value réside dans la méthodologie proposée par Noé et validée par des experts : elle guide les collectivités dans l’application progressive des 10 engagements de la Charte, vers une réelle politique d’aménagement lumière durable compatible avec les besoins et attentes des citoyens. Noé Conservation appelle les communes à ratifier la Charte de l’Éclairage durable et à rejoindre le collège des villes déjà signataires.

L’éclairage urbain représente en France près de 40% de la facture d’électricité des communes. Et lorsqu’il est excessif ou inadapté, il contribue à la pollution lumineuse, qui augmente en moyenne de 6% par an !

L’adaptation de l’éclairage urbain à nos besoins constitue donc un enjeu majeur pour les communes en terme de réduction de la consommation d’électricité et donc des dépenses publiques, mais également en terme de respect des récentes règlementations. A cela s’ajoute un enjeu de préservation de la biodiversité nocturne, fortement impactée par ces éclairages, dans un contexte où 77% des citoyens estiment que les pouvoirs publics ne font pas assez pour protéger la biodiversité.

À ce titre, Noé Conservation mobilise les acteurs clefs et propose des actions concrètes et novatrices. Le guide de la Charte de l’Éclairage durable conçu par Noé a été présenté en avant-première à ALAN (Artificial Light At Night), première conférence internationale sur la pollution lumineuse, qui s’est tenue à Berlin du 28 au 30 octobre 2013. La démarche progressive d’application de la charte, sa facilité de mise en œuvre et l’accompagnement proposé par Noé ont suscité un vif intérêt des participants.

« Plus de biodiversité, plus de bien-être, plus d’efficacité énergétique, moins de dépenses publiques. Tel est le message porté par la Charte de l’Éclairage Durable de Noé », souligne Arnaud Greth, Président de Noé Conservation.

En signant la Charte de l’Éclairage durable, les communes prennent un engagement stratégique, bénéfique pour leurs concitoyens et leur territoire. Elles peuvent grâce à la Charte :

  • construire une politique d’éclairage durable sur leur territoire,
  • améliorer le cadre de vie de leurs concitoyens,
  • optimiser le cycle de vie de leur éclairage : choix des produits, consommation électrique, recyclage, etc.
  • valoriser leurs actions citoyennes auprès des habitants et des autres communes françaises,
  • agir pour l’Homme, la biodiversité et l’environnement.

Les objectifs de Noé Conservation sont ambitieux : l’association souhaite dès maintenant impliquer un maximum de villes, à l’instar de Valenciennes, première commune signataire de la Charte en septembre 2013, et étendre ainsi la portée de son action dans les prochaines années. Convaincue que les élus sauront être à l’écoute des fortes attentes de leurs citoyens en terme de préservation de l’environnement, Noé les invite à adopter et mettre en œuvre dès à présent cette Charte de l’Éclairage durable. Pour une nouvelle vision de l’éclairage public au service de l’homme et de la biodiversité !

Retrouvez la Charte de l’Éclairage Durable et son guide d’accompagnement pour les collectivités sur :  www.noeconservation.org (Nos Programmes / Eclairage Durable et biodiversité)

Marché des saveurs d’Ile-de-France à Montreuil (93)

Affiche du Marché des saveurs d'Île-de-France à Montreuil-sous-Bois (93)
Organisé avec le Comité des fêtes du quartier Villiers-Barbusse et Salut les Co’pains, le Marché des saveurs d’Ile-de-France s’installe dans la Maison de quartier Gérard Rinçon le dimanche 24 novembre 2013 de 10h à 18h.

