Archive journalières: 16 mars 2014

Les photinias s’embrasent à la Villette (Paris 19e)

Haie de Photinia avec des jeunes feuilles rouge vif en fin d'hiver, Parc de la Villette, Paris 19e (75)
Cela faisait quelques semaines que je n’étais pas repassé dans le parc de la Villette (Paris 19e). Je l’ai traversé hier pour aller prendre le tramway à la porte de la Villette et j’ai découvert les haies flamboyantes de photinias plus brillants que jamais. Attention les yeux !

Haie de Photinia avec des jeunes feuilles rouge vif en fin d'hiver, Parc de la Villette, Paris 19e (75) (suite…)

Mes lis sont déjà bien poussés à la mi mars

Nouvelles pousses de lis dans une potée sur mon balcon en fin d'hiver, Paris 19e (75)
Le printemps n’est toujours pas officiellement arrivé, mais mes lis géants sont déjà repartis et poussent comme des fous. Les premières feuilles sont déjà bien développées.

Nouvelles pousses de lis dans une potée sur mon balcon en fin d'hiver, Paris 19e (75)
Comme pour mon Dahlia coccinea, j’ai laissé mes lis en place dans leur pot tout l’hiver sans protection. Ils sont entrés en repos très tardivement du fait de l’automne et de l’hiver doux, mais la reprise est fulgurante et incroyablement en avance ! Les nouvelles pousses sortent de tous les côtés comme si nous étions en mai.

J’avais installé trois bulbes par pot. Ils se sont visiblement beaucoup multipliés car j’ai des pousses qui sortent partout dans le pot. Une belle surprise !
Par contre dans le même pot, j’y avais installé une petite aristoloche (Aristolochia fimbriata). La souche semble en bonne état, mais il n’y a pas encore de signes de reprise. Et les nombreuses graines qui sont tombées à la surface du sol ne germent pas. Mais il est encore très tôt.

Ces lis géants ont donné des tiges et des fleurs qui culminaient à un bon mètre de hauteur l’année dernière. Il parait qu’ils prennent leur grande taille les années suivantes. En principe, ils devraient pousser beaucoup plus haut (jusqu’à 1,50 m paraît-il). À suivre !

Les tubercules énormes de mon Dahlia coccinea

Arrachage des tubercules du Dahlia coccinea sur mon balcon en fin d'hiver, Paris 19e (75)
La petite bouture de Dahlia coccinea achetée en mai 2013 est vite devenue une grande plante couverte de fleurs tout l’été jusque tard en automne. L’hiver étant doux, j’ai laissé mon dahlia entrer en repos dans son pot sans protection, mais quand j’ai voulu l’enlever hier pour le déplacer, j’ai eu la surprise de trouver des tubercules énormes.

Arrachage des tubercules du Dahlia coccinea sur mon balcon en fin d'hiver, Paris 19e (75)
Des patates aux dimensions impressionnantes, surtout quand on songe à la taille de la petite bouture achetée. En quelques mois, le minuscule dahlia est devenu géant de tous les côtés.

Je ne vais pas tenter une deuxième année de culture sur mon balcon, j’ai déjà été envahi par ce beau dahlia l’année dernière que j’ai du arroser chaque jour pendant l’été, s’il se montre encore plus vigoureux l’été prochain, je vais être submergé et les plantes autour ne pourraient plus pousser correctement. Mais c’est une belle expérience, je sais maintenant que la culture en pot du dahlia est possible et donne d’excellents résultats.

Grosse séance de jardinage sur mon balcon

Jardinage sur mon balcon en fin d'hiver, Paris 19e (75)
Le départ très précoce de la végétation précipite les rempotages et les transplantations qui ne peuvent plus attendre. J’ai profité de mon samedi pour jardiner sur mon balcon en changeant des plantes de place et de pots. Un gros chantier !

Jardinage sur mon balcon en fin d'hiver, Paris 19e (75)
Pour mes plantations et rempotages, j’utilise désormais une bâche, ce qui m’évite un peu de nettoyage ensuite. Mais juste un peu, à chaque séance de jardinage, je suis bon pour une grosse séance de ménage ensuite.

J’ai renouvelé deux gros pots (les plus vieux sont utilisés depuis 10 ans déjà), remplacés par des modèles plus hauts et design afin de jouer davantage avec les hauteurs le long de la rambarde. Mais le dépotage des plantes est toujours une épreuve et quel carnage ensuite ! La photo ci-dessus montre le chantier sur le balcon et dans la salle à manger. Difficile de ne pas mettre du terreau partout quand il faut casser les grosses mottes pour pouvoir séparer les plantes et les transplanter ailleurs.

J’ai encore beaucoup à faire : une grande jardinière à renouveler à moitié, un gros pot d’hosta à diviser, des engrais et du compost à épandre dans toutes les potées et jardinières et quand le printemps sera plus avancé, je terminerai les plantations. Quelques bons week-ends de jardinage en perspective.