Archives de mots clés: Astéracées

Festival de couleurs avec un seul pied d’Heliopsis

Heliopsis hybride en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Les fleurs de mon pied d’Heliopsis (Heliopsis helianthoides var. scabra ‘Bleeding Hearts’) changent de couleur au fur et à mesure de leur épanouissement. Et cela finit par donner cet ensemble de teintes chaudes allant du jaune lumineux au brun cuivré, en passant par un orange éclatant. J’adore !

Plus l’été s’avance, plus la floraison est abondante, pour mon plus grand plaisir. Et les fleurs durent longtemps, d’où ce camaïeu de jaune et d’orange qui s’accorde très bien avec le pourpré du feuillage. Je ne regrette décidément pas mon achat, même si à l’époque je trouvais que le jeune plant était plutôt chétif. Il s’est bien rattrapé depuis.

Brachycome multifida pour une floraison estivale prolongée

Brachycome multifida en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Cette petite plante vivace cultivée en annuelle fait partie des valeurs sûres pour les décorations florales estivales. Avec son feuillage très fin en coussin et sa multitude de petites fleurs étoilées qui se renouvellent sans cesse du printemps jusqu’aux gelées, elle reste toujours élégante et charmante.

La plante a un faible développement et ses dimensions réduites permettent de l’accueillir dans une petite potée sur le rebord d’une fenêtre ou la rambarde d’un petit balcon. Elle pousse aussi très bien en suspension ou en pleine terre, en bordure ou tapis, à exposition ensoleillée.

Cette année, j’en ai planté un pied avec mon bégonia Summerwings Orange qui s’est montré beaucoup trop vigoureux par rapport au brachycome, mais sans pour autant l’envahir et l’étouffer. J’ai donc pu profiter de la belle floraison blanche depuis la fin du printemps et pendant les fortes chaleurs. Et cela continue ! Avec un minimum de soins, pas de nettoyage des fleurs fanées, pas de taille ou pincement, des arrosages réguliers mais pas abondants… Bref, une très bonne fleur d’été !

Quand l’hiver n’est pas trop froid, le brachycome vivace peut passer la mauvaise saison et repart de plus belle au printemps, comme un pélargonium.

‘Linnaeus’ et ‘Cinnabar’, deux noms pour le même oeillet d’Inde

Oeillet d'Inde (Tagetes patula 'Linnaeus'), Astéracées, en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
En feuilletant le numéro d’août de l’excellente revue anglaise Gardens Illustrated, j’ai découvert que l’oeillet d’Inde ‘Linnaeus’ que j’ai acheté en Belgique au printemps dernier est en fait un oeillet d’Inde ‘Cinnabar’.

Oeillet d'Inde (Tagetes patula 'Linnaeus'), Astéracées, en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
J’ai été obligé de rabattre sévèrement la touffe devenue trop imposante et envahissante pour les plantes voisines cultivées dans le même pot. Mais très ce bel oeillet d’Inde s’est mis à repousser, avec de belles pousses bien vigoureuses. La floraison est moins abondante, mais elle devrait retrouver toute sa superbe avant la fin de l’été. Quant aux plantes voisines, elles en ont profité pour pousser et prendre leurs aises.

Oeillet d'Inde (Tagetes patula 'Linnaeus'), Astéracées, en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Quel que soit son nom véritable, c’est vraiment une super variété, très vigoureuse et florifère, facile à cultiver. J’adore les grandes fleurs simples, d’un vrai rouge avec un délicat liseré jaune d’or. La grande classe !

Matricaire camomille, florifère et résistante à la sécheresse et canicule

Matricaire camomille (Matricaria recutita) en fleur dans le parc de Passy, Paris 16e (75)
Tapis dense de feuillage finement découpé et bien vert foncé et constellations de petites marguerites, telle se présente la matricaire camomille (Matricaria recutita) dans les jardins et les parcs assoiffés et écrasés par la chaleur estivale. Avouez que cela vaut bien certains anthémis ou d’autres fleurs annuelles…

Matricaire camomille (Matricaria recutita) en fleur dans le parc de Passy, Paris 16e (75)
Le feuillage couvre bien le sol et forme un beau tapis bien homogène. On ne peut pas en dire autant des gazons parisiens, souvent complètement desséchés et jaunis.

Première fleur au coloris chaud sur mon pied de Rudbeckia

Rudbeckia triloba (Astéracées) en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
J’ai acheté cette plante annuelle lors des Journées des plantes de Beervelde en mai dernier, sans noter le nom malheureusement. Je voulais une variété de Rudbeckia triloba, et il me semblait que c’était ce que j’avais choisi, mais le feuillage et les fleurs sont très différents. Qu’importe, la couleur me plaît et la végétation est bien vigoureuse. Une belle surprise !

Rudbeckia triloba (Astéracées) en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Ce n’est que le tout début de la floraison, il y a plein de boutons floraux. J’aime beaucoup ce coloris très chaud qui tranche avec le feuillage vert soutenu aux nervures pourpre. À suivre !

Cosmos chocolat et alcathéa café au lait sur mon balcon parisien

Cosmos atrosanguineus Chocamocha (Astéracées) et Alcathea suffrutescens 'Parkallee' (Malvacées) en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Mon pied de cosmos chocolat (Cosmos atrosanguineus ‘Chocamocha’) a lancé ses fleurs au-dessus de la rue entre les hampes florales démesurées de mon pied d’Alcathea ‘Parkallee’. Un duo inattendu entre des fleurs pourpre chocolat et d’autres café au lait. Une association très gourmande !

Cosmos atrosanguineus Chocamocha (Astéracées) et Alcathea suffrutescens 'Parkallee' (Malvacées) en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Bien qu’exotique et peu rustique, mon pied de cosmos chocolat a repoussé au début du printemps avec une belle vigueur. La touffe est même très volumineuse et elle déborde largement de son pot. La floraison est aussi très généreuse. Par contre, pour le parfum, il faut vraiment mettre une fleur sous son nez, sinon on ne sent rien à distance.

Ces deux plantes vivaces boivent beaucoup, je suis obligé de les arroser chaque jour et copieusement. Mais elles me gratifient d’une superbe floraison, c’est parfait !