Meconopsis ‘Lingholm’, un pavot bleu rustique

/, fleur, plante vivace/Meconopsis ‘Lingholm’, un pavot bleu rustique

Meconopsis ‘Lingholm’, un pavot bleu rustique

Découvert hier en parcourant les Journées des Plantes de Courson (91) sur le stand de Thierry Denis, Le Jardin du Morvan, ce splendide pavot (Meconopsis ‘Linghom’) dressait fièrement ses grandes fleurs bleu ciel, aussi bleu que le ciel de cette journée très ensoleillée comme en plein été.

 

Meconopsis 'Linghom'

Meconopsis 'Linghom', pépinière Le Jardin du Morvan, Journées des Plantes de Courson (91), 13 mai 2011, photo Alain Delavie

Les pavots bleus ne sont pas vraiment des nouveautés, mais la difficulté de leur culture a provoqué une diffusion toujours restreinte. Cette variété se distingue des autres par des fleurs particulièrement grandes, portées par des grandes tiges dressées et bien raides. Les fleurs sont assez semblables à celles de la variété Meconopsis ‘Slieve Donard’, un méconopsis qui ne donne jamais de graines. Mais Meconopsis ‘Lingholm’ est aussi plus vivace et rustique que nombre d’autres variétés.

 

Meconopsis 'Linghom'

Meconopsis 'Linghom', pépinière Le Jardin du Morvan, Journées des Plantes de Courson (91), 13 mai 2011, photo Alain Delavie

Voici la présentation faite par Thierry Denis :
« Le seul de tous les Meconopsis bleu qui tient le coup chez nous… Il est vivace, rustique et prolifique. Pour le réussir, trouvez le coin le plus froid de votre jardin, au pied d’un mur à l’est ou au nord. »

Meconopsis 'Linghom'

Meconopsis 'Linghom', pépinière Le Jardin du Morvan, Journées des Plantes de Courson (91), 13 mai 2011, photo Alain Delavie

L’histoire du Meconopsis ‘Lingholm’
L’origine de cette variété remonte au début des années 1960, mais l’histoire de ses origines s’est faite par étapes. Pendant de nombreuses années, ce cultivar a été diffusé sous différents noms tous aussi faux les uns que les autres, avec une méconnaissance de sa véritable nature.
En 1994, James Comb, auteur de « Meconopsis » (1989) écrivait à propos d’un « Meconopsis x sheldonii fertile qui se trouvait en Écosse depuis une dizaine d’années et qui provenait semble-t-il d’une pépinière anglaise ».
Quatre ans plus tard, ce M. x sheldonii fertile, nommé depuis M. ‘Lingholm’ a été l’objet de deux conférences données lors de l’inauguration de l’assemblée du Meconopsis Group en 1998. Mike Swift, jardinier en chef du Lingholm Garden en Cumbria, a parlé alors de ses recherches concernant les origines de ce pavot. Hugh McAllister a donné alors d’autres informations concernant ses recherches sur le nombre de chromosomes des pavots vivaces à grosses fleurs bleues, notamment M. ‘Lingholm’.
Quand Mike Swift devint le Jardinier en chef du jardin de Lingholm en 1984, il a trouvé des plantes appelées Meconopsis grandis, qui étaient vendues en grand nombre aux visiteurs et aux pépiniéristes. Son prédécesseur Sidney Harrison avait admis cette identité du fait qu’il ne s’agissait pas du M. betonocifolia (maintenant dénommé M. baileyi) et qu’il ne pouvait s’agir alors que de l’autre espèce bleue connue. Mike Swift réalisa que ce n’était pas correct. En comparant ces plantes avec deux autres formes de M. x sheldonii qu’il cultivait, il trouva une forte ressemblance, mais M. ‘Lingholm’ n’était pas stérile donc ce ne pouvait pas être un M. x sheldonii. Il poursuivit ses recherches qui l’amenèrent à contacter le Dr. Nelson à Brampton (Cumbria). Car on lui avait dit que le Dr. Nelson avait acheté des plantes dénommées Meconopsis x sheldonii dans la jardinerie Hayes à Ambleside.
Malgré la formation chaque année de capsules de graines, le Dr. Nelson n’avait jamais obtenu de graine fertiles jusqu’en 1977. Il trouva alors une capsule de graines plus grosse que les autres. Les semences récoltées furent données à MacVitie de Keswick et en 1978 à Sidney Harrison de Lingholm. Mike Swift en déduisit que les plantes qu’il avait provenaient des graines du Dr. Nelson et qu’il s’agissait d’une forme fertile de M. sheldonii. En 1986, il changea le nom de Meconopsis grandis en Meconopsis x sheldonii ‘Lingholm strain’, simplement pour différencier ses plantes des véritables M. x sheldonii à fleurs stériles. Au fil des années, le cultivar M. ‘Lingholm’ a été plus largement diffusé, mais avec une grande confusion d’appellations : M. x sheldonii ‘Lingholm Strain’, M. grandis, M. ‘Blue Ice’, M. ‘Lingholm Form’, M. x sheldonii fertile, M. ‘Correnie’, et peut-être d’autres encore.
L’origine des plantes de Mike Swift fut éclaircie quelques années plus tard quand le fils du Dr. Nelson, Roger Nelson, devint un membre de The Meconopsis Group. Roger Nelson expliqua que c’était lui et non son père qui avait acheté les pavots qui avaient donné M. ‘Lingholm’. Ils provenaient de Jack Drake (Inshriach Nursery), un pépiniériste célèbre dans les années 1960. Dix à quinze ans plus tard, quand les graines fertiles sont apparues, elles furent données au Jardin de Lingholm comme l’avait décrit Mike Swift. Roger Nelson avait toujours les plantes originales qu’il divisait régulièrement et d’autres obtenues à partir des graines récoltées. Dans son jardin, c’était la seule espèce à grandes fleurs bleues qu’il cultivait. Comme il avait des grands massifs de M. ‘Lingholm’, il a pu diffuser des graines fertiles à un semencier.

