Archive journalières: 8 janvier 2010

Exposition Paris inondé 1910

Un siècle après l’inondation exceptionnelle qui a tant marqué les esprits, revivez cet événement spectaculaire à la galerie des bibliothèques de la Ville de Paris du 8 janvier au 28 mars 2010.

L'inondation de Paris en 1910

Inondations de Paris, janvier-février 1910. Série de 2482 cartes postales cotées CPA-0001 à 0096. BHVP / G. Leyris

En janvier 1910, Paris connaît durant une « semaine terrible » une inondation exceptionnelle, provoquée par des conditions météorologiques exécrables, la plus importante de son histoire après celle de 1658. L’eau, empruntant les voies récemment ouvertes souterraines et de surface destinées aux transports et aux égouts, débordant de la Seine ou surgissant du sous-sol, gagne les quais et les rues limitrophes, remontant jusqu’à la gare Saint-Lazare. La capitale, inondée dans douze arrondissements et plusieurs centaines d’artères, offre alors un aspect inédit, qui la fait surnommer « Paris-Venise ». Comme un spectacle, l’inondation draine la foule des curieux et le nouveau paysage urbain attire les photographes et les peintres.

Les cartes postales de cette époque, source iconographique irremplaçable, sont consultables dans l’exposition depuis une borne interactive présentant le territoire parisien indexé en plus de 300 rues inondées en 1910. Le public peut ainsi visiter virtuellement son propre Paris transformé par la crue.

Des films d’époque sont diffusés dans l’exposition :
INUNDATIONS OF PARIS Angleterre 1910. Documentaire, production Warwick, muet noir et blanc, 3’28. Des vues inédites des inondations : avenue Daumesnil, les Champs-Elysées, la rue de Lyon, la gare Saint-Lazare, etc.
PARIS SOUS LES EAUX France 1910. Documentaire, production Gaumont, noir et blanc, 4’55. Les inondations de Paris le 29 janvier 1910 : Auteuil, quai de Passy, rue de la Bûcherie, rue du Haut Pavé, place Maubert, boulevard Saint-Germain, panorama de l’inondation pris de l’esplanade des Invalides, passerelle construite par les soldats du génie.

Le niveau de la Seine entre le 21 janvier et le 14 février 1910 :
– 20 janvier – 3, 80 m
– 21 janvier – 4, 62 m
– 22 janvier – 5, 77 m
– 23 janvier – 6, 08 m
– 24 janvier – 6, 65 m
– 25 janvier – 6, 92 m
– 26 janvier – 7, 39 m
– 27 janvier – 8, 10 m
– 28 janvier – 8, 50 m
– 29 janvier – 8, 32 m
– 30 janvier – 8, 10 m
– 1er février – 7, 48 m
– 2 février – 7, 06 m
– 3 février – 6, 48 m
– 4 février – 5, 66 m
– 5 février – 4, 92 m
– 6 février – 4, 42 m
– 7 février – 4, 30 m
– 8 février – 4, 43 m
– 9 février – 4, 61 m
– 10 février – 4, 82 m
– 11 février – 5 m
– 12 février – 5, 22 m
– 13 février – 5, 25 m
– 14 février – 5, 18 m.

Infos pratiques :

Du 8 janvier au 28 mars 2010

Galerie des bibliothèques-Ville de Paris,
22, rue Malher, 75004 Paris.
Métro : Ligne 1, station Saint-Paul.

Ouvert du mardi au dimanche de 13h à 19h.
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h.
Tarif : 4 € / 2 € tarif réduit.

À Nora, platane tatoué du parc de Bercy

Nouveau tatouage sur un des nombreux arbres qui peuplent le parc de Bercy. Cette fois-ci la dédicace concerne une Nora, prénom très à la mode depuis quelques années.

Arbre tatoué de Paris

Grafitti sur l'écorce d'un tronc de platane, parc de Bercy (Paris 12ème), janvier 2010, photo Alain Delavie

Quand je vous disais que l’écorce tenait plus longtemps sous les graffitis… Une chance pour Nora.

« Par le rituel païen de la scarification, l’arbre est chargé du rôle de transmission de la pensée humaine; il est tatoué; le langage vit en lui.
L’arbre est devenu le réceptacle en trois dimensions de la mémoire et des vœux d’éternité. Arbre-totem improvisé, c’est un témoin de notre passage dans ce lieu, dans la vie et il valide, par son statut de Dieu vivant, l’éternité du message laissé là, sur ce tronc, comme un lien entre le ciel et la terre. » (Philippe Pons, plasticien photographe)

La floraison de l’Episcia ‘Silver Skies’

Mon pied d’épiscia (Episcia ‘Silver Skies’) continue sa croissance et commence sa floraison. Des petites fleurs rouge vif qui se détachent bien sur le feuillage blanc argenté.

Plante d'intérieur dans un terrarium

Premières fleurs de mon Episcia 'Silver Skies', janvier 2010, photo Alain Delavie

La couleur des premières fleurs est fidèle à celle montrée sur le site du pépiniériste américain chez qui j’ai acheté la plante. Floraison et feuillage conforme, qui se repère de loin quand on entre dans mon appartement et que l’on porte les yeux sur le terrarium contenant cette petite Gesnériacée.

Plante fleurie dans un terrarium

Premières fleurs de mon Episcia 'Silver Skies', janvier 2010, photo Alain Delavie

Un rouge minium assez inhabituel, que l’on rencontre rarement sur les fleurs…
Je suis curieux de voir si les fleurs vont être fécondées comme celles de mes Chirita tamiana… Il y a toujours quelques moucherons dans un terrarium et pour une fois, cela m’amuserait s’ils aidaient ces fleurs à se transformer en fruits. Car les graines ne donneraient pas les mêmes plantes que la plante mère, qui est un hybride. À suivre !

Et ce petit billet est le 1000ème que j’écris sur ce blog !
1000 articles en un peu moins de deux ans, puisque le deuxième anniversaire de mon blog est prévu en mars prochain, avec l’arrivée du printemps. Par moment, j’ai l’impression que je ne vais vraiment plus rien avoir à dire, raconter, montrer… Et puis il suffit d’une balade, d’une fleur qui s’épanouit, d’un nouveau communiqué de presse ou d’une lecture, voire d’une question posée par un internaute visiteur, et hop, l’inspiration revient, le temps souvent manquant pour en écrire davantage. C’est parti pour les 2000 maintenant !