Archives de mots clés: Nanterre

Inauguration de la pépinière des arbres du Grand Paris Express

Inauguration de la pépinière Appel d'Air, Nanterre, 26 novembre 2017

Le 26 novembre 2017, la Société du Grand Paris et l’artiste Thierry Boutonnier, en collaboration avec COAL, invitent les franciliens et forces vives locales à la plantation des arbres du Grand Paris Express, dans le cadre d’APPEL D’AIR, projet artistique imaginé pour accompagner le plus grand chantier d’Europe.

Déployé à partir du concept des arbres repères imaginé par les architectes conseils du Grand Paris Express, Jacques Ferrier et Pauline Marchetti, le projet APPEL D’AIR ornera chacun des parvis des 68 gares du futur métro d’un arbre connu pour sa floraison bleu violacée : un paulownia (Paulownia tomentosa). À l’occasion de ce moment convivial, les 68 arbres du projet seront plantés au sein de la pépinière Vive les Groues ! dans des terres issues des déblais des chantiers du Grand Paris Express, acheminées et fertilisées à Nanterre. Des solutions innovantes sont développées pour valoriser les plus de 40 millions de tonnes de déblais attendus, tout en impliquant les habitants au plus près du processus de transformation de la métropole.

Le projet APPEL D’AIR
Dans le cadre d’une réflexion globale sur la place de la nature en ville et l’interdépendance des milieux humains et naturels, APPEL D’AIR est un projet environnemental et participatif dans lequel 68 arbres témoins grandissent sous le parrainage de grands parisiens, avant d’être accueillis sur les parvis des 68 futures gares lors de leur mise en service. Les habitants des villes desservies par le futur métro sont ainsi invités à parrainer ces 68 arbres témoins et à accueillir également chez eux un arbre écho, bouture de leur arbre témoin. Lors de leur implantation sur les parvis de gares, des sculptures de résine végétale contenant le souffle des habitants parrains seront greffées sur les troncs des arbres témoins.
(suite…)

Le Conseil Général des Hauts-de-Seine aménage les berges de Seine

Conseil général des Hauts-de-SeineDe novembre 2014 à mai 2016, le Conseil général des Hauts-de-Seine réalise des travaux de confortement et de revégétalisation des berges à Nanterre.

Ce sont 2900 m de berges qui vont ainsi être réhabilitées entre le pont de Bezons (95) et à la limite de la ville de Rueil-Malmaison (92). Sur les linéaires de berges les plus dégradées par l’érosion, les talus seront renforcés par des techniques de génie végétal et certains cheminements bas seront réhabilités. Des emplacements plus larges faciliteront les activités de pêche de loisir.

L’opération s’inscrit dans le cadre du Schéma d’aménagement et de gestion durables de la Seine et de ses berges, dont l’objectif est de « rendre la Seine aux habitants ». Cette opération va pérenniser et mettre en valeur les berges naturelles. Elle consiste en :

  • l’adoucissement de la pente des berges là ou elle est érodée par le courant ;
  • la mise en œuvre de techniques de génie végétal pour renforcer et pérenniser ces berges ;
  • la réhabilitation de certains ouvrages en Seine existants pour permettre des points de vue exceptionnels sur le fleuve ;
  • la suppression d’anciennes promenades basses en béton devenues vétustes et dangereuses ;
  • la création d’une promenade en partie basse de la berge accessible à tous ;
  • la lutte contre les plantes invasives au profit d’une végétation typiquement de berges ;
  • la préservation des espaces naturels à forte valeur écologique ainsi que leur valorisation ;

Ces travaux sont accompagnés d’un aménagement paysager : 146 arbres vont être plantés, ainsi que 21 111 nouveaux arbustes. Les prairies occuperont 7 062 m² et il sera créé 1397 m² surfaces de plantes hélophytes (plantes semi-aquatiques implantées en pied de berge).

Le coût des travaux (hors achat de végétaux) est de 4,5 millions d’euros, dont 3,173 millions d’euros financés par le Conseil général des Hauts-de-Seine, maître d’ouvrage de l’opération. La Ville de Nanterre participe au financement du projet à hauteur de 1,327 millions d’euros. D’autres sources de financement sont en cours d’instruction (Région Ile-de-France et Agence de l’Eau Seine Normandie).

Cet aménagement permet de poursuivre la promenade bleue le long des 39 km que parcourt la Seine dans le département. Les premiers travaux initiés il y a 10 ans visaient à offrir aux promeneurs de larges allées en partie haute des berges, permettant ainsi une continuité entre la Ville de Rueil-Malmaison et le parc départemental Lagravère à Colombes. En 2010, une passerelle piétonne construite par le Département et cofinancée par la Mairie de Nanterre a permis de franchir un obstacle majeur que constituait l’entrée du port fluvial de Nanterre.

Le Conseil général met tout en œuvre pour limiter au maximum la gêne momentanée due à ces travaux. Les circulations piétonnes, cyclistes, techniques et secours seront maintenues sur le chemin de hallage. Pour toute information complémentaire, un numéro de téléphone est mis à la disposition du public : 01 47 29 31 96  et sur www.hauts-de-seine.net

Le programme d’octobre des parcs des Hauts-de-Seine (92)

En octobre, le Conseil général des Hauts-de-Seine donne rendez-vous aux passionnés et aux curieux dans les parcs du département, pour partager leur amour de la nature, apprendre de nouvelles techniques de jardinage et approfondir leur savoir.

Les visites guidées et thématiques permettent aux promeneurs de découvrir les secrets et la richesse de la biodiversité des ces lieux d’exception. Le Conseil général propose des visites guidées, des promenades thématiques dans les parcs départementaux et offre la possibilité d’une visite différente des parcs, guidée par un conférencier et gratuite.

Les cours de jardinage et les ateliers d’art floral mettent l’accent sur des pratiques respectueuses des saisons et de l’environnement. Ils sont ouverts à tous, débutants comme amateurs confirmés. Ils sont donnés par des paysagistes en petits groupes. Payant et sur inscription.

Visites guidées, conférences, amoureux de la nature, fou de jardinages, chacun y trouvera l’activité qui lui convient dans les parcs départementaux : parc de la Vallée aux Loups Chateaubriand à Châtenay-Malabry, parc du Chemin de l’Ile à Nanterre, parc de l’Ile-Saint-Germain à Issy-les-Moulineaux, et parc des Chanteraines à Villeneuve-la-Garenne et Gennevilliers.

Plus d’informations sur le site Promenade 92.

Opération « Laissons pousser ! »

Sept Français sur dix estiment qu’il n’y a pas assez de végétal en ville selon la dernière enquête Unep-Ipsos 2010. Dès ce mois-ci, Paris et plusieurs villes franciliennes verront leurs espaces urbains délaissés se muer en mini-prairies de fleurs sauvages. Toutes ces collectivités se sont inscrites dans l’opération « Laissons Pousser ! » menée en partenariat avec Natureparif, l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Ile-de-France. Le lancement officiel de la campagne est prévu le 15 avril à 10 h 30, dans les locaux de Natureparif.

Fleurs sauvages en ville

Lin bleu au printemps 2009 dans la rue d'Aubervilliers, Paris 18ème, photo Alain Delavie

Qui ?
Cette année, une dizaine de communes sont de la partie : Paris, Pantin, Aubervilliers, Nanterre, la communauté d’agglomération Sud de Seine (Clamart, Fontenay-aux-Roses, Bagneux et Malakoff), la communauté de communes des Lacs d’Essonne (Grigny et Viry-Châtillon), Valophis Habitat (ex OPAC du Val de Marne), les Parc naturels régionaux du Vexin français (78/95) et du Gâtinais français (77/91)… Toutes ces collectivités et organismes se sont engagés à distribuer à leurs habitants des sachets de fleurs des champs et à autoriser la plantation sur des espaces identifiés. À Paris (75), les sachets seront distribués via le réseau d’écologie urbaine ainsi qu’aux jardins pédagogiques des écoles et des centres de loisirs et aux associations animant les jardins partagés du réseau Main Verte.

Où ?
Au pied des arbres, entre deux coins de bitume, en bas des immeubles, sur les ronds points, sur les bords des routes et dans tous les endroits délaissés des villes. 55 000 sachets ont été édités.

Quoi ?
Des marguerites, des coquelicots, de la vipérine, du millepertuis, de la mauve, de la camomille sauvage… 17 espèces sauvages sélectionnées par un comité technique de naturalistes et distribuées sous forme de sachets (chacun couvrant 1m2).

Comment ?
Chaque collectivité partenaire distribue à ses habitants des sachets de graines et organise avec eux les plantations. Ici ce sont les écoles qui vont semer, là les amicales de locataires, plus loin les associations de jardins partagés, ailleurs les particuliers-jardiniers…  Le site www.laissonspousser.com fédère toutes les initiatives, invite les participants à raconter leurs expériences de semeurs, à observer les insectes qui viennent y butiner. Le site se fait l’écho d’autres expériences liées à la biodiversité des villes.

Avec qui ?
L’association « Laissons Pousser ! » a été créée par Emmanuelle Vibert et Hélène Binet, deux journalistes engagées. Elle est soutenue par Natureparif.

Visiter les parcs des Hauts-de-Seine autrement

À partir du 27 mars, le Conseil général des Hauts-de-Seine propose des visites guidées et des promenades thématiques dans les parcs départementaux et offre ainsi la possibilité d’une visite différente des parcs, guidée par un conférencier et gratuite.

Visites guidées, conférences, amoureux de la nature, chacun y trouvera l’activité qui lui convient : Comment découvrir les secrets cachés derrière les bosquets du parc de Sceaux ? Les étonnantes astuces écologiques qui permettent au parc du Chemin-de-l’Ile d’être un parc durable? L’héritage historique et botanique de la Vallée aux Loups Chateaubriand ? Le public découvrira les réponses en participant aux visites guidées et aux promenades thématiques organisées chaque trimestre par le Conseil général des Hauts-de-Seine dans les parcs départementaux : parc de la Vallée aux loups à Châtenay-Malabry, parc du Chemin de l’Ile à Nanterre, parc de l’Ile Saint-Germain à Issy-les-Moulineaux, jardins Albert Kahn à Boulogne Billancourt, parc des Chanteraines à Villeneuve-la-Garenne et Gennevilliers et parc de Sceaux. Gratuit et sans inscription.

(suite…)