sept 192014
 

Troc aux plantes Paris Label, Forum des Associations, Paris 12e (75), septembre 2014
Paule Kingleur (Paris Label) vous donne rendez-vous au Forum des Associations du 12e arrondissement de Paris le samedi 20 septembre 2014 pour un troc de graines urbaines et une installation surprise de land art.

Land art et troc aux graines urbaines avec Paris Label au Forum des Associations de Paris 12e, septembre 2014
Près de 200 associations locales seront représentées lors de cette journée. Les associations seront regroupées par thème d’activité sur quatre villages :

  • Vie locale : Mairie du 12e, Conseils de quartier, Conseil de la Jeunesse…
  • Culture : musique, théâtre, chorale, ateliers, lecture…
  • Sports et loisirs : clubs, jeux, activité nature…
  • Solidarité : santé, enfance et famille, défense des droits, coopération internationale, entraide, intergénérationnel, prévention, monde combattant, etc.

Forum des Associations
Boulevard de Reuilly (de la place Félix Eboué à la rue de Charenton),
75012 Paris.
De 10h à 18h.
Métro : lignes 6 ou 8, station Daumesnil.

sept 192014
 

Jardins flottants Niki de Saint Phalle, le long de la Seine, Paris 7e (75)
Un an après leur installation, les cinq jardins flottants amarrés le long d’une des berges de la Seine, côté 7ème arrondissement, ont reçu leur nom officiel : Niki de Saint-Phalle.

Serre, jardins flottants Niki de Saint Phalle, le long de la Seine, Paris 7e (75)
Paris rend un hommage particulier à Niki de Saint Phalle et à son œuvre, en baptisant de son nom les jardins flottants des berges de Seine. A l’occasion de la cérémonie qui s’est déroulée hier 18 septembre, l’œuvre de grande dimension La Nana Danseuse (Rouge d’Orient-Bloum) a été installée sur la berge, aux abords des jardins sur l’eau. Vous pouvez la contempler jusqu’au 2 novembre 2014.

 

Jardins flottants Niki de Saint Phalle, le long de la Seine, Paris 7e (75) Continue reading »

sept 182014
 

À l’occasion des Journées européennes du patrimoine, le Sénat ouvre ses portes au grand public pendant le week-end.

Parterres de fleurs d'été dans le Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75)
Le Palais du Luxembourg (le Sénat) et le Petit Luxembourg (la Présidence du Sénat)
Le Sénat ouvrira ses portes au public le samedi 20 et le dimanche 21 septembre, de 9 h 30 à 17 h 30, sans interruption, à l’occasion des Journées européennes du patrimoine organisées par le Ministère de la Culture.
Les visiteurs pourront parcourir, notamment, la salle des Conférences, ancienne Galerie du Trône, longue de 57 m, réalisée en 1852 par Alphonse de Gisors, la bibliothèque peinte par Delacroix en 1845, l’annexe de la bibliothèque et l’hémicycle, lieu de réunion des séances plénières du Sénat.
Au Petit Luxembourg, lieu de travail du Président du Sénat et de ses collaborateurs, ils pourront notamment admirer les salons de Boffrand (18e siècle), la Chapelle de la Reine, édifiée par Marie de Médicis en 1625, restaurée en 1850 dans un esprit néo-baroque, ainsi que le Jardin d’hiver, ancien « champ de repos » du Couvent des « Filles du Calvaire », congrégation installée par Marie de Médicis près de son Palais transformé en jardin d’hiver sous le Second Empire.
Comme chaque année des fonctionnaires du Sénat commenteront les principaux lieux et répondront aux questions des visiteurs sur le rôle et le fonctionnement de cette assemblée parlementaire ainsi que sur l’histoire du Palais du Luxembourg.

Entrée du public : 15 et 15 ter rue de Vaugirard, 75006 Paris
Samedi 20 et dimanche 21 septembre, de 9 h 30 à 17 h 30

Orchidée hybride, collection du Jardin du Luxembourg

Paphiopedilum Bel Royal, Conservation des jardins du Luxembourg, photo G. Butet @ Le Sénat