Au programme de ce marché 2013 :

  • Le miel de Guy-Noël Javaudin, apiculteur installé dans l’Orne et initiateur du projet « Rucher école de Montreuil ».
  • Les sirops et liqueurs de Catherine Bosc Bierne, aux saveurs de rose, de coquelicot, de violette, sans oublier l’incontournable et enivrante menthe poivrée de Milly-la-Forêt.
  • Les cidres et les champagnes de Michel Biberon, des confins de la Seine et Marne et les bières de brie d’Hubert Rabourdin.
  • Les pommes à croquer et les pommes marquées à la Montreuil de Bernard Guicheteau. Avec cette année les pommes d’artistes de Montreuil réalisées par le roi soleil au Domaine de Pomamour.
  • Les légumes bio de plein champ de Patrick Boulard.
  • Les fromages de chèvre de la ferme de Tiligolo. Chaque année, Vincent et ses animaux de ferme viennent au Jardin-école pour enchanter les familles de Montreuil. Cette fois il viendra avec ses fromages de chèvre et présentera aussi quelques spécialités de la fromagerie Ganot de Jouarre.
  • Sur le stand de la Société Régionale d’Horticulture de Montreuil (SRHM) des scions de pêchers de variétés montreuilloises pour vos jardins, les sucettes artisanales de Claude Chappot, les pâtes de coing maison et la liqueur de pêche du Jardin-école de Montreuil concocté avec amour par Dame Catherine.

 

Trois animations pour s’amuser et découvrir :

  • atelier poterie avec Valeria Polsinelli,
  • atelier pressage de pommes pour se faire les muscles,
  • atelier mise en bouteille du petit vin blanc du Jardin-école, cuvée 2013.

À midi, restauration avec le boudin artisanal aux deux pommes de la boucherie de Sagy, une soupe de potimarron et des tartines de brie.
Et toute la journée des crêpes et du cidre chaud pour se réchauffer.

Maison de quartier Gérard Rinçon
30, rue Ernest Savart,
93100 Montreuil-sous-Bois.

Ce marché 2013 sera aussi l’occasion d’inaugurer l’agrandissement du  square et de baptiser la maison de quartier Villiers-Barbusse.

Récolte de pommes 2013, un bon cru enfin sur les étals !

Pommes, photo © ulkan - Fotolia.com

L’Association Nationale Pommes Poires (ANPP) vient d’annoncer les derniers chiffres de la récolte française de pommes : 1,528 million de tonnes, soit une hausse de 31% par rapport à l’an passé qui était très déficitaire. Un niveau satisfaisant après une saison 2012 difficile pour les producteurs français, très touchés par les aléas climatiques. La récolte 2013 retrouve de belles couleurs !

Une récolte tardive
Ce millésime 2013 connaît un retard exceptionnel de 2 à 3 semaines par rapport au calendrier habituel et les variétés les plus tardives sont désormais en fin de cueillette. En effet, les cueilleurs ont attendu que la qualité gustative et la coloration soient optimales avant de cueillir les pommes une à une à la main. Le respect des rythmes de la nature fait partie intégrante de la Charte Qualité des Pomiculteurs de France « Vergers écoresponsables » dans laquelle les pomiculteurs de l’ANPP sont engagés depuis maintenant plus de 15 ans.
Les conditions climatiques du printemps (froid et pluie) ont ralenti le processus de croissance des fruits. Ceci entraîne une augmentation de la proportion de petits fruits, et des pommes un peu plus petites proposées en sachet.

À croquer sans modération !
L’ensoleillement exceptionnel pendant tout l’été et le contraste entre les nuits fraîches et les journées ensoleillées en deuxième quinzaine d’août ont apporté coloration, fermeté et croquant à la pomme. Résultat, les fruits offrent de belles qualités gustatives. Gala, Golden, Fuji, Reinette grise du Canada, Granny Smith, Belchard Chantecler et autres Pink Lady sont désormais bien présentes sur les étals pour le plaisir des papilles.

Association Nationale Pommes Poires (ANPP)
C’est l’association française des organisations de producteurs de pommes et poires, reconnue AOP par les pouvoirs publics en août 2009. Elle regroupe environ 170 adhérents représentant 1500 producteurs au travers d’organisations de producteurs, de producteurs indépendants, d’expéditeurs, mais aussi de bureaux centralisateurs et de centres d’expérimentation.
Elle valorise le savoir-faire de ses adhérents engagés dans la Charte Qualité des Pomiculteurs de France dont la production est identifiée par le label Vergers Écoresponsables. Elle représente : 900.000 tonnes de pommes et 35.000 tonnes de poires.