Un week-end de découverte de la permaculture

À l’heure où nous devons trouver de nouvelles réponses pour être à la hauteur des enjeux économiques, sociétaux et environnementaux auxquels nous sommes toutes et tous confrontés, à l’heure où les franciliens, les villes (dont Paris) et la région Île-de-France s’intéressent de plus en plus à l’agriculture, notamment urbaine, pour retrouver une certaine souveraineté alimentaire, offrir plus de place à la biodiversité, etc., il existe une démarche innovante qui pourrait bien nous aider à impulser une nouvelle dynamique dans la transformation de nos territoires – plus autonomes, interconnectés, résilients et durables – même en milieu urbain dense : LA PERMACULTURE !

Après le succès de sa première conférence parisienne au printemps 2012, le québécois Bernard Alonso revient dans la région pour un week-end de découverte de cet art de vivre.

Deux rendez-vous sont proposés :

Découverte de la permaculture

Vendredi 28 septembre, de 19 à 22H : Le jardinage des villes en transition
Atelier-conférence
Centre d’Animation Poterne des Peupliers, Paris 13e (75).
Tarifs : 10€ (réduit 8€ ).

Découverte de la permaculture

Samedi 29 septembre, de 14 à 18h : Vivre autrement, le jardinage des villes en transition
Atelier conférence
Pendant Nature en Fête dans le Parc de la Mairie à Saint-Germain-lès-Arpajon (91).
Tarif : 36€.

Nombre de places limité. Accès sur réservation uniquement.
Informations et réservations sur : www.jardiner-en-ville-ensemble.com

Qu’est-ce que la permaculture ?
Le terme évoque la technique, mais ce qu’il définit est bien au delà. La permaculture est une approche, une science, un art de conception de nouveaux écosystèmes humains viables et durables, basée sur une éthique et des principes inspirés du fonctionnement des écosystèmes naturels.

Dans les années 70, inspirés de l’observation des peuples qui entretiennent des forêts jardinées, et d’expérimentations telles celles de Masanobu Fukuoka (La révolution d’un seul brin de paille, une introduction à l’agriculture sauvage, aux éditions Guy Trédaniel Éditeur), deux australiens, Bill Mollison et David Holmgren, ont développé un concept pour créer des systèmes agricoles plus respectueux de l’environnement. De fait, initialement le terme permaculture désignait “agriculture permanente”. Mais rapidement ils élargirent ce concept en intégrant les aspects sociaux et le terme désigna “culture permanente”. Et c’est ainsi qu’au début des années 1980, le concept progresse vers un processus de conception de sociétés humaines durables. Une démarche qui aujourd’hui connaît un regain d’intérêt pour sa capacité à nous aider à faire face aux crises (alimentaire, environnementale, sociale, économique), notamment au travers du mouvement des Villes en Transition actif dans le monde entier. Ce dernier a pour principe que “la seule décision éthique est de prendre la responsabilité de notre propre existence et de celle de nos enfants”.

Les organisateurs

  • Association les Jardiniers du ciel
    L’association a pour mission de fédérer, promouvoir, favoriser, conseiller, coordonner l’installation et faire vivre des espaces comestibles sur les toits-terrasses des grandes villes. Le projet est une proposition d’évolution de notre art de vivre en ville, une vision pour construire notre avenir autrement.
  • Association Alliance Terre et Environnement
    L’association éduque à l’environnement et à l’agroécologie depuis 2005, essentiellement en Île-de-France. Des innovations concrètes sont présentées régulièrement aux stagiaires lors des ateliers et des chantiers-écoles : cultures vivrières en ville, maraîchage urbain biointensif, jardins verticaux, fabrication de sol vivant, élargissement de la biodiversité urbaine, polycultures complémentaires…

Commentaires (4)

  1. Alain of Paris (Auteur de l'article)

    Merci Sharon pour cette information.

  2. SHARON HOBBY

    À signaler aussi le livre JARDINER AUTREMENT La Permaculture conseils et principe de base de Margit RUSCH aux éditions OUEST FRANCE
    Bonne lecture

  3. jpp

    C’est évidemment intéressant mais j’ai l’impression que ces sujets intéressent surtout un public urbain et peu jardinier. Il y a des idées certes à reprendre mais je ne vois pas les maraîchers s’en emparer massivement.
    Donc quand aura fait le tour de la permaculture, du BRF et du lombricompost on pourra peut-être commencer à apprendre modestement à réussir un semis.

  4. nicole

    encore un sujet bien intéressant !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez