écologie

écologie, environnement, développement durable

Journée internationale de la diversité biologique

Le 22 mai est la journée internationale de la diversité biologique (JICB). Cette année, elle a pour thème les espèces exotiques envahissantes (EEE). Plusieurs manifestations sont prévues au Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN).

1 – Exposition du 22 mai au 5 juin : les espèces exotiques envahissantes.
Les espèces exotiques introduites ont souvent des impacts négatifs pour la biodiversité, la santé ou l’économie. Le nombre d’introductions d’espèces exotiques explose dans tous les milieux à travers le monde et ce phénomène inquiète aujourd’hui les gestionnaires et les écologues car il s’ajoute aux contraintes multiples que subit déjà la Nature. Au Muséum, des recherches sont conduites sur la taxonomie, la biologie et l’écologie de ces populations animales et végétales.
Une exposition de 12 panneaux vous présentera certains exemples et vous aidera à comprendre quels sont les enjeux liés aux espèces invasives.

Infos pratiques :
Tous les jours sauf le mardi de 10 h à 17 h 15.
Hall de la Grande Galerie de l’Évolution.

2 – Samedi 23 mai 2009 : Biodiversité, Espèces invasives.
La liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a annoncé que les espèces exotiques, végétales ou animales envahissantes, c’est-à-dire celles qui sont implantées, involontairement ou pas, dans une région qui leur est étrangère représentent la troisième cause de perte de la biodiversité dans le monde. Qu’il s’agisse de micro-organismes, des plantes ou encore des algues, des champignons, des insectes ou des vertébrés, toutes ces espèces, en se développant très rapidement, sont responsables de la moitié de l’ensemble des extinctions des 400 dernières années. Par ailleurs, elles représentent une menace pour l’agriculture, l’élevage ou la pêche, ainsi que sur la santé humaine dans le cas des virus, des bactéries et de certains insectes. Elles causent des dizaines de milliards de dollars de dégâts matériels chaque année.
– 14 h 30 : la grenouille taureau, 37 min., 2008. Réalisation : Philippe Henry.
Dès que la présence de la grenouille taureau a été confirmée en Sologne, fin 2002, elle a fait l’objet d’un consensus entre les acteurs de l’environnement, l’administration et la région pour tenter de l’éradiquer. Des recherches ont été entreprises immédiatement pour délimiter la zone colonisée pendant que débutaient les premières actions pour réduire la population.
– 15 h 10 : la guerre des écureuils, 52 min. Production : Bonne Pioche. Réalisation : Kamel Kézadri.
C’est l’histoire d’un écureuil roux et d’un écureuil gris. L’un est anglais, l’autre a été importé par erreur des États-Unis. Petit à petit, le gris, plus gros, plus glouton et plus résistant, a envahi le territoire de son cousin qui disparaît inexorablement. Défendu par ses supporters, le roux, devient l’espèce prioritaire à protéger.
– 16 h : le dernier choux de Kerguelen, 30 min. Production : Bonne Pioche. Réalisation : François de Riberolles.
Quand l’Homme aborde les terres vierges de Kerguelen, il y a deux siècles, il sonne le début d’une transformation irrémédiable. Les prolifiques lapins de garennes participent à la désertification, 10 000 chats redevenus sauvages ravagent les colonies d’oiseaux marins, deux mille rennes dévorent les mousses et lichens, et les graines introduites supplantent la flore d’origine.
– 16 h 30 : débat avec Jean Patrick Leduc, ingénieur au Muséum national d’Histoire naturelle et Catherine Epain-Henry, ingénieur en écologie.

Infos pratiques :
Le samedi de 14 h 30 à 17 h 30, trois rendez-vous par trimestre.
Films et débats au Grand Amphithéâtre du Muséum.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

