événement

Les dates, les rendez-vous et les manifestations à ne pas manquer (exposition, exposition vente, troc, salon, foire, etc.)

Biodiversité : une agence régionale en Île-de-France

Logo de l'ARB ÎdFJeudi 12 avril 2018, Valérie Pécresse présidente de la Région Île-de-France, Michel Cadot Préfet de la région d’Île-de-France, Préfet de Paris, Christophe Aubel directeur général de l’Agence française pour la biodiversité, Fouad Awada directeur général de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Île-de-France (IAU îdF) et Patricia Blanc directrice générale de l’Agence de l’eau Seine-Normandie, ont lancé la première Agence régionale de la biodiversité (ARB îdF).

La Région Île-de-France se dote aujourd’hui d’une ARB et marque ainsi son rôle de chef de file de la biodiversité et son engagement sur les questions environnementales. Rattachée à l’IAU comme département dédié à la biodiversité, cette ARB intègre notamment les équipes et les missions de Natureparif.

Portée également par l’Agence française pour la biodiversité (AFB), l’ARB travaillera avec elle en coopération permanente. Depuis janvier 2017, l’AFB exerce des missions de soutien à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de la connaissance, de la préservation, de la gestion et de la restauration de la biodiversité des milieux terrestres, aquatiques et marins.

L’Agence de l’eau Seine-Normandie, dont les compétences d’action sont élargies à la protection de la biodiversité terrestre et marine, apportera également son concours technique et financier, par l’accompagnement des projets qui contribuent à préserver les ressources en eau, à lutter contre les pollutions, et à reconquérir la biodiversité aquatique et protéger les milieux humides.

Le Ministère de la transition écologique et solidaire, qui œuvre pour la sauvegarde de la biodiversité, la préservation des espaces naturels et la restauration des continuités écologiques, s’engage, au travers de ses services déconcentrés et notamment le Direction régionale de l’environnement et de l’énergie d’Île-de-France (DRIEE) avec la signature de la convention par le Préfet de la région d’Île-de-France, Préfet de Paris.

Lutter contre l’érosion de la biodiversité en Île-de-France : une nécessité absolue
Région la plus peuplée et la plus urbanisée de France, l’Île-de-France recèle un patrimoine naturel riche et mal connu. Au total, 10 000 espèces animales, dont 200 protégées, y sont recensées. La flore est également particulièrement abondante et diversifiée, puisqu’elle atteint 25 % du nombre des espèces présentes au niveau national. Région principalement agricole (47 % du territoire), l’Île-de-France accueille aussi 280 000 ha d’espaces boisés (24 % du territoire), répartis principalement entre les grands massifs de Fontainebleau, de Rambouillet et de Saint-Germain-en-Laye.

Sur un territoire à forte densité démographique, avec une fragmentation des milieux naturels et une imperméabilisation des sols, les pressions sur la biodiversité sont constantes. Les milieux humides ont perdu environ la moitié de leur surface au cours des cinquante dernières années, et ceux qui perdurent sont fréquemment artificialisés. L’abondance d’oiseaux a diminué de 21 % en 15 ans et la richesse en papillons de 8 %. La diversité en plantes est restée stable en 10 ans.

Au regard de ce contexte, aggravé par le changement climatique, l’objectif de l’ARB îdF est de renforcer l’action engagée pour la biodiversité, de la rendre encore plus efficace, plus visible et de l’ancrer durablement dans les territoires. Avec une nouvelle fonction d’ingénierie territoriale, l’Agence travaillera à l’émergence et à l’essaimage d’initiatives et de projets vertueux en Île-de-France ainsi qu’à la mise en réseau des acteurs. Elle contribuera ainsi à incarner le rôle de chef de file régional en matière de biodiversité. (suite…)

Conférence publique : « Le retour du castor en Île-de-France »

Affiche de la conférence "Le retour du castor en Île-de-France", ARB Île-de-France, Paris, avril 2018Dans le cadre de son cycle de conférences pour le grand public, l’ARB Île-de-France, anciennement Natureparif, vous invite à rencontrer Paul Hurel, ingénieur à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), animateur régional du réseau castor.

