La « Spirale végétale » de Patrick Blanc

/, biodiversité, parc ou jardin, plante vivace/La « Spirale végétale » de Patrick Blanc

La « Spirale végétale » de Patrick Blanc

Je ne l’avais pas revue depuis sa création en 2009 et j’étais très curieux de découvrir comment les végétaux installés sur cette immense structure en spirale avaient évolué et poussé. C’est époustouflant !

"Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41)

"Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

Inventant une structure nouvelle, feuille géante s’enroulant sur elle-même jusqu’à constituer une grotte secrète, ouverte sur le ciel, Patrick Blanc a voulu développer différents biotopes, par un jeu de pliures, donnant lieu à différentes expositions lumineuses.

"Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41)

"Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

Créant des milieux différents, du plus sombre au plus éclairé, du plus simple au plus complexe, favorisant la présence et la coexistence d’espèces végétales multiples, le botaniste surprend par la grande nouveauté de ce geste plastique.

"Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41)

"Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

Avec une superbe traine de lamiers qui se plaisent beaucoup sur ce grand mur végétal spiralé et qui ont finit par déborder, recouvrant peu à peu le sol autour de l’installation.

Tapis de lamiers à la base de la "Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41)

Tapis de lamiers à la base de la "Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

"Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41)

"Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

Certains végétaux poussent vraiment très bien sur cette structure verticale sans sol et irriguée à intervalles réguliers. C’est le cas des bergénias, des géraniums vivaces et des misères, opulents à souhait.

Tapis de géraniums vivaces sur la "Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41)

Tapis de géraniums vivaces sur la "Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

Tapis de géraniums vivaces et de misères sur la "Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

Tapis de géraniums vivaces et de misères sur la "Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

Superbe tapis d’hostas à feuillage panaché, pour les coins pas trop ensoleillés.

Tapis d'hostas panachés sur la "Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41)

Tapis d'hostas panachés sur la "Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

Mais il n’y a pas que des plantes vivaces. Certains arbustes poussent très bien suspendus dans les airs.

Arbre aux papillons sur la "Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41)

Arbre aux papillons sur la "Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

L’arbre aux papillons (Buddleia davidii) bien sûr, qui pousse partout tant qu’il a du soleil et que ses racines ne sont pas noyées.

Cotoneaster retombant sur la "Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

Cotoneaster retombant sur la "Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

Les chèvrefeuilles arbustifs (Lonicera pileata notamment) et les cotoneasters sont à leur aise aussi.

"Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41)

"Spirale végétale", création de Patrick Blanc, dans la cour des écuries du château de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

Une incroyable biodiversité sur quelques m2 au sol…

By |2011-07-29T21:29:44+00:00juillet 30th, 2011|arbre ou arbuste, biodiversité, parc ou jardin, plante vivace|3 Comments

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

3 Comments

  1. noemie 24 septembre 2011 at 9 h 00 min

    Je ne l’ai pas vue cette année, mais elle est magnifique. Laurent, Patrick Blanc aime beaucoup quand on voit le feutre. Dans la nature, les parois ne sont jamais complètement couvertes.

  2. laurent 1 août 2011 at 11 h 22 min

    C’est absolument magnifique! Une réussite formidable! De près, on voit parfois encore un peu le géotextile, mais après, tout, dans un jardin, il reste souvent aussi l’un ou l’autre endroit où la terre est visible. Le lamier qui s’échappe, les plantes qui se développent, c’est une jolie évolution (contrôlée car j’imagine que le Buddleia doit être « géré »).

    Ca rappelle un peu la mosaïculture, ou les topiaires (dans une forme plus libre), mais ça n’a rien à voir avec, par exemple, l’ours du Guggenheim de Bilbao. 😉

  3. Josette 30 juillet 2011 at 11 h 58 min

    Toujours aussi étonnant et superbe.

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies and third party services. Oui