Archives de mots clés: arbre

Exposition « De l’arbre à l’art » à l’Arboretum de Chèvreloup

Du 13 septembre au 13 novembre, l’Arboretum de Chèvreloup propose l’exposition : De l’arbre à l’art.
14 arbres d’Europe, d’Asie et d’Amérique, sont présentés par une fiche botanique et ethnobotanique rigoureuse et précise, rédigée par les botanistes de l’Université de Paris sud 11. Certaines des ces essences croissent dans les collections de l’Arboretum de Chèvreloup où vous les retrouverez.
Les dégâts de la tempête de décembre 1999 s’effacent de nos mémoires. Le Parc de Launay, campus de l’Université Paris sud 11, en garde encore la trace. Beaucoup d’arbres sont tombés. Mais ces arbres morts continuent de vivre quand un artiste inspiré s’empare de leurs bois et en dégage des formes inédites. Ainsi Jean François Bertrand, Chef jardinier à l’Université de Paris sud 11, sculpteur autodidacte, est le passeur qui, de la rudesse des troncs, extrait des pièces souples et douces, étranges mais familières.
L’exposition met en résonance science et art pour une perception approfondie de la nature intime des arbres.
Infos pratiques :
L’accès de l’exposition est libre, mais il faut payer le droit d’entrée à l’Arboretum, de 2,50 euros.
Arboretum de Chèvreloup,
30 route de Versailles,
78150 Rocquencourt.
Tél. : 01 39 55 53 80.
(Parking sur le site)
Bus B ou H depuis les 3 gares de Versailles, arrêt Parly II.

Les arbres de Paris en quelques chiffres

Paris est une des capitales les plus boisées en Europe. Aujourd’hui 485 000 arbres sont répertoriés intra-muros.Ce patrimoine arboré est composé de :
– 96500 arbres d’alignement situés sur les voies publiques,
– 36500 arbres des parcs et jardins,
– 34000 arbres de cimetières,
– 8000 arbres sur les talus du boulevard périphérique,
– 6000 arbres dans les établissements scolaires et 3000 dans les établissement sportifs,
– et 300 000 arbres dans les deux bois de Boulogne et Vincennes.
Environ 1500 arbres sont remplacés chaque année et 900 sont plantés en supplément.
Plus de 150 essences ont été répertoriées, mais les platanes, les marronniers, les tilleuls et les sophoras représentent encore 78 % des arbres d’alignement.

Visuel d’illustration Essences dans les nouvelles plantations.jpg

(Note : le palmier est inclus dans cet inventaire, mais il ne s’agit pas d’un arbre au sens botanique du terme)
Et tout ce beau monde ne tient pas compte des innombrables semis spontanés, de tous ces « bébés » arbres qui ne deviendront sans doute jamais grands et majestueux car trop vite arrachés.Mais ça pousse dur dans la ville !

Quand la nature gagne sur la ville : 2ème épisode

Et voici le deuxième épisode de ma grande saga des plantes pionnières qui s’agrippent à la ville et la parent de verdure dans les endroits les plus improbables.
Aujourd’hui, c’est un paulownia (Paulownia tomentosa) qui tient la vedette.Et quel équilibriste, accroché qu’il est au mur qui borde l’Île-de-la-Cité et surplombe la Seine, le long du quai de la Corse (Paris 4ème), non loin du marché aux fleurs de la place L. Lépine où d’autres paulownias plus imposants fleurissent chaque année et doivent ensuite laisser essaimer leurs nombreuses graines…

Agrandir le plan
La suite au prochain épisode…
Consultez le 1er épisode.

Premiers signes d’automne en ville

Le temps « magnifique » de ces dernières semaines nous a donné l’impression que l’automne était déjà arrivé, alors que l’été n’est pas fini. Mais la végétation montre aussi les premiers signes annonciateurs de l’arrière-saison.
Feuillages jaunissant,Premières accumulations importantes de feuilles mortes et ramures qui se dégarnissent,Et sur mon balcon, pleine floraison du Strobilanthes rankanensis, jaunissement brutal des Typhonium venosum et du coeur-de-Marie grimpant (Dicentra scandens). L’été touche à sa fin…

Attention, chute de marrons !

Attaqués par les mineuses, les marronniers de Paris nous annonçaient l’automne dès le mois de juillet, lâchant leurs feuilles grillées bien avant l’heure. Mais maintenant ils laissent tomber leurs marrons. Attention dessous !Le temps des marrons est de retour. Aux feuilles mortes qui s’ammoncellent sur les trottoirs et dans les jardins viennent s’ajouter ces gros fruits durs et brillants et leurs bogues (des capsules épineuses en réalité) qui éclatent en morceaux quand elles touchent le sol. Si beaucoup s’amusent avec ces fruits ronds, il est toujours désagréable d’en recevoir un sur la tête quand on passe sous l’arbre. Parisiens, parisiennes, sortez couverts, les marrons pleuvent !

Les arbres chinois remarquables de Paris

Les Jeux Olympiques mettent les projecteurs sur la Chine, vaste pays qui nous a donné de nombreuses plantes alimentaires ou ornementales. Paris possède une belle liste d’arbres remarquables, dont certains ont une lointaine origine chinoise.

* Dans le 3ème arrondissement
Square Léopold-Achille, rue du Parc-Royal, rue Payenne, rue de Sévigné – Métro Chemin-Vert :
– Pêcher commun (Prunus persica ‘Klara Meyer’) : planté en 1910, 12m de haut et 1,30 de circonférence.

* Dans le 7ème arrondissement
Parc du Champ-de-Mars, quai Branly, avenue de la Motte-Piquet, de la Bourdonnais et avenue de Suffren – Métro Ecole-Militaire ou RER Champ-de-Mars :
– Mûrier blanc (Morus alba) : le plus gros (2,45m de circonférence), le plus haut (18m) et le plus âgé des mûriers, planté en 1904.

* Dans le 10ème arrondissement
Jardin Villemin, avenue de Verdun, rue des Récollets, quai de Valmy – Métro Gare-de-l’Est :
– Mûrier blanc (Morus alba) : 6m de haut, 1,55m et 1,58m de circonférence (cépée 2 brins).

* Dans le 16ème arrondissement
Jardins des Serres d’Auteuil, 3 avenue de la Porte-d’Auteuil ou 1 avenue Gordon-Bennett – Métro Porte d’Auteuil :
– Arbre aux 40 écus (Ginkgo biloba) : le plus gros des ginkgos (3,50m de circonférence), planté en 1895.

* Dans le 19ème arrondissement
Parc des Buttes-Chaumont, rues Manin, Botzris – Métro Buttes-Chaumont ou Botzaris :
– Sophora du Japon (Sophora japonica) : 10m de haut, 3,35m de circonférence, planté en 1873. Qui est naturalisé au Japon, mais provient de Chine.