Archive journalières: 30 janvier 2017

Frutti & Veggi fêtent l’hiver du 1er février au 31 mars 2017

Frutti et Veggi, INTERFELAprès avoir accompagné les enfants à la cantine cet automne, Frutti et Veggi, les ambassadeurs des fruits et légumes frais, reviennent pour aider toute la famille à affronter l’hiver.

En cette saison où l’organisme est mis à rude épreuve, les atouts nutritionnels des fruits et légumes frais sont plus que jamais de précieux alliés. C’est pourquoi l’opération « Frutti & Veggi fêtent l’hiver » invite petits et grands à redécouvrir quatre produits phares de la saison : la pomme, la poire, la mâche et le chou-fleur.

Une communication de saison
Des supports de communication ludo-pédagogiques aux couleurs de la pomme, de la poire, de la mâche et du chou-fleur sont déployés en magasins, dans les écoles, restaurants collectifs, associations, etc. pour rappeler l’importance de consommer des produits de saison.

Des animations petit-déjeuner très… smoothie !
Parallèlement, Frutti et Veggi revisitent le petit-déjeuner avec des smoothies originaux à base de kiwi, de pomme ‘Granny Smith’, d’orange et… pourquoi pas de légumes comme le fenouil ! Des recettes à déguster lors des animations proposées par les diététiciens du réseau d’Interfel, sur les marchés, dans les écoles et les commerces, ou à réaliser à la maison, en famille. (suite…)

Visite du centre horticole de la ville d’Aulnay (93)

Seine-Saint-Denis TourismeSeine-Saint-Denis Tourisme vous propose une nouvelle visite du centre horticole de la ville d’Aulnay-sous-Bois le mercredi 1er février à 14h.

À la pointe de la technologie, le centre horticole de la ville d’Aulnay-sous-Bois assure une production annuelle de 245 500 plantes. La visite des serres municipales vous fera découvrir les plantes vertes et fleuries d’extérieur et d’intérieur que vous côtoyez au quotidien. Et les horticulteurs vous dévoileront leurs savoir-faire.
(suite…)

La transition agricole et alimentaire est une réalité : 250 territoires réunis à Paris

Logo de la FNABLes 19 et 20 janvier 2017, plus de 250 acteurs du développement local se sont réunis lors du séminaire « Accompagner la transition agricole des territoires ».

Lors des tables-rondes, des ateliers participatifs et de la soirée-débat, des représentants des collectivités locales, des paysans bio, des organismes et réseaux de développement agricole, des chercheurs, des acteurs associatifs et économiques ont démontré la réalité de la transition agricole et alimentaire sur les territoires.

Ce séminaire était organisé par la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB), en partenariat avec le Ministère de l’Environnement, le Ministère de l’Agriculture, l’ONEMA, les Agences de l’Eau, la Caisse des Dépôts, la Fédération des Parcs Naturels Régionaux de France, l’AMF et l’UNADEL.

Les territoires, des acteurs incontournables de la transition agricole
« La transition agricole permet de refonder le pacte entre agriculteurs, citoyens et territoires » (Olivier Dulucq, UNADEL). Alors plutôt que de poursuivre dans un modèle agricole qui s’épuise, un modèle d’agriculture biologique territorialisée se construit partout en France.
Guillaume Riou, paysan bio et secrétaire national de la FNAB, en a appelé aux « élus locaux, qui peuvent porter de vrais projets agricoles et alimentaires de territoires ambitieux ». Nombreuses sont les collectivités qui se saisissent de cette opportunité. La quarantaine d’initiatives présentées, dont certaines issues du réseau des Sites pilotes Eau & Bio, témoignent de la diversité des projets menés. Diversité dans le type d’acteurs ou de collectivités qui les portent, diversité dans les leviers d’actions employés (foncier, structuration des filières, restauration collective, accompagnement des agriculteurs, etc.), diversité des objectifs, diversité des contextes agricoles et territoriaux.

Le point commun à toutes ces expériences : dans ces écosystèmes agro-alimentaires territorialisés, les acteurs locaux – publics, privés, associatifs – génèrent collectivement des biens immatériels et des aménités économiques, environnementales et sociales dont la plus-value dépasse largement la seule question de la production agricole. « Les externalités positives de la bio représentent entre un et trois milliards d’euros par an », a rappelé le représentant du Ministère de l’Environnement en ouverture. (suite…)