Archive journalières: 27 février 2016

Un amour d’endive, plateau TV au Salon International de l’Agriculture

Endive, chicorée, photo © Photocrew / fotoliaCette année, je serai présent au Salon de l’Agriculture (Porte de Versailles, Paris 15e) pour plusieurs émissions de télévision sur le plateau du #VillageSemence (Hall 2.2). Aujourd’hui samedi, la première émission a pour thème l’endive.

Logo du Salon International de l'Agriculture 2016

Une demi-heure pour partager autour de l’endive vue d’un point de vue cuisine, marché, terroir et jardin.

27 février 15h – Ze cooking Girl – Un amour d’endive
Présenté par : Jean-Paul Hébrard (www.tvagri.info)

Invités :
Lucie Labide, blogueuse Saladetkoi
Alain Delavie, directeur de la rédaction de Rustica
Philippe Brehon, co-Président de l’Union des Endiviers

Hall 2.2 / allée C / #VillageSemence, stand27

Les rendez-vous TV suivants :
Samedi 5 mars à 10 h – On se dit tout – Permaculture, une technique ou une philosophie de vie ?
Samedi 5 mars à 15h – Ze cooking Girl – Un amour de chou
Dimanche 6 mars à 13h –  Cap sur l’innovation – À quoi ressemblera notre potager en 2025 ?
Dimanche 6 mars à 15h – Ze cooking Girl – Un amour de navet

Petits nettoyages de fin d’hiver

Fleurs fanées d'un sedum en jardinière dans le cimetière du Père Lachaise en hiver, Paris 20e (75)
Février touche bientôt à sa fin et avec lui l’hiver météorologique se termine. La météo n’étant pas très froide, les opérations de taille et de nettoyage peuvent donc être entreprises sans plus tarder.

Dans les parcs et jardins publics parisiens, les grosses touffes de graminées ont déjà été rabattues. Les rosiers et les arbustes à floraison estivale peuvent être taillés sans plus attendre car au moindre redoux, ils vont repartir très vite. Il faut s’occuper aussi des glycines, des bignones et des clématites d’été. Dans les massifs et les jardinières, les feuillages ou les hampes florales desséchées (photo de Sedum ci-dessus) doivent maintenant être coupées pour dégager l’espace et permettre aux nouvelles pousses qui pointent déjà chez certaines espèces de se développer sans être gênées.

J’ai terminé les tailles sur mon balcon, pour une fois très en avance. Le printemps peut arriver !

Le souci, soleil de l’hiver parisien

Souci (Calendula) en fleur dans le cimetière du Père Lachaise en hiver
Le souci est presque toujours présenté comme étant une fleur annuelle, alors qu’à Paris, les pieds passent les hivers et ne cessent de fleurir à longueur d’année. Au coeur de la mauvaise saison, les grandes marguerites vivement colorées dénotent dans le paysage urbain et apporte une touche de couleur joyeuse, même quand la grisaille persiste.

Souci (Calendula) en fleur dans le cimetière du Père Lachaise en hiver, Paris 20e (75)
Le saviez-vous ?
Les capitules du souci s’ouvrent à l’aube et se referment au crépuscule.
Le nom commun, souci, dérive du latin solsequia,  qui signifie « qui suit le soleil ».
Les « fleurs » (en fait des inflorescences) sont riches en nectar. La longue floraison du souci permet aux abeilles d’avoir une source de nourriture supplémentaire en dehors de la belle saison. Une jolie fleur très utile !

Floraison de mon médinilla

Medinilla magnifica, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Cette espèce m’a toujours attiré et les énormes pieds admirés dans certaines serres tropicales comme celles de Laeken en Belgique m’ont souvent laissé rêveur. Quand j’ai acheté mon pied de médinilla, tout petit, je voulais tester cette plante chez moi, sans être sûr de pouvoir lui offrir les conditions suffisantes pour qu’elle pousse et surtout fleurisse. La première floraison est plutôt une réussite.

Medinilla magnifica, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Le feuillage vert foncé et profondément nervuré est très élégant, avec une disposition opposée de chaque paire de feuilles. Quant aux fleurs, elles grossissent à vue d’oeil en s’épanouissant, avec plusieurs étages et des grandes bractées rose tendre. Le médinilla en impose et mérite bien son nom d’espèce, le magnifique ! (suite…)