Archives de mots clés: exposition

Journées de la Rose à l’abbaye de Chaalis les 9, 10 et 11 juin 2017

Affiche des Journées de la rose, Abbaye de Chaalis, Institut de France, juin 2017Les amoureux des roses et des jardins ont rendez-vous dans le cadre enchanteur de l’Abbaye de Chaalis les 9, 10 et 11 juin 2017. Ateliers, conférences, expositions : les Journées de la Rose offrent aux visiteurs des animations ludiques et pédagogiques pour apprendre l’art du jardin et découvrir la rose sous toutes ses coutures.

L’historien et journaliste Franck Ferrand est le parrain de cette 16e édition des Journées de la Rose, sur le thème « La rose, toute une histoire… » . Sur ses pas, venez découvrir ou redécouvrir l’Abbaye de Chaalis et laissez-vous emporter par la fleur la plus intemporelle de nos jardins.

Les rendez-vous
Vendredi 9 juin

  • 14h30 : conférence « Un jardin, une rose », par Pascal Fourcroy, Conseil départemental de l’Oise

Samedi 10 juin

  • 14h30 : remise des prix aux exposants
  • 15h : baptême de la rose Franck Ferrand. Remise du Prix « Histoire » des Journées de la Rose, par Franck Ferrand
  • 16h : conférence « Dingue de fleurs » par Didier Willery et dédicaces
  • 17h : conférence « Le mariage heureux des rosiers » par Alexandra Jansen

Dimanche 11 juin

  • 10h-19h : conférence chantée avec Daphné Touchais
  • 15h : conférence « La rose et la Renaissance vénitienne » par André Chauvière
  • 16h : conférence « Histoire de roses, roses de Damas et de Provins » par Jacky Libaud
  • 17h : conférence « Les semences bio et reproductives » par l’association Kokopelli

Les rosiéristes exposants
Le temps d’un weekend, le parc de l’Abbaye de Chaalis se couvre de milliers de roses, offrant une profusion de couleurs et de parfums. Des rosiéristes venus de France et de Belgique présentent leurs plus belles collections et leurs nouvelles créations. Un moment idéal pour bénéficier de leurs conseils et apprendre à soigner son rosier ! (suite…)

14ème édition de Jardins Jardin aux Tuileries du 1er au 4 juin 2017

Affiche de Jardins Jardin aux Tuileries, Paris 1er (75), du 1er au 4 juin 2017Les premiers jours de juin, du jeudi 1er au dimanche 4 juin 2017, rendez-vous au cœur de Paris dans le jardin des Tuileries pour quatre journées pleines de magie autour de la ville nature !

Explorer des jardins éphémères, découvrir les nouvelles tendances dans l’univers du paysage, « Jardins, jardin » est aussi l’occasion de faire du shopping (objets et accessoires de jardin, antiquités de jardin, plantes et végétaux, etc.) dans un cadre enchanteur et chaleureux, d’échanger avec des passionnés, de rencontrer des professionnels et de mieux appréhender l’art du végétal.

En 2017, année du bicentenaire de la naissance de Jean-Charles-Adolphe Alphand (1817-1891), concepteur des grands jardins parisiens à l’époque du Baron Haussmann, une nouvelle page s’ouvre sur le thème de « la ville nature ». Cette édition s’inscrit comme l’évènement incontournable de cette renaissance, insufflant idées et créativité, à copier ou à semer…pour une ville verte heureuse, attractive et authentique : une ville « nature ».

Le monde du paysage en constante évolution
Les métropoles dynamiques (Paris, New York, Singapour, Zurich …) n’ont de cesse de faire évoluer les espaces verts et d’intégrer plus de végétal en ville car le défi environnemental est au cœur de toutes les préoccupations citoyennes. C’est pourquoi aujourd’hui, les projets paysagers intra-urbains sont une priorité absolue.

Création et végétal : la ville nature !
Être créatif… avec le végétal comme matière première ! Osons toutes les formes de paysage en ville, rénovons les délaissés urbains et les parcs peu fréquentés, créons ou recréons des objets « végétal » cultes, des nouvelles « fabriques vertes » connectées et technologiques. Il est temps de montrer toujours plus de créativité et d’innovations dans l’art du paysage, sans jamais oublier d’oser…

Jardins, jardin : les Essentielles !
Quatre journées comme une parenthèse enchantée au cœur de Paris ; une véritable ode à l’art du paysage :

  • 13 grands jardins éphémères, créations de concepteurs paysagistes
  • 15 mises en scène de terrasses et balcons
  • 100 exposants
  • Le village des projets et ses 3 espaces : concours de l’innovation, exposition des écoles et prototypes de design d’extérieur
  • Des remises de prix
  • Des baptêmes de fleurs

(suite…)

Paysage Landscape, exposition photographique du 13 mai au 5 juin 2017

Thierry Cardot, exposition Paysage Landscape, Fabrique du 222, ParisCette exposition photographique nous propose de rencontrer le temps d’un instant, fugace ou non, un cheminement, un itinéraire que parcourt le paysagiste et photographe Thierry Cardot, bien au-delà de la simple expression du jardin : le paysage.

Le paysage
Lieu ou non lieu, parfois se déployant au regard (territoire), parfois à l’ouïe (soundscape) où encore à l’imaginaire (la rêverie), chaque être de tous les moments se porte au sein d’un paysage. Son imprégnation sensible qu’elle soit consciente où non, induit donc des pluralités de vies, de vécus, au sein de ce même espace.

Le regard
Outils perfectibles chaque jour : le regard ? Le paysagiste ? Le paysagiste se forge, au gré des rencontres, de la contemplation des natures (loci et autres topos), différentes images l’emmenant bien souvent au-delà de ses propres « paysages madeleines ».
Le paysagiste ne cesse de regarder. De regarder l’expression de nature, l’expression des hommes, l’expression des sensibles se mélangeant et formant un tout nommé paysage, et de les questionner.
Cet itinéraire involontaire qui se construit chaque jour, sorte de nourriture quotidienne, alimente l’expression du paysagiste tant dans une approche technique, culturale et botanique, qu’une démarche plus artistique. Cette recherche d’harmonie naturelle au travers du prisme de l’oeil oblige la découverte du beau et des dynamiques du vivant. Cette éducation, au fil du temps, incite de plus en plus à percevoir les riches détails qui nous entourent, qui composent cet ensemble nommé Paysage.

Le paysagiste
Qui est cet homme qui traverse les paysages, les regarde, les dessine, les fouille pour trouver une simple clef de création mais aussi de bien-être ?
Qui est ce « dit » paysagiste ? Et qui sont ces paysages qui le forment pour des essais d’expressions que seule la raison ramène au monde des hommes ?
Nature, ne l’as-tu pas sublimé, chapardé, pris aux autres pour te garantir un allié, cet homme sensible qui s’émeut face à tes multiples visages ? Ne l’as-tu pas sculpté par tes beautés ? Transfuge de deux mondes n’en formant qu’un seul.

Informations pratiques
Exposition photographique du 13 mai au 5 juin 2017
Vernissage le 16 mai à 18h30.
Fabrique du 222 – Couvent de l’Annonciation
222, rue du Faubourg Saint Honoré, 75008 Paris.

« Sculptures en l’Île » : une rencontre exceptionnelle entre art contemporain et nature

Mano-à-Mano, création de Pedro Marzorati, Andrésy, Yvelines, photo ByPMPour sa 20e édition, l’exposition d’art contemporain « Sculptures en l’Île » à Andrésy (Yvelines) accueille du 19 mai au 24 septembre 2017, une cinquantaine d’artistes sur trois sites remarquables: parc et Maison du Moussel, parc de l’Hôtel de ville et île Nancy. Cette nouvelle édition accueillera en invité d’honneur, l’artiste Pedro Marzorati.

Depuis 1997, « Sculptures en l’île » est le moment privilégié des amoureux d’art contemporain et de nature. Durant quatre mois, une cinquantaine d’artistes nationaux et internationaux investissent trois sites exceptionnels : le parc et la Maison du Moussel, le parc de l’Hôtel de ville et l’île Nancy. Chacun peut y admirer des œuvres contemporaines et originales. Les sculptures présentées sont sélectionnées parmi plusieurs projets afin d’offrir aux visiteurs, une exposition remarquable. Avec près de 40 000 visiteurs, le succès de « Sculptures en l’île » ne cesse de s’affirmer, pour le plus grand bonheur de tous les amateurs d’art contemporain et de balades culturelles en pleine nature.

L’invité d’honneur Pedro Marzorati investit la Maison du Moussel
La 20e édition de « Sculptures en l’Île » sera marquée par la présence de l’artiste international Pedro Marzorati.
Pedro Marzorati, est un artiste argentin pluridisciplinaire qui, selon le sujet choisi, s’exprime avec différentes techniques : land-art, photographie, sculpture, dessin, installation, musique, multimédia. Il réalise des installations poétiques de land-art en relation avec les changements climatiques du au réchauffement de la Planète, comme « Where the Tides Ebb and Flow », « Noé Noyé » et « WIND, Des habitats volés par le vent ». Les projets artistiques de Pedro Marzorati sont basés sur la réinterprétation de la nature, le détournement d’objets et de codes qui nous sont connus. Ces projets cherchent à changer la perception que nous en avons pour « jouer » avec eux, dans un monde imaginaire et poétique. La Maison du Moussel, maison de la fin du XIXe siècle, est le point de départ du circuit de l’exposition d’art contemporain. Cette année, les visiteurs pourront admirer l’œuvre monumentale de Pedro Marzorati qui occupera l’espace tant au dehors qu’au-dedans de la Maison du Moussel.

Aux côtés de Pedro Marzorati, les visiteurs découvriront les oeuvres des Françaises Béatrice Chanfrault et Emy David, deux femmes engagées dans leur art et leur époque, réunies dans l’écrin du Moussel pour célébrer l’éternité de la nature et nous rappeler la nécessité que nous avons de la protéger. L’exposition d’art contemporain accueillera également une cinquantaine d’artistes dont l’artiste français Georges Meurdra qui exposera dans le parc de l’Hôtel de ville, de monumentales sculptures en bronze.
(suite…)

Exposition « Sculptures en paysage » de Robert Arnoux à la galerie Jardins en Art

Sculptures de Robert Arnoux, photos Yann MonelDans le cadre officiel de l’événement Arts Saint-Germain-des-Prés, la librairie-galerie Jardins en Art présente, du 11 mai au 29 juillet 2017, Sculptures en paysage », son exposition d’été autour d’une trentaine d’œuvres, certaines inédites, de Robert Arnoux, sculpteur en paysages.

Robert Arnoux, portrait, photo Yann MonelL’unique librairie-galerie parisienne dédiée au jardin a revisité ses espaces intérieurs et sa cour-jardin, comme un « jardin de sculptures », pour accueillir les personnages mystérieux de Robert Arnoux, éternels amoureux, familles ou bien encore femmes à l’enfant. Tous promènent en plein air, depuis plus d’une dizaine d’années, leurs silhouettes élancées dans les plus beaux jardins, villages de France et de Belgique (Bagatelle, Séricourt, Megève, le Point du Jour, Annevoie). Aux côtés d’œuvres en bronze, en fresque, mica blanc ou doré, corindon noir, cette saison l’artiste a arpenté jardins et forêts afin d’habiller ses personnages de parures de feuilles d’érable, de tulipier, de liquidambar mais aussi d’humus et de lichens. (suite…)

Exposition « Supernature » du 12 mai au 5 juillet 2017

Le toucan, 40x60 cm, photo François FontaineDu 12 mai au 5 juillet 2017, l’hôtel Jules & Jim accueille SUPERNATURE de François Fontaine. Prises avec un appareil Leica analogique à partir de documentaires animaliers, les 18 photographies de ce safari imaginaire semblent émaner d’un rêve d’enfant à demi éveillé. Chromatiques et oniriques.

Nina Bouraoui invitée par l’hôtel Jules & Jim à accompagner de ses mots le travail de l’artiste, écrit : « C’est en songe que mes frères sauvages surgissent et me ramènent au feu et au sel de ma terre. Songe multicolore et flou, sublime et irréel, où l’attente succède à l’élan, le silence à la fureur, le désir au repos, l’aube au crépuscule. Songe poétique et amoureux que je déroule comme un ruban dans le vent. Je redeviens l’enfant nu qui contemple : la force et la beauté de ceux qui ne sont plus mes proies, mais les témoins qui restituent ma part manquante – moi, l’animal humain. »

Les grues, 60x90 cm, photo François FontaineAprès plus de trente ans de voyages à travers la planète, l’artiste revient explorer les fantasmes qui ont inspiré son inlassable recherche de beauté et d’exotisme. Guidé avant tout par son émotion, il capte la part d’imaginaire qui se cache dans les plis de la réalité et de ses images. Avec les années, il met au point une technique de prise de vue qui donne à ses silhouettes le flou des souvenirs et des pensées vagabondes, et à ses photographies une texture picturale.
(suite…)