3 – Une après-midi de conférences-débats vous est proposée afin de comprendre les impacts négatifs pour la biodiversité, pour la santé ou pour l’économie que peuvent engendrer les espèces exotiques introduites en France.
Des scientifiques du Muséum vous invitent à connaître ces mécanismes d’introduction, de propagation et d’impact, afin d’orienter les stratégies de gestion depuis le législatif (interdiction de vente) jusqu’à notre comportement de citoyen (limitation de relâchés dans la nature).
– Les espèces exotiques envahissantes, une nouvelle atteinte à la biodiversité.
(Philippe Clergeau, département écologie et gestion de la Biodiversité au Muséum).
Une autre vision des impacts et de la gestion des espèces invasives.
(Jean-Philippe Siblet, département écologie et gestion de la Biodiversité au Muséum-.
Les plantes invasives et l’exemple de la Renouée du Japon.
(Noémie Maurel, département écologie et gestion de la Biodiversité au Muséum).
Les écureuils introduits en France et en Europe de l’Ouest : conséquences écologiques, économiques et sanitaires.
(Jean-Louis Chapuis, département écologie et gestion de la Biodiversité au Muséum).
Les amphibiens et reptiles exotiques en France.
(Françoise Serre-Collet, département milieux et peuplements aquatiques au Muséum).

Infos pratiques :
Le dimanche 24 mai à 14 h 30.
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution.
Entrée libre dans la mesure des places disponibles, accueil des publics dès 14 h.

À consulter :
– le site Internet de l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) : www.iucn.org/fr
– le site Internet de l’initiative sur les espèces exotiques envahissantes dans les collectivités françaises d’outre-mer : www.especes-envahissantes-outremer.fr
– La liste rouge des espèces menacées en France.

3ème Fête de la Nature

L’Association Fête de la Nature créée par l’ensemble des 42 réseaux publics et associatifs de protection de la nature rassemblés au sein de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et Terre Sauvage, le magazine de nature édité par Milan Presse (Groupe Bayard), lancent la troisième Fête de la nature.

Les deux années précédentes, la Fête de la nature a permis à l’ensemble des Français de vivre un week-end au cœur des sites naturels, en compagnie des acteurs de la protection de la nature. Près de 1500 manifestations ont été proposées dans toutes les régions, y-compris en outre-mer. Le succès était au rendez-vous avec plus de 300.000 participants, 400
structures locales organisatrices.
Pour les 16 et 17 mai 2009, plusieurs milliers de manifestations sont en préparation.

Cette fête a été imaginée par des amoureux de la nature pour donner à tous le plaisir de découvrir ou redécouvrir ses richesses naturelles, pour renouer des liens forts avec l’environnement. Pendant un week-end, des professionnels et des bénévoles des réseaux de protection de la nature font découvrir (gratuitement) des espaces connus ou inconnus. Des centaines de balades, dans des lieux familiers comme dans des coins inaccessibles en temps normal, sont organisés par ceux qui en connaissent les moindres détails. Le public est invité à découvrir des espèces emblématiques ou méconnues, à arpenter des territoires parfois familiers sous la conduite de guides naturalistes, pour mieux comprendre le travail et la passion des gestionnaires d’espaces naturels, des forestiers, des acteurs de la protection de la nature qui veillent au maintien de la biodiversité.

Pour cette troisième édition, les organisateurs souhaitent voir participer aussi les particuliers. Ils sont nombreux à entretenir un coin de nature dans leur propriété ou dans leur simple jardin. Créer la convivialité et l’échange autour de la nature dans des lieux privés est aujourd’hui un objectif de la Fête de la Nature 2009. Le mot d’ordre en 2009 est aussi « Organisez votre sortie nature ! Partagez votre nature ! Ouvrez vos jardins sauvages ! » Tout un programme… Les naturalistes sont aussi près de chez vous, et vous ne les connaissez pas toujours… Ils vous montrerons ce qui se cache derrière leur porte… Ce week-end là est une occasion de les rencontrer !

La Fête de la nature est aussi un moment exceptionnel de sensibilisation aux urgences et aux enjeux de la protection de la biodiversité. Elle permet de s’interroger sur la place de l’homme dans la nature et sur sa responsabilité dans la conservation de la biodiversité.

12ème édition de Florexpo au Pecq (78)

Florexpo, la grande exposition-vente alpicoise liée à l’univers horticole, réunira de nombreux exposants le samedi 16 mai 2009 sur le mail du parc Corbière. Cette 12ème édition se tiendra sur le thème du “mouvement dans le jardin”.


Une vingtaine d’exposants professionnels de qualité (horticulteurs, pépiniéristes, fleuristes, artisans divers) participeront à la 12e édition de Florexpo « Claude Simon ». Le samedi 16 mai, ils proposeront leurs produits à tous les amoureux des plantes. Les visiteurs pourront faire le plein d’annuelles et de plantes vivaces, de rosiers, de plantes de terre de bruyère, de pivoines, de plantes aromatiques, d’arbustes, etc. Ils trouveront également des accessoires et décorations de jardins, herbiers, tableaux et bijoux… Des associations de jardinage et de protection de la nature les conseilleront et informeront. Comme chaque année, les jardiniers municipaux distribueront gracieusement terreau et bulbes récupérés dans les massifs après floraison.