Les serres de culture et les collections du Jardin du Sénat
Le Jardin du Luxembourg est affecté depuis 1879 au Sénat qui en assure la gestion, la surveillance et la conservation.
Depuis sa création par Marie de Médicis au 17e siècle, le Jardin du Luxembourg a toujours possédé des collections de plantes dont la première fut celle d’orangers de Marie de Médicis. Depuis le 19e siècle, le jardin est dépositaire d’une collection fruitière héritée des moines chartreux mais également de remarquables collections de plantes tropicales et notamment d’orchidées.
Ces collections ont parfois participé à la reconstitution d’autres collections, comme celles du Muséum d’Histoire Naturelle ou de l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles. C’est aussi à partir de plants de serres du Luxembourg et du Muséum que put être relancée en Égypte la culture du papyrus, dont l’espèce d’origine était atteinte de maladie et menaçait de disparaître. Actuellement, la collection la plus digne d’intérêt est certainement celle d’orchidées, et plus particulièrement de Paphiopedilum.
Des jardiniers accueilleront les visiteurs qui s’interrogent tout au long de l’année sur ces serres dissimulées dans un coin du jardin et habituellement fermées au public. Ils feront partager leur savoir-faire et leurs connaissances.

Entrée du public : rue Auguste Comte, place André-Honnorat , partie sud du jardin
Samedi 20 et dimanche 21 septembre, de 10 h à 17 h 30

Affiche de l'exposition "Sols fertiles, vies secrètes", Orangerie du Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75)Exposition Sols fertiles Vies secrètes
Jusqu’au 24 septembre 2014, les visiteurs pourront également découvrir la traditionnelle Exposition d’Automne, dans le cadre exceptionnel de l’Orangerie du Jardindu Luxembourg.Cette année, elle est consacrée au thème des sols fertiles. On y découvre  l’origine et le fonctionnement des sols, leurs rôles essentiels, les menaces qui pèsent sur eux. On y aborde des sujets d’actualité comme les sols artificiels ou les concepts de ville fertile ou de fermes urbaines. L’incroyable et méconnue biodiversité des sols est également présentée ainsi que les relations spécifiques qui se tissent entre les sols et les plantes. L’exposition se termine par la présentation des pratiques culturales respectueuses des sols, tels l’agroforesterie ou la permaculture, mais aussi des conseils pratiques aux jardiniers amateurs tels que le compostage, le paillage ou le non retournement du sol.

Orangerie du Jardin du Luxembourg
5, rue Guynemer et 19 bis, rue de Vaugirard, 75006 Paris
10 h à 18 h 30 – entrée libre

sept 172014
 

Affiche de la conférence publique de Natureparif sur les abeilles
Natureparif vous invite à rencontrer Bernard Vaissière, chargé de recherche, INRA Avignon UR406 Abeilles & Environnement, au cours d’une conférence publique le jeudi 18 septembre, de 18h à 20h.

Le déclin des abeilles mellifères et le syndrome d’effondrement de leurs colonies ont été très largement repris dans les médias ces dernières années. Beaucoup moins connu est le déclin des abeilles sauvages dont il existe près de 1000 espèces en France et qui toutes participent à la pollinisation des cultures et des plantes sauvages. D’autres insectes participent aussi à ces transferts de pollen, mais les abeilles sont les plus efficaces et ce sont elles qui interviennent de façon prépondérante dans la pollinisation de la plupart des cultures. Pourtant la prise en compte de cette pollinisation entomophile – par les insectes – est très récente et il reste beaucoup à faire pour qu’elle soit prise en compte à sa juste valeur et que la faune d’abeilles soit protégée.

Abeilles et plantes à fleurs, un mutualisme vieux de plusieurs millions d’années
Les abeilles sont aujourd’hui comme depuis des millions d’années des partenaires incontournables pour assurer la reproduction sexuée d’une majorité d’espèces végétales. En butinant de fleurs en fleurs, elles assurent ce service de pollinisation et nous ferons un petit tour dans nos assiettes et notre environnement pour réaliser à quel point les abeilles sont toutes présentes dans notre alimentation quotidienne d’aujourd‘hui et de demain… et bien au delà.

La pollinisation, ses mécanismes… et ses mystères
Avec la pollinisation, c’est-à-dire le transfert du pollen – qui contient les futurs gamètes mâles – des étamines aux pistils, on entre de plain-pied dans l’intimité de la vie sexuelle des plantes. Et là rien n’est plus si simple… Entre le butinage de fleurs séduisantes qui ne sont en fait que des leurres sans nectar ni pollen et le larcin de nectar par des bourdons peu scrupuleux qui ne pollinisent pas, on réalise combien charge et décharge efficace du pollen nécessitent que les partenaires soient finement ajustés. Et aussi combien les mécanismes de cette pollinisation sont loin d’avoir livré tous leurs secrets

Une prise en compte tardive, mais indispensable aujourd’hui
La pollinisation entomophile est sans doute le dernier facteur de production pris en compte en agriculture. Encore méconnu et mal maîtrisé, c’est un facteur qui permet d’améliorer rendements et qualités pour plus de 3/4 des cultures. Et dans la nature, la pollinisation entomophile joue un rôle essentiel dans la survie et l’évolution d’une majorité de plantes à fleurs. Gageons que l’étude des communautés d’abeilles en ville comme à la campagne et dans les zones protégées ainsi que les mesures pour protéger ces insectes et les travaux pour mieux comprendre et tirer parti de leur activité pollinisatrice nous permettrons de sauver ces insectes encore très mal connus pour la plupart et de mieux apprécier le service rendu par les abeilles à notre société et notre environnement.

Natureparif
84 rue de Grenelle, 75007 Paris.
Tél. : 01 75 77 79 21.
Métro : ligne 12, station Rue du Bac.
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

sept 152014
 

Affiche du Génie des Jardins 2014
Pour fêter les 30 ans du Génie de la Bastille, association pour la diffusion et la défense de l’art contemporain dans le quartier Bastille, la 7ème édition du Génie des Jardins vous entraîne dans une quête de l’utopie.

Dans l’imaginaire collectif, l’utopie fait référence à l’impossible, à un rêve irréalisable, à une représentation idéale, à une société qui n’existe pas, à un « non lieu ». L’utopie une chimère ? Pendant 10 jours, dans les jardins de la Roquette et Maurice Gardette, 40 installations explorent le champ des possibles et vous convient à des expériences sensorielles. Les jardins deviennent espaces de création en dialogue avec le paysage environnant, lieux de rencontre entre l’art et le grand public, lieux d’échanges avec les artistes.

Pour la première fois, le Génie des Jardins devient une biennale internationale confirmant l’amorce de l’édition précédente avec des invités étrangers. 50 artistes participent à cet événement dont des artistes brésiliens et autrichiens. En 2013, les artistes du Génie avaient investi les jardins de Campo de Santana à Rio de Janeiro et le parc de l’institut Français de Vienne. En proposant des parcours artistiques dans les jardins publics du Xième arrondissement, le Génie des Jardins crée un événement convivial aussi inattendu que fertile, et interroge la place de l’art dans l’espace public. C’est l’occasion d’apprécier l’art contemporain au hasard des allées, de plébisciter l’audace devant des installations improbables, de saluer la liberté des choix, de céder à l’humour, de s’abandonner à toutes les rêveries.

Depuis trente ans, le Génie de la Bastille déploie une énergie créatrice sans cesse renouvelée dans le XIème arrondissement, une fécondité artistique jamais démentie qui se nourrit de pratiques diversifiées avec des artistes aux horizons tous différents. L’ouverture d’un espace géré par les artistes du Génie de la Bastille au 126 rue de Charonne, lieu de culture, centre d’exposition, de ressources et de formation, grâce au soutien de la Mairie du Xième matérialise cette volonté. Du 17 au 28 septembre, pendant la biennale du Génie des jardins, la galerie présente une exposition collective “Jardins intérieurs”.

Informations pratiques
Square Maurice Gardette
2, rue du Général Blaise, 75011 Paris.

Square de la Roquette
143, rue de la Roquette, 75011 Paris.
Ouverture : horaires habituels des jardins.

Galerie du Génie de la Bastille
126, rue de Charonne, 75011 Paris.
Métro : Ligne 9, station Charonne.
Bus : Ligne 46 (arrêt Charonne – Chanzy), 56 (arrêt Charonne), 76 (arrêt Charonne – Voltaire).
Horaires : tous les jours, sauf lundi et mardi, de 14h à 20h.
Associée au Génie des Jardins, une exposition intitulée « Jardins Intérieurs » du 17 au 28 septembre, mêmes horaires.

La Maison des Associations XIème
8, rue du Général Renault, 75011 Paris.
Tél. : 01 55 28 35 90.
Métro : Ligne 9, station Voltaire ou Saint Ambroise, ligne 3, station Saint Maur.
Bus : Ligne 46 (arrêt Chemin Vert), 56 (arrêt Léon Blum) et 69 (arrêt Chemin Vert).
Horaires : Mardi, mercredi, jeudi de 10h à 19h; vendredi de 14 à 19h; samedi de 10h à 16h30. Fermeture dimanche et lundi.

sept 142014
 

Association d'amarante pourpre, de dahlias blancs et de pétunia rose, Promenade plantée, Paris 12e (75)
Dans une belle amarante aux épis pourpres dressés, un dahlia à fleurs blanches et un pétunia rose sont venus s’y mêler pour former un bouquet estival dans une plate-bande de la Promenade plantée (Paris 12e).

Quand la nature aide le jardinier…