La diversité des marronniers parisiens

Un peu partout dans la capitale les marronniers d’Inde (Aesculus hippocastanum) et les marronniers rouges (Aesculus x carnea) dressent leur imposante ramure et leurs gros épis de fleurs. Mais en y regardant de près, les floraisons offrent une grande diversité de coloris, certaines sont mêmes doubles.

Floraison des marronniers

Marronnier rouge (Aesculus x carnea) et marronnier d'Inde (Aesculus hippocastanum), Paris 6e (75), mai 2010, photo Alain Delavie

Les marronniers d’Inde (ou marronniers blancs) ont des fleurs en avril ou en mai selon les années et la rigueur de l’hiver puis du printemps. Elles ont une forme particulière appelée thyrse dressée (une forme pyramidale avec un axe sur lequel naissent les pédoncules des fleurs). Les fleurs du marronnier d’Inde sont en général hermaphrodites. Elles ont une forme de doigt ou de fleur de campanule, et une couleur blanche tachetée de jaune (pour attirer les insectes). Elles changent de couleur, virant au rouge, pour signaler aux insectes quand elles ont été pollinisées.

 

Floraison de marronnier blanc

Marronnier blanc à fleurs doubles (Aesculus hippocastanum 'Baumannii'), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Je n’avais jamais fait attention à la diversité des fleurs. Comme ces fleurs très doubles, en forme de petits pompons.

Floraison de marronnier blanc

Marronnier blanc à fleurs doubles (Aesculus hippocastanum 'Baumannii'), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Floraison de marronnier blanc

Marronnier blanc à fleurs doubles (Aesculus hippocastanum 'Baumannii'), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Floraison de marronnier blanc

Marronnier blanc à fleurs doubles (Aesculus hippocastanum 'Baumannii'), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Floraison de marronnier blanc

Marronnier blanc à fleurs doubles (Aesculus hippocastanum 'Baumannii'), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Floraison de marronnier blanc

Marronnier blanc à fleurs doubles (Aesculus hippocastanum 'Baumannii'), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Depuis quelques années, un parasite redoutable enlaidit et affaiblit les marronniers de la capitale. La chenille mineuse du marronnier (Cameraria ohridella) fore des mines dans les feuilles, provoquant leur brunissement puis leur chute précoce en été. Cette affection, de type parasitaire, est particulièrement préoccupante depuis quelques années chez le marronnier blanc (Aesculus hippocastanum) à fleurs simples, entraînant un affaiblissement puis un dépérissement de l’arbre. Cette destruction des feuilles entraîne à terme un affaiblissement des marronniers, déjà fragilisés par la sécheresse estivale. Depuis plus de cinq ans, le marronnier blanc n’est plus planté en alignement mais remplacé par d’autres essences, notamment le marronnier rouge (Aesculus x carnea) qui est épargné par la mineuse.

 

Floraison de marronnier rouge

Marronnier rouge (Aesculus x carnea), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Mais si l’on observe des rouges presque framboise ou cerise, d’autres tirent davantage vers le rose pâle ou l’abricot. Un véritable festival !

Floraison de marronnier rouge

Marronnier rouge (Aesculus x carnea), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Floraison de marronnier rouge

Marronnier rouge (Aesculus x carnea), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Floraison de marronnier rouge

Marronnier rouge (Aesculus x carnea), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Floraison de marronnier rouge

Marronnier rouge (Aesculus x carnea), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Floraison de marronnier rouge

Marronnier rouge (Aesculus x carnea), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Floraison de marronnier rouge

Marronnier rouge (Aesculus x carnea), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Floraison de marronnier rouge

Marronnier rouge (Aesculus x carnea), Paris 6e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Floraison de marronnier rouge

Marronnier rouge (Aesculus x carnea), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Floraison de marronnier rouge

Marronnier rouge (Aesculus x carnea), Paris 15e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Le saviez-vous ?
Le Marronnier d’Inde est arrivé à Paris en 1612. C’est le botaniste Bachelier qui le planta dans la cour de l’hôtel de Soubise (d’autres historiens indiquent le domaine des Templiers).

Commentaires (7)

  1. Alain Delavie (Auteur de l'article)

    Aucune idée, toute la végétation est terriblement en retard. Et tout dépendra de l’évolution de la météo… Mais la floraison sera plus tardive qu’en 2012.

  2. GLer

    Bonjour

    savez-vous quand est prévue la floraison des marronniers à Paris au printemps 2013 ?

    Par avance merci de votre aide
    Cdt,

    G Ler

  3. Bygdoy Alle Aksjonen/Lorenz Tanner

    L’adresse de Bygdoy Alle Aksjonen est tanner@getmail.no
    souutenez-nous, contactez-nous

  4. Bygdoy Alle Aksjonen/Lorenz Tanner

    Bygdoy Alle Aksjonen est un grouppe d’action qui a comme but le sauvetage d’une allee de Aesculus hippocastanum d’environ 1,5 km. et qui comptait env.250 arbres. Elle est situee dans le centre ouest d’Oslo. Cette allee est acttuellement en piteux etat à cause du manque de soins, de l’enploi exagere de sel en hiver et probablement de maladies comme le bleeding canker ou la Cameraria Ohridella ( à notre connaissance la commune n’a fait aucune recherche pour aboutir à un diagnostique ) 38 nouveaux arbres vont être abatus prochainement, 1/4 des arbres auront alors disparus. L’esperance de vie des survivants ne depassant pas 5 – max.10 ans.Nous collectons actuellements des informations pour un dossier et une exposition sur les strategies mises en oeuvre dans les differentes villes europeenne dans le but de contraindre la municipalite d’Oslo d’agir enfin.
    Salitations amicales, Lorenz Tanner

  5. laurent

    Est-ce que le marronnier double avait l’air greffé? C’est du jamais vu pour moi! S’il est le résultat d’un simple semis, un pépiniériste avisé aurait intérêt à le pérenniser… Je n’avais jamais remarqué cette diversité dans les couleurs du marronnier rouge. Je préfère le rose foncé (et je préfère de toute façon le marronnier rouge au blanc, avec son feuillage plus vert et luisant, sa taille plus petite et cette couleur plus visible). Mais ce serait dommage de voir disparaître l’autre (quoi qu’il se naturalise dans les forêts) de nos villes… Tant de souvenirs d’enfants y sont attachés.

  6. alain of paris (Auteur de l'article)

    On commence à mieux connaître les moyens d’action, encore limités pour les particuliers :
    http://cameraria.orleans.inra.fr/biblio.html
    Il faut ramasser les feuilles mortes contaminées chaque année et les détruire.
    En ville, les marronniers blancs sont peu à peu remplacés par des marronniers rouges, moins sensibles.

  7. abigaell

    connaît-on un remède pour venir à bout de la chenille mineuse du marronnier ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Partages
Partagez2
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez