Le monde en un jardin

Affiche du film Le monde en un jardin
Depuis le 22 janvier, vous pouvez voir le film de Frédérique Pressmann, Le monde en un jardin, au cinéma d’art et d’essai Saint-André-des-Arts (Paris 6e), tous les jours à 13h jusqu’à lundi prochain. Ce documentaire vous fera (re)découvrir le parc de Belleville auquel il est entièrement consacré.

Sur la colline de Belleville, à Paris, un parc a vu le jour il y a vingt-cinq ans lors d’une vaste opération de rénovation urbaine. Parvenu aujourd’hui à maturité, ce havre de verdure abrite toute la diversité humaine du quartier, un des plus populaires de la capitale. Avec des gestes simples, Gérard, jardinier en chef et philosophe, veille sur son domaine végétal et sur les âmes de ceux qui le fréquentent. Au fil des saisons, la vie s’écoule au sein de ce petit monde, nous offrant un reflet apaisé de notre société.

 

Sortie du coffret DVD le 1er février 2014.

Commentaires (2)

  1. jpp

    Je ne l’aurais pas fait exactement comme ça mais il faut absolument voir ce film! Un DVD sort bientôt.
    Après la production de samedi, Gérad Joubert a formulé une idée (un rêve) qui n’est pas dans le film : celui d’un jardin (public) de nuit. Ca existait à Paris, il n’y a pas si longtemps puisque je me souviens des Buttes-Chaumont encore ouvert la nuit. Comme le jardin ferme à 20 heures en hiver, j’ai pu faire le tour du lac de nuit l’autre jour. La grotte de la cascade (éclairée) prend toutes ses proportions et surtout le modelé du terrain par Edouard André, sa façon de « sculpter » le jardin prend toute sa valeur car les grandes masses ressortent mieux. Sans oublier les parfums…

  2. jpp

    Voilà un film que j’aurais aimé faire ! je vais à la séance de samedi en présence du jardinier Gérard Joubert dont j’ai déjà dit ici toute l’admiration que je lui porte. Quand j’ai démarré Saint-Serge , je suis allé le voir et il m’a donné une liste de végétaux pouvant convenir, recopiée à la main…
    Gérard Joubert prouve qu’un jardin public est la création conjointe , comme le dit la paysagiste Laurence Van Pool, de la Ville , du paysagiste, du jardinier et du promeneur. En occurrence, c’est le jardinier qui fait de ce parc le plus beau de Paris. La conception illustrée par les deux colloques de l’Ecole du Breuil l’an denier, du paysagiste comme créateur à qui tout le monde doit se soumettre (le jardinier obéit, le public subit) vole en éclat..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 Partages
Partagez18
Tweetez
+1
Enregistrer2
Partagez