Meconopsis 'Linghom'

Meconopsis 'Linghom', pépinière Le Jardin du Morvan, Journées des Plantes de Courson (91), 13 mai 2011, photo Alain Delavie

Pour acheter ce superbe pavot bleu :
Le jardin du Morvan
La Brosse,
58370 LAROCHEMILLAY.
Tél. : +33(3)86 30 47 20.
www.jardindumorvan.com
e-mail : info@jardindumorvan.com

By |2011-05-14T13:52:22+00:00mai 14th, 2011|curiosité végétale, fleur, plante vivace|7 Comments

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

7 Comments

  1. Gierczal Serge 25 avril 2017 at 12 h 43 min

    merci Alain pour ta réponse bonne journée

  2. Alain Delavie 18 avril 2017 at 6 h 56 min

    Bonjour, il faut une terre humifère non calcaire, bien drainée mais qui garde sa fraicheur.

  3. Gierczal Serge 17 avril 2017 at 12 h 50 min

    quelle est la meilleur terre pour réussir la culture des cette plante qui est aujourd’hui encore en pot, et que je vais planter au jardin. merci pour vos conseils

  4. laurent 9 juin 2011 at 12 h 37 min

    Quelques jours après ton article, à une bourse aux plantes, un autre « vendeur » m’en proposait en échange contre certaines de mes plantes. Il n’en avait qu’un exemplaire qui était un peu amoché, mais il a bien pris. J’espère voir le résultat l’an prochain!!

    Excellent tuyau, merci!

  5. Alain of paris 14 mai 2011 at 21 h 52 min

    Bonsoir Plantine, non je n’en ai pas acheté. Mon balcon est trop chaud et surtout bien trop sec en été pour pouvoir réussir ce pavot bleu mythique. À mon grand regret, je ne l’ai que photographié et beaucoup admiré. Mais bon, je suis quand même revenu avec une petite cargaison de plantes… Mieux adaptées aux conditions de mon jardin suspendu parisien. Bon dimanche.

  6. Plantine 14 mai 2011 at 20 h 10 min

    Quelle beauté à couper le souffle ! Ce bleu si rare dans la nature est incroyable.
    Son histoire ne l’est pas moins. Tu en as pris un ?
    Dans les année 80, j’avais réussi à me procurer des graines de Meconopsis betonicifolia, par correspondance chez Despalles (tu te rappelles de leur incroyable catalogue ?).
    L’idée d’avoir cette plante dans mon jardin me transportait de joie.
    Malheureusement, je n’ai jamais réussi à les faire germer ! 🙁
    Faut que je retente avec celui-là un de ces jours. Un coin froid (mais sur balcon), au pied d’un mur à l’est ou au nord … j’ai ! Chouette !
    Bon week-end Alain.

  7. Kristin 14 mai 2011 at 18 h 38 min

    il est vraiment très beau. quel bleu!!! à essayer chez moi peut-être si je le trouve; merci pour l’adresse en tout cas;

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies and third party services. Oui