Le labourage des merles sur mon balcon

/, Paris/Le labourage des merles sur mon balcon

Le labourage des merles sur mon balcon

Projections de terreau par les oiseaux sur mon balcon parisien en hiver, Paris 19e (75)
À peine nettoyé, mon balcon a été aussitôt jonché de terreau suite à la visite d’un merle fouisseur dans mes jardinières, merle que j’ai aperçu depuis ma chambre pendant que je travaillais sur mon ordinateur. Le fautif a été aussitôt chassé, mais pendant mes absences, il s’active et fait des dégâts.

Grattage dans le terreau par les oiseaux sur mon balcon parisien en hiver, Paris 19e (75)Chaque année à cette époque, c’est le même scénario. Le terreau de mes jardinières est activement gratté et déplacé en surface, avec par endroits des trous assez conséquents.

Projections de terreau par les oiseaux sur mon balcon parisien en hiver, Paris 19e (75)
Je suppose que les vers et autres petites bestioles doivent être suffisamment nombreux dans le terreau pour entraîner ces excavations dans toutes les jardinières. Je ne devrais pas me plaindre si ce sont des vers blancs d’othiorhynques ou d’autres ravageurs aussi peu recommandables. Mais quand même, Monsieur Merle pourrait mieux se tenir à table !

Grattage et trou dans le terreau par les oiseaux sur mon balcon parisien en hiver, Paris 19e (75)

By |2017-02-19T20:37:44+00:00février 20th, 2017|balcon et terrasse, Paris|6 Comments

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

6 Comments

  1. jpp 20 février 2017 at 22 h 13 min

    Oui bien sympa …surtout quand vous avez fait des semis…

  2. THEO 20 février 2017 at 21 h 47 min

    Les merles ont commencé leur première nichée de l’année : ce sont en effet, les vers blancs d’othiorhynques bien gras à la fin de l’hiver qu’ils cherchent pour un apport de protéines à leurs petits, et ils ne se trompent jamais de date ! Ayant ce problème depuis 20 ans j’ai essayé plusieurs défenses : la dernière et la meilleure consiste à piquer une grande quantité de batonnets de bambou en terre, assez serrés pour empêcher le grattage,(mes bacs ressemblent à des hérissons !) et cela n’empêche pas les plantes de pousser. Mes amis les merles (que j’adore) sont ‘refaits » et contraints d’aller gratter en face au Parc Citroen. Malheureusement cela ne résout pas mon problème d’othiorhynques : une vraie catastrophe !

  3. Alain Delavie 20 février 2017 at 20 h 42 min

    Ah, les poules,oui d’excellentes nettoyeuses de vermine… C’est ce que je me dis en regardant le fouillis après le passage du merle chanteur, bien sympathique au demeurant.

  4. Chasseriau Michèle 20 février 2017 at 18 h 50 min

    Quel malappris, il pourrais éviter d’en mettre partout et de faire de gros trous!

  5. SAMB 20 février 2017 at 12 h 53 min

    Il se récompense de vous réveiller par son chant!!!!!

  6. Pensons Sauvage 20 février 2017 at 7 h 54 min

    Il gratte la terre pour l’aérer en même temps qu’il en sort des ravageurs, c’est son boulot, puisqu’elle en a besoin. Alors bien sûr, sur un balcon c’est un peu hors de propos :-)) et va falloir un bon coup de balai à chacune de ses visites, mais ça reste émerveillant de voir comme tout cela est bien conçu.
    Chez nous on installe les poules – oiseaux gratteurs domestiques – dans un parcours mobile sur les zones du potager qui en ont besoin. Elles adorent ça, et elles bossent sec, c’est un vrai plaisir ^^

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies and third party services. Oui