Après plus d’un siècle d’absence, le castor d’Europe (Castor fiber) est de retour en Île-de-France. Les premiers indices de présence ont été observés sur l’Essonne par le Syndicat Intercommunal d’Aménagement, de Rivières et du Cycle de l’Eau (SIARCE). Suite à cette découverte, un réseau castor Île-de-France s’est constitué, porté par l’ONCFS, qui a pu confirmer ces premières observations.
Sur le territoire francilien, les dernières observations sur l’espèce remontaient au 19e siècle. Longtemps chassé pour sa fourrure et sa chair, le castor a subi une forte régression à partir du 16e siècle, pour ne subsister que dans la basse vallée du Rhône au début des années 1900. Au bord de l’extinction en Europe, il obtient un statut de protection au niveau national en 1968.
Reconnaissable à sa queue plate à l’aspect écailleux, cet herbivore est le plus gros rongeur d’Europe. Tout comme son cousin canadien, le castor d’Europe coupe et écorce des arbres pour son alimentation mais également pour construire huttes et barrages. Il élit domicile au bord des lacs, étangs et cours d’eau et est capable de s’adapter et de s’installer près des zones habitées. Aucune espèce animale ne modèle son lieu de vie aussi activement que lui.

Dans un premier temps, Paul Hurel reviendra sur les éléments de biologie et d’écologie de cette espèce. Il présentera ensuite les différentes traces traduisant sa présence en Île-de-France, ainsi que sa répartition sur le territoire francilien.

Informations pratiques
Jeudi 12 avril 2018 de 19h à 21h
Halle Pajol – Auberge de Jeunesse, 18/22 ter, rue Pajol, 75018 Paris.
Métro : ligne 12, station Marx Dormoy.
Entrée gratuite. Inscription conseillée

33 communes d’Île-de-France lauréates du Label régional des Villes et Villages Fleuris en 2017

Logo VVF, Villes et Villages FleurisL’AMIF et le Comité Régional du Tourisme (CRT) Paris Ile-de-France s’associent pour récompenser les 33 communes lauréates du Label régional des Villes et Villages Fleuris.

Logo AMIF
À l’occasion du Salon des Maires d’Ile-de-France, le CRT Paris Ile-de-France organise, une nouvelle fois, la remise des prix du Label 2017 VVF, Label de qualité de vie. Cette année, Stéphane Beaudet, Président de l’AMIF et Hamida Rezeg, Vice-présidente en charge du Tourisme de la Région Ile-de-France et Présidente du Jury VVF en Ile-de-France, récompensent les 33 communes lauréates qui ont su améliorer leur cadre de vie. « Le Label Villes et Villages Fleuris a acquis auprès du grand public une forte notoriété et s’impose dans l’esprit des Franciliens comme une garantie de qualité du cadre de vie des communes » témoigne Hamida Rezeg. « Pour les villes et villages d’Ile-de-France, c’est un atout capital en matière d’attractivité touristique, mais aussi économique et résidentielle ».

Partenaire de l’AMIF depuis 2006, le CRT organise la remise des prix dans le cadre du Salon des Maires d’Ile-de-France afin de mieux accueillir les équipes municipales des communes lauréates et le public de plus en plus nombreux. Stéphane Beaudet souligne que « rendre sa ville plus verte et plus propre est un objectif pour les communes. Les citoyens à plus de nature en ville, étant donné les vertus de la nature sur la santé et la qualité de vie des populations. En Ile-de-France, près de deux millions de Franciliens sont privés d’espaces verts de proximité à moins de 15 minutes à pied de chez eux. La place du végétal en ville en Ile-de-France est un sujet important et porteur ».

Le Label régional des Villes et Villages Fleuris, un Label de qualité de vie
Le Label récompense l’analyse, la stratégie et le travail des services techniques des communes qui, par leur savoir-faire, valoriseront leur territoire. La pertinence de l’aménagement paysager, qui sera différent selon la taille de la commune, la réflexion et les actions menées en faveur de la biodiversité et des ressources naturelles, l’utilisation raisonnée des plantes, le fleurissement, l’entretien et le remplacement des arbres, sont autant de critères qui sont pris en compte par le jury et intégrés au programme soutenu par les élus. Sans oublier la qualité de l’espace public qui doit être surveillée de près en maitrisant les enseignes, en effaçant les réseaux, en rénovant les façades et le mobilier urbain, en développant la qualité de la voirie et la propreté de la ville. (suite…)

La lavande élue plante de balcon de l’année 2018

La lavande, la plante de balcon de l’année 2018, Office hollandais des fleurs (OHF)
La lavande a été désignée comme la plante de balcon pour l’année 2018. Une belle méditerranéenne réservée toutefois aux situations les plus ensoleillées.

