Ajania, le chrysanthème mimosa

/, plante vivace/Ajania, le chrysanthème mimosa

Ajania, le chrysanthème mimosa

Ajania pacifica, cimetière Saint-Vincent, Montmartre, Paris 18e (75)

Le chrysanthème du Pacifique ou ajania (Ajania pacifica) est en fait une espèce distincte des chrysanthèmes que l’on trouve en abondance chez les fleuristes en automne.

Ajania pacifica, cimetière Saint-Vincent, Montmartre, Paris 18e (75)
Cette petite plante vivace à floraison automnale donne des inflorescences jaunes qui rappellent les glomérules des mimosas ou des santolines et présente un feuillage vert grisâtre avec un liseré argenté très décoratif.

Ajania pacifica, cimetière Saint-Vincent, Montmartre, Paris 18e (75)

Moins volumineuse que la plupart des chrysanthèmes des jardins, l’ajania est parfait pour les potées ou jardinières (un rebord de fenêtre est suffisant pour l’accueillir) où son feuillage reste élégant à longueur d’année, tant que les gelées ne sont pas trop fortes. Cette plante est assez rustique pour survivre dehors en pleine terre ou en pot avec une petite protection hivernale en région parisienne. Au printemps, des nouvelles pousses repartent de la souche, il suffit alors de supprimer les tiges desséchées.

Ajania pacifica, cimetière Saint-Vincent, Montmartre, Paris 18e (75)

Il faut installer l’ajania dans un endroit ensoleillé et abrité des courants d’air froid. Les arrosages doivent être réguliers, mais modérés, la plante craignant les excès d’humidité surtout en plein hiver. Les tiges ayant tendance à se dégarnir à la base, une taille au début du printemps favorise un port plus compact et l’apparition de nouvelles pousses très argentées quand elles sont jeunes.

By |2011-11-20T22:04:40+00:00novembre 21st, 2011|fleur, plante vivace|1 Comment

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

One Comment

  1. jpp 21 novembre 2011 at 10 h 53 min

    Merci pour l’info une fois de plus. Cette plante doit effectivement être abondante chez les fleuristes car ça fait partie des potées que les gens ramènent à StS une fois défleuries. Je sais maintenant que je peux les mettre en jauge pour le printemps !

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies and third party services. Oui