Archives de mots clés: Grandes serres

Exposition Mille & Une Orchidées au Jardin des Plantes de Paris

Exposition Mille et une orchidées, grandes serres du Jardin des Plantes, Paris 5e (75)

Exposition Mille et une orchidées, grandes serres du Jardin des Plantes, Paris 5e (75)
Je ne sais pas s’il y a vraiment 1001 orchidées, je ne les ai pas comptées, mais ce qui est sûr, c’est que la profusion ne manque pas !

Exposition Mille et une orchidées, grandes serres du Jardin des Plantes, Paris 5e (75) (suite…)

Cymbidium Red Beauty ‘Toulouse’

Cymbidium Red Beauty 'Toulouse', exposition Mille et une orchidées, grandes serres du Jardin des Plantes, Paris 5e (75)
Jusqu’au 27 février 2017, l’exposition Mille & une orchidées vous permet d’admirer un grand nombre d’orchidées dans les grandes serres du Jardin des Plantes de Paris. Et notamment ce beau cymbidium hybride aux coloris chaleureux.

Belle orchidée assez imposante à garder dans une pièce avec beaucoup de lumière et des températures pas trop élevées, entre 15 et 18 °C. Prévoir un arrosage copieux hebdomadaire, en laissant bien égoutter l’eau.

Cymbidium Red Beauty 'Toulouse', exposition Mille et une orchidées, grandes serres du Jardin des Plantes, Paris 5e (75)

« Hybridations », exposition du 6 septembre au 24 novembre 2014

Exposition "Hybridations" par Alexis Tricoire, grandes serres du Jardin des Plantes, Paris 5e (75)
Pour la Paris Design Week et pendant tout l’automne, le designer Alexis Tricoire investit les grandes serres du Jardin des Plantes de Paris avec une vaste exposition – installation délirante du 6 septembre au 24 novembre 2014.

Les grandes Serres du Jardin des Plantes deviennent le théâtre d’une intervention artistique avec une quarantaine de « scènes » dans l’esprit du Land Art qui investiront différents milieux : la serre des forêts tropicales humides, serre des déserts et milieux arides, serre de Nouvelle-Calédonie, et serre de l’Histoire des plantes. Les éléments installés en « populations », pièces et matériaux issus du recyclage de l’industrie et de l’artisanat de la Brosserie française, révèlent et transcendent la beauté des paysages hybrides apportant une nouvelle lecture de la relation entre l’objet et la plante entre le naturel et le synthétique.

(suite…)

Noces Végétales aux grandes serres du Jardin des Plantes (Paris 5e)

Exposition Noces végétales, Tzuri Gueta, Grandes Serres du Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75)

Du 21 novembre 2013 au 2 février 2014, la Fondation Ateliers d’Art de France et le Muséum national d’histoire naturelle présentent au coeur des Grandes Serres du Jardin des Plantes, Noces végétales, la première exposition parisienne du créateur Tzuri Gueta.

Utilisant une matière issue du silicium associée au textile pour créer des oeuvres d’inspiration organique, Tzuri Gueta sublime une nature protégée et contrôlée en proposant un parcours au coeur des serres à la fois réel et rêvé, empreint de symboles. Le monde végétal se découvre autrement, à travers l’oeil du créateur, passé sous le spectre de la modernité, de l’imaginaire, de l’engouement créatif.

Désigné lauréat du prix Le Créateur de la Fondation Ateliers d’Art de France, Tzuri Gueta s’est vu offrir la possibilité de présenter son travail sous une forme exceptionnelle dans un lieu choisi pour sa singularité et les résonances entretenues avec ses propres créations.

Inventeur d’une technique unique et brevetée de « dentelle siliconée », Tzuri Gueta révèle depuis plus de quinze ans à travers ses textiles, ses parures et ses mises en scène un univers résolument organique, végétal ou géologique qui ne demandait qu’à s’épanouir dans un lieu dédié à la nature. Avec le soutien financier et logistique de la Fondation Ateliers d’Art de France, Tzuri Gueta a choisi de présenter son exposition Noces Végétales à Paris, dans les Grandes Serres du Jardin des Plantes. Source d’inspiration pour de nombreux artistes – peintres, hommes de lettre, sculpteurs ou musiciens – le Jardin des Plantes entretien depuis sa création au XVIIe siècle une relation féconde entre les sciences naturalistes et l’art.

Noces Végétales déroule pour le visiteur un parcours initiatique dans les rites et les symboles du mariage. Les noces que l’on célèbre ici sont celles qui associent dans un troublant mimétisme la dentelle siliconée et les végétaux abrités par la serre. Un rideau de gouttes déployé comme un dais, des lustres aux drapés élégants en maille tubulaire, des fourreaux de dentelle épousant des troncs d’arbre au plus près de l’écorce, des extensions de silicone prolongeant une branche… mêlent leurs silhouettes organiques à la végétation exubérante de la serre. Où se situe la limite entre le végétal et sa prothèse de silicone ? Entre le vrai et le faux ? Les créations simili-végétales de Tzuri Gueta collaborent avec le lieu, créent un dialogue avec les plantes. Comme un terrain de jeu pour un créateur qui sait entretenir la confusion entre les matières.