« La Plante de balcon de l’année » est une initiative de l’Office Hollandais des Fleurs, qui demande chaque année à un jury issu des médias et composé de rédacteurs de revues de mode, d’habitat et de jardin, de vloggeurs et de bloggeurs de sélectionner la plante de balcon la plus attractive parmi une sélection de dix candidates. Pour 2018, c’est la lavande qui a été retenue, pour la touche de verdure argentée qu’elle apporte, mais aussi de couleur et de parfum sur les terrasses et balcons.

Il n’y a pas une lavande, mais des lavandes, avec de nombreuses espèces, variétés et cultivars. La floraison peut prendre différents tons de bleu, mauve ou violet, avec des nuances plus ou moins claires ou foncées, mais les fleurs peuvent aussi être roses ou blanches.

Les nouveaux rendez-vous pour 2018 dans ma page Agenda 2018

2018, quatre saisons, four seasons, photo Fotolia / © msnobodyJ’ai complété la liste des rendez-vous jardin et agriculture urbaine pour l’année 2018, plus particulièrement pour les mois à venir à Paris et en Île-de-France. Consultez régulièrement ma page Agenda 2018 pour être informé de l’actualité des manifestations « jardin » et agriculture urbaine parisiennes et franciliennes et pour y découvrir les derniers événements ajoutés.

14ème Salon Jardins en Seine à Suresnes (92)

Affiche du salon Jardins en Seine 2018, Suresnes (92)Les 6, 7 et 8 avril 2018, la terrasse du Fécheray à Suresnes (92) devient le lieu de rencontres et d’échanges pour les amateurs de jardin et de jardinage. Le salon Jardins en Seine réunit une nouvelle fois horticulteurs et de pépiniéristes et vous fait découvrir les jardins éphémères de son Concours de Paysage.

Les professionnels du jardin viendront également avec de nombreuses idées d’aménagement et de décoration.

Nouveauté 2018, coup d’envoi de Suresnes 2024, avec la présentation d’un jardin monumental de 500 m créé par Christian Fournet, le Jardin de l’Olympe. Ce jardin reprendra les symboles de l’olympisme à l’approche des J.O. et chaque année jusqu’en 2024, un paysagiste de renom viendra se prêter à l’exercice.

Le Concours de Paysage 2018
Soutenu cette année par le GIE Pierre Reconstituée de France représentée par les leaders de la pierre reconstituée – Alkern, Fabemi et Marlux – le concours de paysage réunira professionnels et élèves autour du thème Volumes et Perspective.
Par cette initiative, le GIE souhaite promouvoir une fois de plus la pierre reconstituée, en tant que produit naturel de qualité, offrant une multitude de solutions pour l’aménagement extérieur, en proposant aux paysagistes et aux visiteurs un choix de dallage de fabrication française.
L’aménagement des terrasses et des jardins urbains de petites dimensions impose de trouver les moyens d’agrandir visuellement l’espace. À l’occasion de la présentation de leur création, les candidats vont jouer avec les volumes et la perspective, pour donner au public une vision différente de l’espace et l’envie de « redimensionner » son jardin.

Informations pratiques
Jardins en Seine du 6 au 8 avril 2018
Terrasse du Fécheray, 92150 Suresnes.
Vendredi 6 de 12 h à 19 h; samedi 7 de 10 h à 19 h; dimanche 8 de 10 h à 19 h.
Tarif : 5 euros (gratuit pour les enfants de moins de 12 ans accompagnés).
Restauration sur place.

Bons à savoir
Après 13 ans d’existence, le salon connaîtra une édition d’automne les 1er et 2 septembre 2018 pour une exposition plus végétale.