Cette agréable journée de plein air dans le cadre verdoyant du parc Corbière sera également l’occasion de profiter de nombreuses animations : réalisation de jardins miniatures et concours de dessins pour les enfants, balade en calèche, orchestre, restauration, tombola. En début d’après-midi, les lauréats 2008 du concours « Le Pecq en Fleurs » recevront leurs récompenses.
Cette 12e édition de Florexpo « Claude Simon » se déroulera sur le thème du “mouvement dans le jardin” et sera donc un hymne à la nature et à la vie.

Infos pratiques :
De 10 h à 19 heures.
Route de Carrières (parking à proximité),
78230 Le Pecq-sur-Seine.
Entrée libre.

En mai au Muséum National d’Histoire Naturelle (Paris 5e)

Le Muséum National d’Histoire Naturelle (Paris 5è) fête le mois de mai autour de deux grands événements.

. Fête de la nature, les 16 et 17 mai 2009 :
Riche d’une biodiversité exceptionnelle en plein cœur de Paris, le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) célèbre la Fête de la nature. Des sorties naturalistes en Île-de-France sont également prévues avec les scientifiques du Muséum.

. Journée Mondiale de la Diversité biologique le 22 mai 2009 :
Au Jardin des Plantes les 23 et 24 mai, à l’occasion de la Journée Mondiale de la Diversité biologique, le weekend sera consacré à la thématique des « espèces exotiques envahissantes ».

Pour télécharger le programme complet de Mai Natures !
http://www.mnhn.fr/museum/front/medias/activite/18561_FDN_2009.pdf

Pour une planète verte

Nous pouvons tous agir pour la planète ! Ce nouvel ouvrage dresse un panorama très complet sur la situation actuelle et sur les gestes et solutions que nous pouvons adopter pour aider notre planète.


En 10 grands chapitres, l’ouvrage Pour une planète verte (Editions Nathan) dresse un constat réaliste sur l’état de l’environnement, milieu par milieu, des pôles aux forêts tropicales. Chaque chapitre s’ouvre sur un mini-sommaire qui sensibilise au milieu. Des photos, illustrations et dessins renforcent les informations. Le lecteur trouvera également des pages-dossiers qui zooment sur des points sensibles: la disparition du panda géant, de l’aye-aye, du léopard des neiges, du castor européen…
Ce livre lance un véritable bulletin d’alerte. Il célèbre la beauté, la richesse et la fragilité de tous les écosystèmes de la Terre. Il dénonce les effets dévastateurs de la pollution, du réchauffement climatique et du comportement des hommes sur la nature, les animaux et les plantes qui y vivent. À la fin de chaque chapitre, une rubrique intitulée « Ce que nous pouvons faire » donne des centaines d’idées, astuces et conseils pratiques pour nous permettre de mieux respecter et sauvegarder notre environnement, de protéger la Terre en agissant au quotidien.

Quelques exemples d’action recommandée :
Adoptez un arbre !
Participez à des opérations de nettoyage !
Allez à pied pour vos petits trajets !
Économisez le papier !
Ne gaspillez pas l’eau !

En librairie depuis le 14 mai 2009.
Editions Nathan
Dès 10 ans

Format : 21,6 x 27,6 cm.
Environ 300 photos couleurs
256 pages
24,95 euros.

Atelier plantes dépolluantes au jardin Crimée Thionville

Le samedi 9 mai de 15 h à 17 heures, un atelier « plantes dépolluantes » vous est proposé dans le jardin Crimée Thionville (Paris 19è).

Comment dépolluer son appartement grâce à certaines plantes ?
Comment fabriquer son mur végétal ?
Comment ne pas polluer ?

Autant de questions qui trouveront réponses au cours de cet atelier prévu dans un des jardins partagés de la ville de Paris.

Rendez-vous au Jardin Crimée Thionville, 152, rue de Crimée, 75019 Paris.
Les stations de métro les plus proches sont Laumière (ligne 5) ou Crimée (ligne 7).