Archive journalières: 1 décembre 2015

Colloque « Les sols et le climat » le 3 décembre 2015

Kakemono, les sols et le changement climatique, les impacts de l'érosion, la sécheresse et des inondations, Association Française pour l’Étude du Sol
Chaque année, dans la semaine du 5 décembre, se déroule le colloque de l’Association Française pour l’Étude du Sol sous le Haut Patronage du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie et du Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, avec le parrainage de Stéphane Le Foll, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, Porte-parole du gouvernement et de Joël Labbé, Sénateur du Morbihan.

La matinée sera consacrée à la connaissance des sols et du climat.
L’après-midi sera dédié à la communication et aux actions pour les sols.

Attention, le nombre de places étant limité, il n’est plus possible de s’inscrire à ce colloque.
(suite…)

Du 30 novembre au 11 décembre 2015 chez Bacsac, 1 produit acheté = 1 arbre planté

BACSAC interpelle ses clients sur leur rôle dans la lutte contre le réchauffement climatique, en les impliquant à travers un geste symbolique : la plantation d’un arbre fruitier en France pour tout produit BACSAC acheté pendant la COP21.

Collection 2013 de BACSAC
Chaque arbre fruitier planté, représentant symboliquement la sauvegarde de variétés fruitières anciennes, sera implanté sur les terres fertiles du verger conservatoire de Beausemblant au coeur de la Drôme des collines, berceau de la culture fruitière française. L’histoire et la richesse du patrimoine culturel et naturel du tiers lieu de Beausemblant sont une source d’inspiration collective pour expérimenter d’autres manières de vivre, de faire, de penser, en complète cohérence avec l’esprit BACSAC.

En janvier 2016, une opération de plantation sera organisée par les « Ambassadeurs climat #BACSACCOP21 » sur le site de Beausemblant en région Rhône-Alpes.
Si l’objectif premier de ce verger conservatoire est la contribution à la lutte contre le réchauffement climatique par la réintroduction de variétés fruitières anciennes, celui-ci apporte également plusieurs bénéfices supplémentaires, notamment la sauvegarde de la biodiversité, l’instauration d’un écosystème conservatoire au coeur des lieux de production fruitière, la contribution de la communauté des consommateurs BACSAC à l’économie circulaire.

Une initiative symbolique et porteuse de sens de plantation collaborative en relation avec ses parties prenantes. Plus d’informations sur www.bacsac.com

 

COP21 : L’enjeu des sols vivants

Terres agricoles, photo Gajus / Fotolia
Hier lundi, s’est ouvert à Paris la 21ème Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, la COP21. 147 pays sont présents pour apporter ensemble, des solutions d’avenir qui doivent, à terme, permettre de lutter contre le dérèglement climatique. Dans ce contexte où les enjeux économiques, environnementaux et sociaux sont importants pour chaque pays, l’Observatoire Français des Sols Vivants tient à rappeler que la lutte contre le réchauffement climatique passera en partie par la préservation de sols vivants et en bonne santé.

OFSV, Observatoire Français des Sols Vivants
Les sols représentent 30% de la surface de la planète. La FAO considère que cette surface émergée ce décompose de la manière suivante : 11% sont des terres cultivées, 21% sont des prairies et des pâturages permanents, le reste sont des surfaces forestières, des roches…, les infrastructures urbaines ne représentants que 1% de cette surface. Ces chiffres nous montrent à quel point l’agriculture a un rôle à jouer dans la lutte contre les dérèglements climatiques et la préservation de l’environnement.

Pour répondre à ces enjeux, l’Observatoire Français des Sols Vivants s’attache dans sa mission à mettre en relation la qualité biologique des sols et les pratiques agricoles grâce à des indicateurs communs à tous, fruits du travail de la recherche et des agriculteurs dans le cadre du projet AGRINNOV. Ce dispositif présenté lors de la 1ère édition des JIAG les 2 et 3 novembre dernier à Angers (49), a permis de mieux comprendre la biologie des sols et ainsi d’entrevoir les pistes réelles pour les préserver durablement.

L’Observatoire va aujourd’hui plus loin en créant un réseau unique d’Expérimentation et de Veille Agricole, le REVA.
Ce réseau, présent dans chaque région de France, composé d’agriculteurs et de chercheurs, a vocation à recueillir des informations quantitatives et qualitatives communes sur les sols et d’identifier les pratiques les plus performantes d’un point de vue biologique et économique. Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt rappelle dans ses propositions à la COP21 « qu’une bonne gestion de la biosphère terrestre permettrait ainsi d’amortir, voire de compenser, les émissions de gaz à effet de serre. C’est le concept du « 4 pour 1000 » développé par l’Inra« . L’Observatoire, depuis sa création, s’inscrit pleinement dans cette démarche.

Le sol renferme la plus grande diversité et densité d’organismes vivants de notre planète. C’est une caractéristique importante pour la fertilité du sol, la lutte contre l’érosion, la dépollution, la qualité de l’air et de l’eau. La préservation d’un sol vivant est donc une condition « sine qua non » à la durabilité des activités de l’Homme et de son bien-être. Tous ces éléments font du sol un enjeu considérable pour les populations et la préservation de notre environnement et de nos ressources.