Né sur le rivage d’Israël, Tzuri Gueta a gardé en mémoire les formes organiques des éléments brassés par les fonds sous-marins dont il aime reproduire dans son travail les lignes de coraux, les coloris, mais aussi l’impression de mouvement généré par le courant. C’est cette impression de vie que l’on retrouve ici. Car si ces organismes en dentelle siliconée relèvent d’une nature imaginaire et fantasmée, ils sont pourtant parfaitement vraisemblables. A contrario, la nature ne produit-elle pas elle-même des éléments d’une telle perfection, vernissés et luisants, qu’ils semblent artificiels ? La consistance du silicone, matériau naturel issu du silicium et proche du verre, permet d’autant mieux la mise en œuvre du leurre. Dans Noces Végétales, le créateur n’imite pas la végétation, il la réinvente, en manipulant les codes d’une nature protégée et ultra-contrôlée par le lieu emblématique de la serre.

Pour Tzuri Gueta, la serre devient un laboratoire, une couveuse expérimentale dont les parois vitrées n’imposent qu’une frontière fragile entre l’intérieur et l’extérieur. Ses pièces hybrides, minutieusement réalisées à la seringue dans son atelier, sont surdimensionnées pour habiller un lieu si monumental.

Noces Végétales est une expérience visuelle et sensorielle propre à perturber le visiteur qui imaginait admirer une multitude de plantes. En s’immergeant dans le silence d’une végétation en trompe-l’œil qui bouscule ses perceptions, il est invité à découvrir la nature autrement, à travers le regard d’un artiste textile qui s’approprie à loisir le rôle de « Créateur ».

(suite…)

Exposition dans les grandes serres du Jardin des Plantes de Paris jusqu’au 4 novembre 2013

Glottiphyllum cruciatum, photo F.-G. Grandin / MNHN
Un nouveau parcours muséographique vous est proposé jusqu’au 4 novembre 2013 dans les grandes serres du Jardin des Plantes de Paris. Il fera découvrir à ses nombreux visiteurs les « trucs et astuces » des végétaux pour affronter les sécheresses intense, permanente ou passagère.

L’eau c’est la vie ! La vie des plantes aussi ! Elles savent gérer cette ressource quand elle est rare.

Serre des déserts, Jardin des Plantes de Paris, photo F.-G. Grandin / MNHN
Dans la serre des déserts, les visiteurs apprendra comment les cactus, plantes-bouteilles ou euphorbes, qui stockent l’eau et toutes les étranges adaptations pour survivre en milieu très hostile. Plus étonnant dans les forêts tropicales, rincées de pluies quotidiennes, il faudra chercher les « épiphytes »; perchées en haut des arbres qui en cherchant la lumière vivent sans sol donc sans stock d’eau… Et en Nouvelle-Calédonie où les zones les moins arrosées accueillent un maquis minier ou une forêt sèche, milieux très fragiles et menacés, où 95% des espèces sont spécifiques. (suite…)

Exposition Mille & une orchidées dans les grandes serres du Jardin des Plantes (Paris 5e)

Cirrhopetalum gagnepainii var. purpurreum © MNHN
Les grandes serres du Jardin des Plantes (Muséum national d’Histoire naturelle), entièrement rénovées et réaménagées, ont rouvert au public en juin 2010. 600 000 visiteurs plus tard, beauté, exotisme et connaissance sont toujours au rendez-vous ! Ces serres très luxuriantes accueillent les visiteurs dans une généreuse somptuosité végétale avec plus d’un millier de plantes les invitant à un voyage unique au cœur de la biodiversité. Dans ce cadre exceptionnel, le Jardin des Plantes souhaite renouer avec la tradition d’expositions végétales et particulièrement d’exposition d’orchidées. Ainsi, ce sont plus de mille pieds d’orchidées en fleurs qui vont venir animer la serre tropicale.
Une draperie de Phalaenopsis cascadera sur le grand rocher après que des gerbes de Cymbidiums auront jailli à l’entrée…

  • Cette famille végétale mythique compte environ 30 000 espèces, elle est l’un des groupes de plantes à fleurs les plus diversifiés et les plus « sophistiqués ». Le Muséum en conserve une très belle collection riche de plus de 1000 espèces « sauvages ». Elles sont, pour la plupart, gardées dans les serres de l’Arboretum de Chèvreloup près de Versailles. L’exposition est aussi une belle occasion de découvrir quelques-unes des raretés appartenant à cette collection historique. Un zoom sera fait sur l’acquisition en 2011 de la collection de l’orchidéïste français Marcel Lecoufle qui a cessé son activité et dispersé les rares plantes qu’il gardait par passion.
  • Le Jardin du Luxembourg du Sénat et les serres d’Auteuil de la Ville de Paris ont été invités à la manifestation. Quelques-unes des orchidées extraites de leurs collections extraordinaires et secrètes seront dévoilées au public.
  • Enfin, il a été confié à trois producteurs français d’orchidées la création de trois « scènes d’orchidées » où ils mettront en valeur dans des décors simples contemporains et naturels des plantes exceptionnelles.
Phalaenopsis parishii © MNHN
Cette exposition sera une fenêtre entrouverte sur les plus belles collections d’orchidées conservées à Paris et sur les plus beaux catalogues privés des orchidéïstes français.
J’ai la chance de pouvoir découvrir cette exposition qui s’annonce fabuleuse en avant-première ce matin…
Infos pratiques
Du 22 février au 18 mars 2013 dans les grandes serres.
Gratuit : conseils de l’AFCPO chaque mercredi et week-end de l’exposition, à partir de 14h.
Accès par le Jardin des Plantes, 57 rue Cuvier, 75005 Paris.
Métro : lignes 5 ou 10, station Gare d’Austerlitz, ligne 7, station Censier-Daubenton, lignes 7 ou 10, station Jussieu.
Ouvert tous les jours de 10h à 17h (sauf le mardi).
Tarifs : 6 €, réduit 4 €.
Fermeture des caisses 45 mn avant la fermeture du site.