Archives de mots clés: Apiacées

Ammi, fanée mais toujours jolie

Ombelle d'Ammi visnaga défleurie, Jardin des Serres d'Auteuil, Paris 16e (75)

Les ombelles défleuries et couvertes de graines en cours de maturation de l’ammi (Ammi visnaga) restent longtemps décoratives. Le motif des inflorescences varie de l’une à l’autre, démonstration en photos…

Ammi visnaga, la grâce faite fleur…

Ammi visnaga, Parc floral de Paris, Paris 12e (75)

Cette plante annuelle cousine de la carotte, de la cigüe, du cerfeuil et du fenouil offre à la fois un délicat feuillage vert doux finement ciselé d’une très grande légèreté et d’énormes ombelles aplaties blanches qui semblent comme flotter dans les airs au-dessus du feuillage. Une valeur sûre pour les massifs d’été !

Ammi visnaga, Parc floral de Paris, Paris 12e (75) (suite…)

Cosmos et maceron perfolié

Cosmos Sonata 'Carmine' et maceron perfolié (Smyrnium perfoliatum), grande perspective du Jardin des Plantes de Paris en été, Paris 5e (75)

Il y a quelques jours je vous présentais le cosmos Sonata ‘Carmine’, mais le voici en duo estival tonique et acidulé avec du maceron de crête (Smyrnium perfoliatum), aux fleurs et aux bractées d’un vert chartreuse très lumineux.

Le maceron est une plante de la famille des Apiacées (ex Ombellifères) qui se cultive en bisannuelle alors que le cosmos, une Astéracée, est annuel. Le premier pousse aussi à la mi ombre alors que le second préfère le plein soleil. Mais quand le sol reste suffisamment frais en été, l’accord est possible comme ce parterre photographié dans la grande perspective du Jardin des Plantes de Paris.

La réussite du semis de maceron n’est pas toujours évidente. Si vous trouvez des jeunes plants prêts à fleurir, installez-les dans votre jardin pour qu’ils s’y ressèment tous seuls. Parfois cette petite plante peut même devenir envahissante.

Bouquet de dills ou fleurs de carottes

Bouquets de fleurs teintées de carottes, MIN de Rungis (94)

Naturellement blanches, les fleurs de carotte (sauvage ou non) sont d’une grande élégance. Mais j’ai découvert qu’il existait d’autres coloris en visitant le pavillon aux fleurs du MIN de Rungis vendredi dernier.

Les bouquets portaient une étiquette avec la mention « DILLS ». En questionnant la vendeuse, elle m’a indiqué qu’il s’agissait de fleurs de carottes. En anglais, « dill » désigne l’aneth, une Apiacée (ex Ombellifère) cousine des carottes, mais dont l’inflorescence est plutôt jaune verdâtre. Mystère donc sur ces belles ombelles que je ne me rappelle pas avoir jamais vu chez les fleuristes…

Jolies, non ?

Jolie, la carotte sauvage !

Certaines mauvaises herbes se révèlent parfois d’un attrait égal aux plantes cultivées. Telle cette grosse touffe de carotte sauvage (Daucus carota), en pleine floraison.

Superbe, non ?

Cette plante annuelle, voire bisannuelle, meure après avoir fleuri et donné de très nombreuses graines. Les ombelles de petites fleurs blanches ont la particularité de se replier pour former comme un nid d’oiseau quand les graines sont arrivées à maturité. Pour limiter l’expansion de cette sauvageonne, il faut donc couper les ombelles dès qu’elles fanent. Pour en retrouver un peu partout, on laisse faire la nature !

Bon à savoir : la carotte sauvage ressemble beaucoup à la grande et à la petite ciguë, deux plantes fortement toxiques et déconseillées dans les jardins, ainsi qu’aux oenanthes. Mais elle est pourvue de poils, contrairement aux autres espèces. De plus quand on la froisse, elle dégage une odeur plutôt agréable, de carotte ! Le feuillage froissé des autres espèces donne des effluves moins agréables…