Exposition « Des Jardins, Art de vivre & savoir-faire »

Exposition "Des Jardins, Art de vivre & savoir-faire", IESA, Paris, mars et avril 2018
L’art des jardins passionne les spécialistes comme les amateurs. Leur histoire est l’objet de recherches scientifiques rigoureuses, les jardins et le jardinage suscitent aussi un engouement populaire. La richesse du sujet a permis aux étudiants de Mastère 1 de l’IESA d’aborder le thème sous des angles originaux, grâce au prêt de nombreuses œuvres inédites provenant de collections privées.

L’équipe de l’exposition s’est attachée à reconstituer l’atmosphère d’un cabinet d’amateur de jardin. Par ce premier univers, le visiteur est directement plongé au centre de la conception scientifique d’un jardin au XVIIème siècle. Dans son cabinet de curiosités, cet amateur érudit est un bourgeois qui occupe son temps par la lecture d’ouvrages scientifiques autour de l’art du jardin. Pour rendre l’atmosphère de ce cabinet, un tableau représentant une vue du parterre de l’Orangerie du jardin de Saint-Cloud est présenté au mur. C’est aussi l’occasion de présenter des œuvres prestigieuses tels que l’Hiver du sculpteur Girardon ou encore des planches botaniques chinoises d’une très belle qualité de Jean-Yves Platt.

L’exposition se poursuit en offrant au visiteur une réflexion sur le jardin en tant que cadre du portrait. En s’appuyant sur des chefs-d’œuvre tels que la fameuse représentation de Mme de Pompadour en Belle Jardinière par Carle van Loo, une brève histoire du portrait au jardin sera présentée aux curieux. Le visiteur sera ensuite invité à se plonger dans différentes atmosphères de jardins grâce à des décors peints par l’artiste Lazare Tozzi représentant un jardin oriental, un jardin dit à la française, un jardin anglais ou encore italien. Costumes et accessoires seront proposés aux visiteurs désirant se faire photographier et réaliser leur propre portrait de jardin. Pour finir, les toiles seront mises en parallèle avec trois décors de castelet du peintre Jacques Chesnais (1907-1971) de la collection Olivier Morand.

Longtemps présenté comme le parent pauvre de l’histoire du paysage, le jardin potager, récemment redécouvert, a pourtant traversé l’histoire. Les fonctions de ce lieu, dédié initialement à la production alimentaire et médicinale, se sont développées pour atteindre de nouveaux usages : la décoration, les loisirs, l’usage dans un cadre bénéfique pour la santé, le maintien de la biodiversité ou encore créer du lien entre les habitants d’un quartier avec les jardins partagés. L’aspect manifeste et écologique du jardin potager sera représenté par des œuvres inédites, telles qu’une charrette de maraîcher du XIXème siècle, deux planches de l’Encyclopédie de D’Alembert et Diderot et l’incroyable collection de melons prêtés par la Maison Prévôt, restaurant gastronomique de Cavaillon spécialisé sur ce produit culinaire régional.

Portraits de jardins
L’exposition comportera une vingtaine de portraits de jardins découverts par les étudiants. Des perles vertes disséminées à travers la France et présentant des paysages aux esthétiques diverses et aux charmes singuliers. Petit aperçu de ces écrins végétaux…

Le Parc Oriental de Maulévrier
Ce parc du Maine et Loire, reconnu comme le plus grand parc d’inspiration japonaise en Europe, est d’un style qui s’apparente aux grands parcs de promenade de la période EDO. La conception du jardin, datant de 1980, repose sur quatre grands principes dont l’eau est l’élément principal. La végétation, très importante, est riche d’environ 400 espèces ce qui amène de multiples couleurs selon les saisons. Ainsi, le jardin se transforme au cours de l’année, symbolisant les différentes étapes de la vie.

Le Jardin de la Ballue
Ce jardin, situé en Ille-et-Vilaine près du Mont St Michel, fait partie du Château de la Ballue qui date du 17ème siècle. Inspiré de l’Italie baroque, le premier jardin propose un parcours labyrinthique et ludique à travers 13 chambres de verdure (bosquet attrape, jardin mouvementé, théâtre de verdure…). La promenade ramène ensuite le visiteur vers le château et son jardin régulier. Nous y trouvons aussi un jardin zen, une collection botanique de buis et un étang. Ce jardin suscite ainsi « émerveillement et raffinement » si propre au 17ème siècle.

Le jardin japonais du Havre
Ce jardin, qui se tient au beau milieu d’immeubles de la ville du Havre, a été construit en 1992 suite à une entente cordiale et commerciale entre le port d’Osaka et celui du Havre. Il ne s’agit pas d’un jardin public mais il forme en quelque sorte une zone d’oxygène chargée d’une symbolique très forte au milieu de la ville. Comme le témoigne l’Office du Tourisme, il s’agit « d’un lieu propice à la rêverie, où le minéral et le végétal se conjuguent harmonieusement avec l’eau en bruit de fond ».

Le jardin de la Bonne Maison
Ce jardin créé en 1975 se situe près de Lyon. C’est un « lieu de rencontre, où l’on reçoit des amis, où l’on peut échanger et partager », tel est le sens de la Bonne Maison comme nous l’indique Mme Odile Masquelier, créatrice et propriétaire du jardin. Il est composé de 850 plantes dont une collection exceptionnelle de roses. Le jardin est en totale liberté même si parfois son évolution est surveillée. En effet, le futur importe peu à Madame Masquelier, elle considère son jardin comme une personne.

Le jardin Leroy-Sème
Le jardin Leroy-Sème est un jardin niché au cœur de la cité Leroy du XXème arrondissement. C’est un espace associatif dans lequel les membres sont invités à s’investir afin de faire grandir ce jardin à la fois potager et contemplatif. Il est pensé comme un lieu de plaisance, à découvrir en flânant, au détour d’une rue.

Exposition "Des Jardins, Art de vivre & savoir-faire", IESA, Paris, mars et avril 2018Informations pratiques
Exposition « Des jardins, Art de vivre & Savoir-faire »
1, Cité Griset, 75011 Paris.
Tél. : +33 (0)1 42 86 57 01
Jusqu’au 4 avril 2018, accès libre et gratuit du lundi au samedi de 14h à 19h.
Métro : ligne 3, station Parmentier; ligne 2, station Ménilmontant.
Bus : ligne 96, arrêt Saint-Maur – Jean Aicard.

Une journée de colloque rassemblant des spécialistes du sujet (historiens, paysagistes, galeristes) se tiendra le 29 mars 2018 de 9h30 à 17h30
Accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 Partages
Partagez4
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez