Archives de mots clés: Aesculus

Aesculus x neglecta ‘Autumn Fire’

Aesculus x neglecta 'Autumn Fire', pépinière Jardins en Marche, Fête des Plantes, château de Saint-Jean de Beauregard (91)
Ce petit marronnier haut en couleurs en automne a reçu le prix de la presse lors de la dernière édition de la Fête des Plantes de Saint-Jean de Beauregard. Il se distingue par un feuillage automnal qui prend très tôt des superbes couleurs vives particulièrement marquées.

Aesculus x neglecta 'Autumn Fire', pépinière Jardins en Marche, Fête des Plantes, château de Saint-Jean de Beauregard (91) (suite…)

Les feuilles du marronnier se déplient

Jeunes feuilles d'un marronnier (Aesculus), parc des Buttes-Chaumont, Paris 19e (75)
Les marronniers parisiens hissent leurs feuillage et déploient leurs grandes feuilles palmées à 5 ou 7 folioles disposées à l’extrémité de longs pétioles rougeoyants. Quelques rameaux situés à portée du regard permettent de profiter de ce spectacle printanier.

Jeunes feuilles d'un marronnier (Aesculus), parc des Buttes-Chaumont, Paris 19e (75)
Les petits parapluies des feuilles sont encore repliés, mais cela ne va pas durer longtemps car la croissance des feuilles est rapide à cette période de l’année. Et les fleurs ne sauraient tarder !

Les mines de la mineuse du marronnier

Mines de la mineuse sur marronnier, Amiens (80)
Vus par transparence, les dégâts provoqués par la chenille de la mineuse du marronnier sur les feuilles sont encore plus spectaculaires. Partout où il y a une tache marron plus foncée, il doit y avoir une larve de mineuse qui redonnera très vite un papillon qui ne pensera qu’à assurer sa descendance une nouvelle fois. Pauvres arbres !

Le marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum), appelé aussi marronnier blanc, est l’espèce d’arbre la plus attaquée en France. Toutes les feuilles contaminées qui tombent au sol doivent être ramassées et détruites car la mineuse (Cameraria ohridella) passe l’hiver au stade de chrysalide dans les feuilles tombées au sol. Même si c’est fastidieux, le ramassage systématique permet de réduire considérablement les populations, le but étant d’éviter une forte infestation dès le début du printemps. Il faut disposer aussi deux bandes de glu sur le tronc de chaque marronnier, en dessous des premières branches. Les papillons femelles adultes viennent s’y agglutiner et périr car elles se déplacent principalement sur le tronc par sauts plus que par vol. Favorisez la présence des mésanges en disposant des nichoirs car ces oiseaux consomment un grand nombre d’insectes (jusqu’à 500 par jour pour un couple).
Ce papillon a généralement trois générations par an en France. La durée de son cycle dépend des conditions climatiques et s’étale sur environ 6 à 11 semaines. Les adultes issus de la première génération sortent généralement à partir de la mi juin, ceux issus de la deuxième à partir du début du mois d’août et ceux de la troisième vers la fin septembre à début octobre. On estime que la population est multipliée par 10 à chaque génération.

Branche arabesque de marronnier

Branche arabesque de marronnier, Ile aux Cygnes, Paris (75)

Si vous allez vous promener sur l’Ile aux Cygnes (Paris 15e), vous ne pourrez pas manquer ce beau et gros marronnier qui laisse pendre très élégamment ses branches au-dessus de la Seine.

Branche arabesque de marronnier, Ile aux Cygnes, Paris (75)

Le creux de la branche serait presque une invitation à la sieste si elle n’était pas suspendue au-dessus des eaux profondes du fleuve. Un superbe perchoir pour les oiseaux parisiens et les éventuels matous aventureux !

Branche arabesque de marronnier, Ile aux Cygnes, Paris (75)

Un rayon de soleil et ça change tout !

Soleil traversant le nouveau feuillage d'un marronnier sur l'Ile aux Cygne, Paris (75)

Il fallait de l’eau et il en faudrait certainement encore beaucoup pour bien détremper les sols et recharger les nappes phréatiques. Mais quand le soleil se remet à briller, ça vous change quand même la journée.

Des journées ensoleillées, oui, mais il faudrait aussi que le thermomètre remonte un peu…

Les marronniers de la place du Louvre (Paris 1er) résistent à l’automne

Marronniers en fin d'automne devant l'église Saint-Germain-L'Auxerrois, Paris 1er (75)

Les marronniers sont parmi les premiers des arbres parisiens à perdre leurs feuilles en été et en début d’automne. Mais ceux de la place du Louvre, devant l’église Saint-Germain-L’Auxerrois et la Mairie du 1er arrondissement de Paris font de la résistance et arborent encore un feuillage abondant à quelques semaines de Noël. Surprenant !

Marronniers en fin d'automne, place du Louvre, Paris 1er (75), 3 décembre 2011, photo Alain Delavie

Curieusement, les feuilles sont restées sur les arbres d’un seul côté. Et tous les arbres autour sont défeuillés. Mais pas ces marronniers.

Marronniers en fin d'automne devant la mairie, place du Louvre, Paris 1er (75)

Un des petits caprices de la nature…