Conférence publique « Pesticides… Environnement et santé publique »

Dans le cadre de son cycle de conférences mensuelles et à l’occasion de la Semaine pour les alternatives aux pesticides, Natureparif, en partenariat avec l’association Générations Futures, a le plaisir d’inviter le public à la conférence publique : « Pesticides… Environnement et santé publique ».

Semaine pour les alternatives aux pesticides

La France reste le premier pays utilisateur de pesticides en Europe, avec une consommation de près de 76 000 tonnes par an, toujours en hausse malgré les décisions du Grenelle de réduire les pesticides de 50% d’ici 2018. Un nombre limité de cultures (maïs, colza et vigne), qui occupent moins de 40% de la surface agricole utile, consomment à elles seules près de 80% des phytosanitaires commercialisés chaque année ! Viennent ensuite les collectivités pour l’entretien des voiries et des espaces verts, et les ménages pour l’entretien de leurs jardins et l’élimination des « nuisibles ».

Les conséquences sont multiples, touchant aussi bien l’environnement que la santé humaine: appauvrissement des sols, baisse significative des populations d’insectes et d’oiseaux, pollution des eaux, de l’air et des aliments, substances parfois reconnues comme cancérigènes…

À l’occasion de la 7ème édition de la Semaine pour les alternatives aux pesticides, cette conférence sera l’occasion de dresser un bilan de l’impact de l’utilisation des pesticides de synthèse sur l’environnement et sur la santé humaine. Dans un second temps, vous seront présentées les alternatives pour pratiquer une agriculture propre et les actions menées au niveau national (plan de réduction de l’utilisation des pesticides – Plan Ecophyto 2018, développement de l’agriculture biologique recommandée par l’Inra et le Cemagref…)

Visitez le site de la Semaine pour les alternatives aux pesticides : www.semaine-sans-pesticides.fr

« Pesticides… Environnement et santé publique » le jeudi 22 mars 2012, de 18h à 20h
Animée par François VEILLERETTE, Porte parole de Générations Futures
À l’auditorium de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), au 84 rue de Grenelle,  75007 Paris (Métro ligne 12, station Rue du Bac)
Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles.

Commentaires (2)

  1. nanou

    je ne sais pas ce que veut dire  » greenwashing  » mais parmi les adhérents de ce « pacte pour le jardin » se trouve Monsanto et toute sa filière , en dehors de l’aspect commercial et publicitaire , je ne vois pas pourquoi on adhèrerait à ces belles fausses promesses

  2. jpp

    C’est l’occasion pour le vilain petit canard de répéter :
    1/ Les jardins partagés n’ont pas signé l’accord Ecophyto car il ne fixe aucun objectif de réduction de l’usage des pesticides (« 50% si possible » , ce n’est pas un engagement).
    2/ L’UPJ (fabricants et vendeurs de pesticides dont Monsanto) intervient dans la campagne « Jardiner autrement » (campagne de sensibilisation aux problèmes liés aux pesticides) d’une manière on ne peut plus ambiguë. Il faut lire attentivement la brochure « Guide des bons soins au jardin » distribuée par l’UPJ :
    « Remis en cause depuis quelque temps pour des raisons souvent dogmatiques ,politiques ou stratégiques,, les « pesticides » comme les nomment leurs détracteurs sont un peu trop vite mis au ban de la société des écologistes.Le « zero phyto » n’est pas pour demain (page 50).
    « La végétation sauvage gène les activités ludiques dans le jardin par son grand développement (renouée, armoise), son caractère urticant (chardon, ortie, ronce) , ses fleurs qui attirent les insectes munis de dards redoutables (abeilles, bourdon) (page 24).
    Dans ces conditions , le Pacte pour le jardin dans la cité lancé par l’UPJ et patronné par Artus Bertrannd entre autre apparaît pour ce qu’il est : une opération de « greenwashing ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez1