Archives de mots clés: Natureparif

La RATP vous invite dans ses Jardins éphémères

Affiche Jardins Éphémères, RATP, Fête de la nature, mai 2017Les 17 et 18 mai 2017, les stations de métro Jaurès, La Motte-Picquet-Grenelle et la gare Nanterre Université vous proposent de nombreuses animations pour célébrer la Fête de la nature.

Pour cette 11e édition, la RATP invite la nature sur son réseau : les stations Jaurès et La Motte-Picquet-Grenelle ainsi que la gare Nanterre Université se transformeront les 17 et 18 mai en véritables jardins. Ne manquez pas les nombreuses animations qui vous y attendent ! Cette opération événementielle rappelle l’enjeu que représente la végétalisation des stations, projet récemment plébiscité par les voyageurs lors de la grande consultation réalisée par la RATP.

La RATP, en partenariat avec Natureparif, Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, vous propose cette année de découvrir les « super-pouvoirs » de la nature.

Vous rencontrerez des jardiniers et des spécialistes d’agriculture urbaine, qui vous prodigueront leurs conseils sur les plantes et vous initieront à des activités vertes (construction de bacs à compost, culture verticale, décoration en mousse, jeu de reconnaissance de graines, …). Rendez-vous dans les stations Jaurès et La Motte-Picquet-Grenelle et la gare Nanterre Université les 17 et 18 mai de 11 h à 19 h. Les ateliers, accessibles à tous, sont animés par des associations partenaires. (suite…)

Conférence de Natureparif sur le monde des lichens

Affiche de la conférence sur le monde des lichens, Natureparif, mars 2017Dans le cadre de son cycle de conférences à destination du grand public, Natureparif vous propose de rencontrer Rémy PONCET, chargé de mission « habitats naturels et lichens » à l’UMS PatriNat (UMS 2006 – CNRS-MNHN-AFB) et Laure TURCATI ingénieure de recherche à l’OSU Ecce Terra (UPMC-CNRS).

Les lichens poussent partout et sur tous types de supports, repoussant très loin les conditions limites à la présence de la vie sur terre (et au-delà) !
Organismes chimériques extraordinaires, les lichens sont connus (jusqu’à de très récentes découvertes) pour être constitués de l’alliance symbiotique d’un champignon (mycobionte) et d’un partenaire photosynthétique (photobionte) et être dotés de propriétés physiques et chimiques particulières qui leurs permettent de survivre et de croître dans les milieux les plus hostiles, mais les rendent aussi incroyablement sensibles aux modifications des conditions environnementales.
Biodiversité exceptionnelle par ses stratégies de vie, ses formes, ses couleurs et ses propriétés qui en font des organismes uniques, les lichens sont aussi très bien représentés parmi les espèces qui constituent la biodiversité ordinaire et nous les côtoyons sans nous en apercevoir jours après jours, en tous lieux, (ou presque).

Rémy PONCET présentera le monde fabuleux des lichens au travers d’un voyage qui vous conduira de l’intérieur de leur thalle, à l’échelle microscopique, aux contrées les plus éloignées du globe en passant par le coin de la rue, l’arbre du jardin et Mars. Vous verrez ce que leurs propriétés extrêmes nous enseignent et vous tenterez d’imaginer ce que l’étude et l’utilisation des lichens peut nous réserver pour l’avenir. Puis Laure TURCATI explorera les possibilités qu’offrent les lichens comme objet d’étude pertinent pour l’évaluation de la qualité de l’air que nous respirons et la participation du grand public dans les programmes scientifiques.

Le jeudi 9 mars 2017 de 19h à 21h
Halle Pajol – Auberge de Jeunesse
18/22 ter, rue Pajol, 75018 Paris;
Métro : ligne 12, station Max Dormoy.
Entrée gratuite, inscription obligatoire.

Conférence publique : Des interactions dans le vivant

Affiche de la conférence de Natureparif, février 2017Dans le cadre de son cycle de conférences pour le grand public, Natureparif invite Grégoire Loïs, chargé d’études à Natureparif et chargé de mission sur les programmes de sciences participatives de Vigie-Nature au Centre d’Écologie et des Sciences de la Conservation du Muséum national d’Histoire naturelle.

Il y a plusieurs angles sous lesquels appréhender la biodiversité : la diversité en espèces, évidemment, la diversité en fonctions et processus, beaucoup moins triviale, et la diversité en interactions entre espèces. Cette dernière est particulièrement fascinante prise dans une perspective évolutive : si la diversité en espèces s’envisage relativement logiquement à l’échelle des temps géologiques, la diversité des interactions entre espèces met en abîme le vivant dans toute sa complexité. Grégoire Loïs présentera quelques exemples frappant de la faune et de la flore d’Île-de-France, non moins inventifs que ceux du cœur de la forêt équatoriale.

Mercredi 8 février 2017 de 19h à 21h
Halle Pajol – Auberge de Jeunesse, 18/22 ter, rue Pajol, 75018 Paris.
Métro : ligne 12, station Marx Dormoy.
Entrée gratuite. Inscription conseillée.

Plus du tiers des papillons de jour d’Île-de-France menacé ou disparu

Liste rouge régionale des Rhopalocères et Zygènes d’Île-de-France, NatureparifPour la première fois, la démarche d’élaboration d’une Liste rouge régionale des espèces menacées a été appliquée aux papillons de jours d’Île-de-France, selon les critères définis par l’UICN. Cet état des lieux révèle une situation alarmante : sur les 135 espèces présentes sur la région, 51 (37 %) sont actuellement menacées ou disparues, soit plus d’une espèce sur trois  !

Cette Liste rouge régionale, réalisée à partir de la méthodologie officielle de l’Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN), dresse un état des lieux des menaces pesant sur les Rhopalocères et les Zygènes d’Île-de-France et constitue une nouvelle référence standardisée reconnue internationalement.

Piloté par l’Office pour les insectes et leur environnement (Opie) et Natureparif, l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, en partenariat avec l’Association des Lépidoptéristes de France (ALF), ce travail s’inscrit dans le programme de l’Observatoire francilien des insectes et vient compléter la liste d’indicateurs de référence permettant d’apprécier l’état de santé de la biodiversité francilienne. En effet, les études portant sur les papillons de jour ayant révélé leur forte sensibilité à la qualité des milieux ouverts, ils sont devenus un indicateur incontournable pour suivre l’évolution de ces espaces.

Ainsi, sur les 135 espèces qui peuplent ou peuplaient l’Île-de-France, 18 ont déjà disparues (13%), 33 sont menacées (24%) et 10 sont quasi menacées (8 %). Ces chiffres alarmants témoignent avant tout de la disparition des habitats de prédilection des papillons (pelouses, prairies, landes), au profit d’une artificialisation du territoire par l’intensification agricole et la densification urbaine. Par ailleurs, dans un paysage de plus en plus morcelé et uniformisé, il devient difficile pour ces espèces, dont la capacité de dispersion est parfois très faible, de reconnecter des populations isolées.
(suite…)

Conférence « Croissance verte ou low tech : Quelles innovations dans un monde contraint en ressources ? »

Conférence publique "Croissance verte ou low tech : Quelles innovations dans un monde contraint en ressources ?", Natureparif, Paris, octobre 2016Dans le cadre de son cycle de conférences à destination du grand public, Natureparif vous propose de rencontrer Philippe Bihouix, ingénieur centralien qui a travaillé dans différents secteurs industriels (bâtiment, chimie, énergie, transports…) comme ingénieur conseil ou dirigeant. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles sur le lien entre ressources et technologies, en particulier « L’âge des low tech : vers une civilisation techniquement soutenable » (Seuil, collection Anthropocène, 2014).

Tandis que tous les indicateurs sur l’état de la planète virent au rouge (effondrement de la biodiversité, dégradation et destruction des sols, changement climatique, pollution généralisée, tensions sur l’énergie et les matières premières), nous sommes submergés par les annonces sur les avancées scientifiques ou technologiques bénéfiques.
Les technologies « vertes » seraient sur le point de transformer nos sociétés, et de sauver la planète (et la croissance) grâce à une nouvelle révolution industrielle, celle des énergies renouvelables, du numérique, des réseaux intelligents, de l’économie circulaire, des nano-bio-technologies et des imprimantes 3D.
Mais ces innovations sont trop souvent consommatrices de ressources minières limitées et leur raréfaction rend la mise en œuvre d’une telle économie high tech bien risquée. Et s’il fallait explorer une autre voie, celle de technologies sobres et résilientes, pour éviter la catastrophe, et s’orienter vers une civilisation techniquement soutenable ?

Jeudi 20 octobre 2016 de 19h à 21h
Halle Pajol – Auberge de Jeunesse, 18/22 ter, rue Pajol, 75018 Paris.
Métro : ligne 12, station Max Dormoy.
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Devenir Gardien de Semences

Natureparif a la volonté d’inciter les jardiniers amateurs ou professionnels de tous âges, à devenir Gardien de semences, afin qu’ils s’engagent à conserver des semences et à les partager.

Cahier de semences, Natureparif
Le processus pour devenir Gardien de semences est constitué de 6 actions :

  • Le jardinier doit pour commencer choisir la variété qu’il souhaite conserver.
  • Ensuite, il est invité à se renseigner sur son mode de reproduction.
  • Il peut se procurer les semences auprès d’une association ou d’un particulier connu pour être Gardien de semences.
  • La suite du processus pour le jardinier consiste à semer, marquer ses porte-graines et récolter ses semences sans oublier d’étiqueter précisément ses sachets.
  • Il est ainsi en mesure de planter une nouvelle fois ses semences et de les partager avec d’autres Gardiens ou avec ses amis.
  • Au fur et à mesure, il pourra ajouter d’autres variétés à conserver dans son jardin.

(suite…)