Archives de mots clés: plante sauvage

Une mauvaise herbe… sur le toit de la Philharmonie de Paris

Adventice, mauvaise herbe, plante sauvage, toit, belvédère de la Philharmonie de Paris, Paris 19e (75)
Une graine a été germer et s’enraciner sur le toit de la Philharmonie de Paris et s’est développée fièrement sans une once de terre avec pour seuls arrosages les eaux de pluies. Rien n’arrête les mauvaises herbes !

Adventice, mauvaise herbe, plante sauvage, toit, belvédère de la Philharmonie de Paris, Paris 19e (75)
Ou quand la nature reprend petit à petit un peu de ses droits… Et cette sauvageonne devrait bientôt se ressemer pour assurer sa descendance.

Les pissenlits ensoleillent les parcs et les jardins

Pissenlits au printemps dans le parc François Mitterrand, Cergy (95)
Avec l’arrivée du printemps et des premiers beaux jours, les pissenlits sortent de leur discrétion et illuminent les prairies, les pelouses, les plates-bandes et tous les autres endroits où ils se sont installés, souvent sans l’accord du jardinier.

Pissenlits au printemps dans le parc François Mitterrand, Cergy (95) (suite…)

Herbes tendres et soleil

Herbes tendres au printemps dans le parc François Mitterrand, Cergy (95)
J’aime cette période de l’année quand l’herbe repousse au printemps et que les jeunes brins sont encore tendres, frémissants au moindre souffle de vent. Avec le soleil, le vert en devient presque fluorescent.

Mon jardin étant très urbain et en pots et jardinières, je dois reconnaître que je ne suis pas importuné par les mauvaises herbes et la corvée de leur arrachage. Je peux donc m’extasier devant l’herbe tendre sans pester contre les longues heures de désherbage qui s’annoncent pour la plupart des jardiniers.

La SNHF dédie la journée du 14 mars 2017 aux orchidées

Journées des orchidées, 14 mars 2017, SNHF

Le mardi 14 mars 2017, la Société Nationale d’Horticulture de France vous propose une journée pour mieux connaître les orchidées et réussir leur culture.

La journée sera émaillée de nombreux exposés et de périodes pour les réponses aux questions des participants. Parmi les thèmes abordés : les orchidées indigènes menacées, comment cultiver des orchidées dans son jardin, la reproduction in vitro , la culture et l’entretien en appartement d’une orchidée.

Société nationale d’horticulture de France (SNHF)
84, rue de Grenelle, 75007 Paris.
De 9h à 16h30
Tarifs: adhérent SNHF 20 €, non-adhérent 25 €.
Cliquer pour réserver une place.

Un tapis de mousse et ça pousse !

Tapis de mousse avec sedum, Cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)
La mousse s’installe la première sur une surface minérale où rien d’autre ne pousse, puis peu à peu, d’autres plantes viennent s’implanter dans cette couche végétale protectrice qui leur assure une source de nourriture et d’humidité, certes limitée, mais suffisante pour certaines espèces pionnières.

Tapis de mousse avec sedum et Geranium robertianum, Cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)Sur ce mince tapis végétal constitué par la mousse, ce sont des sedums et des géraniums herbe-à-Robert qui se sont semés et qui ont poussé. Les premiers supportent les périodes de sécheresse, les géraniums un peu moins surtout sur de longues périodes, d’où leurs dimensions modestes. Et les réserves en éléments nutritifs sont limitées, provenant de l’accumulation des poussières et de la décomposition des plus vieilles mousses. Mais cela suffit pour ce retour de la végétation sur un sol inerte et minéral. En fait l’élément limitant, c’est l’eau surtout… et l’envie de nettoyage des humains !

La jolie floraison du liseron des haies

Liseron des haies (Calystegia sepium) en été dans le parc floral, Paris 12e (75)Les grandes fleurs blanches en forme d’entonnoir du liseron des haies (Calystegia sepium) ne manquent pas de charme, surtout quand elles fleurissent ainsi regroupées.

Et bien sûr, l’attrait est plus grand quand le pied de ce liseron ô combien envahissant et difficile à éradiquer n’est pas dans son jardin…