Les conséquences du froid sur le jardin

Le froid intense qui s’est installé avec l’arrivée de l’hiver et qui fait une nouvelle offensive depuis quelques jours n’est pas sans conséquence sur les jardins et les végétaux qui y poussent. Sol gelé et températures minimales très basses, les plantes ne sont pas à la fête !

Les effets du froid intense sur les plantes

Grand cotoneaster au feuillage pendant sous l'effet du froid intense, parc des Buttes-Chaumont (Paris 19ème), 9 janvier 2010, photo Alain Delavie

Le plus impressionnant, ce sont ces feuillages flasques et pendants sur un grand nombre d’arbustes persistants. Les feuilles pendent lamentablement, mais elles sont encore vertes.

Les effets du froid intense sur les plantes

Aucuba au feuillage pendant sous l'effet du froid intense, parc des Buttes-Chaumont (Paris 19ème), 9 janvier 2010, photo Alain Delavie

Même si tous ces arbustes sont suffisamment rustiques pour supporter de bonnes gelées, leur aspect est inquiétant. Et la vague de froid devrait encore durer… Certaines espèces vont souffrir, tel ce fatsia, saisi en pleine floraison.

Les effets du froid intense sur les plantes

Fatsia au feuillage pendant sous l'effet du froid intense, parc des Buttes-Chaumont (Paris 19ème), 9 janvier 2010, photo Alain Delavie

Il devrait repartir au printemps prochain, mais il aura perdu de sa splendeur au cours de l’hiver. Je suis beaucoup plus sceptique pour ce jeune pied de grande mélianthe sans aucune protection, surtout si l’hiver continue sur sa lancée jusqu’à la fin du mois de janvier et en février.

Les effets du froid intense sur les plantes

Grande Melianthe gelée (Melianthus major), parc des Buttes-Chaumont (Paris 19ème), 9 janvier 2010, photo Alain Delavie

Quand aux plantes molles non rustiques laissées dans les pots, c’est maintenant de la salade cuite !

Les effets du froid intense sur les plantes

Potée de Pelargonium tomentosum gelé, photo Alain Delavie

Les effets du froid intense sur les plantes

Grosse potée de Begonia Dragon Wing gelé, photo Alain Delavie

Pas d’espoir pour ces plantes, elles iront rejoindre le tas de compost ou la poubelle. Le bon côté de cette vague de froid, c’est que les insectes parasites vont aussi beaucoup souffrir. Occis les pucerons et autres saloperies qui viennent sucer la sève de nos pauvres petites plantes. Le gel assainit le jardin et le balcon, sans aucun traitement.

Je vais profiter de ce froid pour rester au chaud et consulter les nouveaux catalogues de graines et de bulbes. Il va bien falloir remplacer quelques potées, la saison est donc aux commandes ! Bon dimanche…

Commentaires (5)

  1. alain of paris (Auteur de l'article)

    Merci Laurent pour l’identification de ce cotoneaster. À très bientôt.

  2. Laurent

    J’avais un doute pour ce Cotoneaster. Viorne? Après quelques recherches (merci G..gle), j’ai trouvé: Viburnum rhytidophyllum, aux fruits rouges virant rapidement au noir (et salissants en bouquets).

    Pour le reste, je ne me réjouis pas non plus de faire l’inventaire au printemps… J’ai été un peu imprudent avec certaines plantes qui tolèrent les faibles gelées… pas les grosses. 🙁

  3. alain of paris (Auteur de l'article)

    Merci Isabelle pour ces nouvelles rassurantes !!! Les températures sont plus douces depuis 24 heures, aussitôt la rose de Noël s’est redressée comme le corydalis ‘Maya’. Ouf !!! Mais l’hiver n’est pas fini…

  4. Miss canthus

    Chaque année en hiver, les persistants tirent la tronche chez moi, avec leur feuilles pendantes..Rhododendrons, Azalea, Aucuba, Fargesia, etc… et tous retrouvent la sérénité dès que les températures redeviennent positives! J’ai eu mon Aucuba qui ressemblait tristement à celui de ta photo, qui fut ensuite bouffé par les chevreuils et qui au printemps, avait de magnifique nouvelles feuilles!
    la nature est très résistante, même si je suis d’accord avec toi pour la grande mélianthe gelée…je crois pas qu’elle reprendra vie au printemps…quoique de la souche, parfois…

  5. Plantine

    Pauvres plantes qui serrent leurs feuilles contre elles pour se réchauffer !
    Ca et les petits oiseaux, ça reste un mystère pour moi.
    Comment font-ils pour résister à ce froid ?
    Et plus ils sont petits, plus ça m’étonne. Les petits moineaux devant mon bureau s’agittent comme si de rien n’était et moi, je grelotte dans ma grande doudoune en plumes … on n’est vraiment pas « finis » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez