botanique

Les 3èmes Journées de Chèvreloup les 3 et 4 juin 2017

Arboretum de Chèvreloup, photo MNHN / François-Gilles GrandinSite géré par le Muséum national d’Histoire naturelle, l’Arboretum de Chèvreloup est un lieu exceptionnel où plus de 2500 espèces et variétés d’arbres sont plantées, la plus riche collection d’arbres en Europe. Mitoyen du Parc de Versailles, support de sensibilisation à la nature, il s’étend sur 200 ha qui seront ouverts au public en totalité pour les troisièmes journées de Chèvreloup.

Fortes du succès des deux premières éditions, elles se dérouleront les 3 et 4 juin 2017. Vous pourrez découvrir exceptionnellement les collections botaniques et rencontrer les femmes et les hommes chargés de veiller sur ce patrimoine d’exception. Un week-end de découvertes et d’animations dense et passionnant !

Affiche des Journées de Chèvreloup, arboretum, MNHN, juin 2017Ouverture exceptionnelle des coulisses
La vocation première du lieu est la présentation des arbres rustiques sous le climat d’Ile-de-France, mais l’arboretum de Chèvreloup abrite aussi 6000 m2 de serres réservées aux seuls chercheurs et professionnels. L’ouverture des serres est toujours l’occasion unique d’en découvrir les collections secrètes. Elles abritent 5000 plantes tropicales et méditerranéennes dont 3000 sont protégées car menacées : cactus, orchidées, palmiers, fuchsias ou pélargoniums… Balade exotique et dépaysement végétal garanti.

La pépinière où sont élevés les arbres rares sera également accessible. Un chêne venant du Texas rarissime, un sapin à bractées venant de Californie et la très rare vigne du Père David, seule vigne épineuse au monde originaire de Chine, y cohabitent.

L’arboretum de Chèvreloup et ses collections existent grâce à des hommes et des femmes passionnés, compétents qui, le temps de ce week-end mettront à votre disposition leurs savoir-faire et leurs connaissances. Vous pourrez poser toutes vos questions aux jardiniers, aux techniciens, aux botanistes et recueillir de nombreux conseils de culture, de choix de plantes ou de détermination végétale. (suite…)

Lancement du prix « Botany for change »

Nos villes grandissent et le végétal disparaît… C’est pourquoi l’Institut KLORANE, fondation d’entreprise des Laboratoires Pierre Fabre, invite les jeunes générations à devenir actrices du changement par la botanique et à revégétaliser nos villes et nos vies.

Botany for change, Institut Klorane
Pour que le végétal retrouve sa place centrale dans nos paysages urbains, il revient aux générations de demain d’imaginer le jardin de ce monde en constante évolution. Un jardin qui répond aux futurs modes de vie tout en s’adaptant aux changements climatiques. Un jardin capable de redonner à la nature sa place au cœur de notre quotidien : Le jardin urbain de demain.

C’est sur ce thème que l’Institut KLORANE propose aux futurs botanistes, horticulteurs et architectes paysagistes de laisser parler leur créativité et de démontrer leur savoir-faire. Ces groupes d’étudiants ont ainsi l’opportunité de donner naissance au jardin urbain de demain, en créant leur module végétal, pièce d’un puzzle « BEAUtanique ».

Inscriptions ouvertes jusqu’au 13 mars 2016 inclus sur le site : http://www.institut-klorane.org/botany-for-change
(suite…)

Histoire de la botanique (Delachaux et Niestlé)

Histoire de la botanique, Joëlle Magnin-Gonze, Delachaux et Niestlé
Ce livre présente, en un seul volume, un panorama complet et accessible du développement de la botanique, depuis l’Antiquité jusqu’à la fin du XIXème siècle.

De Théophraste, disciple d’Aristote qui érigea pour la première fois la botanique en science, à Mendel et ses premières expériences d’hybridation, en passant par les classifications fondatrices de Linné, les découvertes de Jussieu, de Lamarck, ou la théorie de l’évolution de Darwin, Joëlle Magnin-Gonze retrace l’extraordinaire aventure de la botanique. Elle questionne les rapports de la botanique aux disciplines voisines (médecine, agriculture, physiologie …) et présente les concepts fondamentaux de la botanique : pratique des herbiers, classifications naturelles, découverte de la photosynthèse par exemple.

Portraits de botanistes, voyages d’explorations et découvertes scientifiques jalonnent cet ouvrage de référence, richement illustré. La chronologie, placée en annexe, constitue une synthèse inédite à ce jour, qui éclairera les botanistes confirmés comme les amateurs curieux.

Histoire de la botanique
Joëlle Magnin-Gonze
Delachaux et Niestlé
210 x 210mm, 384 pages, 34,90€.

La botanique pour les nuls

Affiche La botanique pour les nuls, Jardin des Plantes, Paris 5e (75)
Pour mieux connaître et comprendre les végétaux, les jardiniers et les botanistes du Jardin des Plantes invitent amateurs et passionnés à partager leurs connaissances au cours des rendez-vous « Propos de Jardiniers ». Le jeudi 16 juillet 2015, c’est Laurent Ballot qui vous donne rendez-vous à l’École de Botanique.

Jardin des Plantes
57 rue Cuvier, 2 rue Buffon, 36 rue Geoffroy-Saint-Hilaire, place Valhubert, 75005 Paris.
Horaires : à partir de 14h, durée 1h30.
Rendez-vous à la table de démonstration de l’École de Botanique.

Inscription aux accueils du Jardin
Tél. : 01 40 79 56 01 / 54 79
ou par courriel : valhuber@mnhn.fr

Conférence sur la flore des terrains dits vagues

Affiche de la conférence sur la flore des terrains dits vagues, Nartureparif

Dans le cadre de son cycle de conférences mensuelles, et à l’occasion de la Fête de la nature, Natureparif vous invite à rencontrer Audrey Muratet de l’Observatoire Départemental de la Biodiversité Urbaine (ODBU), Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

Ces terrains qu’on dit « vagues » car non  encore  investis  par  des  programmes  de  construction  ou d’urbanisme sont présents dans toutes les villes. Ce sont d’anciennes zones industrielles, des jardins à l’abandon, des interstices entre les bâtiments ou le long des voies de transports qui se transforment avec le temps en habitats pour la faune et la flore.

Un rôle clé en ville
Les friches sont d’importants réservoirs de biodiversité. En Seine-Saint-Denis, 1/3 de la biodiversité du département (plantes, oiseaux et papillons) peut être observée dans ces espaces délaissés. En outre, le nombre important et relativement constant de terrains vagues dans les villes permet aux plantes de se déplacer d’un terrain à l’autre via leurs graines et leur pollen. Ce fonctionnement en réseau des terrains vagues est un réel atout en milieu urbain pour la biodiversité.

À la découverte de la flore des terrains vagues
Les plantes qui se développent dans les friches sont le témoignage d’activités humaines passées ou actuelles différentes. Les degrés de luminosité, d’humidité, d’acidité du sol très variés qui se côtoient dans les friches favorisent l’installation de plantes diversement adaptées à toutes ces conditions. Enfin, la moitié des plantes répertoriées dans les friches sont originaires d’autres régions du globe.
L’herborisation d’une friche est toujours un fabuleux voyage : venez découvrir tous les secrets des terrains dits vagues au cours de cette conférence le 22 mai prochain !

Le jeudi 22 mai 2014 de 18h à 20h
Natureparif
84, rue de Grenelle, 75007 Paris.
Métro : ligne 12, station Rue du Bac.
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.