Journée mondiale des zones humides le 2 février 2018

Journée mondiale des zones humides (JMZH), 2 février 2018
Chaque année, le 2 février, l’association Ramsar France, Evian et la LPO se mobilisent dans le cadre de la Journée Mondiale des Zones Humides (JMZH) pour sensibiliser le public à la préservation des ressources en eau et faire connaître leur importance dans l’écologie mondiale.

La Journée mondiale des zones humides consacre son édition 2018 à la nécessité vitale, d’intégrer et de développer les milieux humides dans les villes. Et pour cause : 50% des zones humides métropolitaines ont disparu entre 1960 et 1990 ; 47% se sont dégradées entre 2000 et 2010. Les marais, tourbières, lagunes, salines et autres terres humides sont reconnus pour receler une grande diversité et richesse biologiques. Ils ont un rôle essentiel dans le bon fonctionnement des écosystèmes, la fourniture de services comme la lutte contre le réchauffement climatique. Ils sont encore aujourd’hui sacrifiés par un développement qui n’a toujours pas intégré les services écosystémiques et aménités en amont des décisions publiques et privées. Détentrices et responsables de terres humides, les villes ont un rôle majeur à jouer.

Journée mondiale des zones humides (JMZH), 2 février 2018
Entre terre et eau, des espaces indispensables à notre planète
Marais, salines, deltas, estuaires, lagunes, vasières, tourbières, baies, rives de lacs et de rivière, mangroves… les terres humides abritent une multitude d’espèces animales et végétales, dont l’harmonie joue un rôle primordial dans la régulation des ressources en eau et dans la maîtrise des crues. Cette biodiversité exceptionnelle, précieuse pour le futur de notre planète, constitue une source de vie indispensable pour l’homme : réservoir alimentaire, captation du carbone, stocks d’eau douce, terres agricoles et d’élevage fertiles, écotourisme…

Des secteurs humides vitaux pour notre milieu urbain
Les terres humides sont des espaces recouverts d’eau, soit temporairement, soit en permanence. Situées en ville ou en périphéries périurbaines, elles rendent des services très utiles :

  • réduction des effets des inondations.
    Telles des éponges géantes qui se gonflent au fil des eaux de crues, elles absorbent et stockent les fortes précipitations. C’est le rôle des rivières, étangs, lacs et marais.
  • reconstitution des réserves d’eau potable
    Les nappes souterraines, les eaux pluviales et les cours d’eau constituent l’essentiel de notre eau potable. En filtrant l’eau qui alimente les aquifères, les zones humides urbaines reconstituent cette importante source d’eau.
  • filtrage des résidus
    Dans les zones humides, les sols et les plantes abondantes fonctionnent comme des filtres qui absorbent de bonnes quantités de toxines dangereuses, de pesticides agricoles et de résidus industriels. Les zones humides urbaines aident aussi à traiter les eaux usées domestiques.
  • filtrage des résidus
    Dans les zones humides, les sols et les plantes abondantes fonctionnent comme des filtres qui absorbent de bonnes quantités de toxines dangereuses, de pesticides agricoles et de résidus industriels. Les zones humides urbaines aident aussi à traiter les eaux usées domestiques.
  • amélioration de la qualité de l’air
    Grâce à la grande quantité d’eau qu’elles contiennent et à leur végétation luxuriante, les zones humides exhalent de l’air humide, ce qui refroidit naturellement et allège l’atmosphère environnante dans les villes tropicales mais aussi tous les climats où l’air est extrêmement sec.
  • épanouissement et bien-être humain
    Bien conçues et préservées comme des espaces verts dans les villes, les zones humides urbaines offrent aux citadins des lieux de loisirs où ils ont accès à une diversité de plantes et d’animaux. Nombre d’études confirment aujourd’hui que le contact avec la nature réduit le stress et améliore la santé.
  • Sources riches de moyens d’existence
    Beaucoup de poissons grandissent dans les zones humides, d’où l’attrait que celles-ci exercent sur les pêcheurs. A la faveur des roseaux, herbes, plantes médicinales et fruits qu’elles accueillent, ces biens naturels indispensables attirent aussi le tourisme, favorisant une autre source d’emplois non négligeable.

Journée mondiale des zones humides (JMZH), 2 février 2018Informations complémentaires
Programme complet sur : http://www.zones-humides.org/agir/ramsar-et-la-journee-mondiale-des-zones-humides/espace-visiteurs-carte
La coordination nationale de l’édition 2018 de la JMZH est assurée par l’association Ramsar France, l’Agence Française pour la Biodiversité, les Pôles-relais zones humides, la LPO et la SNPN.

Commentaires (2)

  1. Chasseriau Michèle

    Je trouve que cette année c’est un peu risqué comme sujet vu que beaucoup de villes sont submergées par les eaux! même Paris avec la Seine et les villes sur la Marne, Joinville, Lagny, Gournay etc…
    A Emerainville 77 nous avons une zone humide qui est entretenue par la ville et ou on trouve un sacré écosystème.

  2. jpp

    Pas si simple que ça d’implanter une zone humide en ville : vous allez avoir sur le dos une nuée de récriminations ( ça va attirer les moustiques) de même que -c’est bien connu- il y a des rats à Paris à cause des points de compostage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Partages
Partagez1
Tweetez
+1
Enregistrer1
Partagez