Archives de mots clés: plante exotique

Dendrobium type nobile

9,90 euros pour cette splendide potée de dendrobium, un hybride de Dendrobium nobile, couvert de fleurs qui passent de l’orange doux au parme le plus tendre. Un grand plaisir à petit prix !

Mon pied d’orchidée a trois longues cannes, en fait trois grands pseudobulbes dressés, avec des feuilles tout au long et une multitude de petites fleurs, incroyablement parfumées ! La floraison est déjà très avancée, mais il y a encore des boutons floraux non ouverts.

Et de nouvelles pousses sont visibles à la base, signe que la plante est en bonne santé. J’espère qu’elle va se plaire chez moi, car ces orchidées ne sont pas les plus faciles à cultiver. Si vous craquez, voici les besoins de cet hybride de Dendrobium nobile :
– Substrat très drainant, avec des écorces de pin moyennes.
– Lumière vive, avec si possible quelques heures de soleil matinal. Les feuilles doivent prendre une couleur vert claire. Si elles deviennent vert foncé, la lumière est insuffisante.
– Placer la potée sur le balcon ou la terrasse entre mai et octobre, dès que les températures sont supérieures à 10 °C. Les hybrides de Dendrobium nobile ont besoin de grands écarts de température entre le jour et la nuit, ce qui est possible à l’extérieur pendant la belle saison.
– Arroser régulièrement pour garder le substrat toujours un peu frais, mais bien sûr jamais détrempé. Pas d’eau qui stagne dans la soucoupe ou le cache-pot ! Quand les cannes cessent de pousser (en fin d’été en général), réduire les arrosages pour laisser sécher le substrat entre deux apports d’eau. Cette période est nécessaire pour induire la floraison. Trop d’arrosage peut entraîner une nouvelle croissance avec l’apparition de keikis à la place des boutons floraux.
– Pendant la période de croissance des nouvelles cannes, apporter de l’engrais pour plantes vertes dilué à moitié de la dose préconisée, à chaque arrosage. Cesser quand la croissance des cannes s’arrête, pour favoriser l’induction florale.

Exposition d’orchidées à la SNHF

Du 11 et 13 septembre, la Société Nationale d’Horticulture de France vous propose une exposition vente d’orchidées.

C’est dans les locaux emblématiques de la Société nationale d’Horticulture de France que certains des meilleurs spécialistes se donnent rendez-vous, du 11 au 13 septembre 2009, pour vous permettre de venir admirer des petits bijoux qui sortent rarement de leur cocon protecteur. Passionnés, bavards et enthousiastes, ils répondront à toutes vos questions et sauront vous faire apprécier ces merveilles de la nature si mystérieuses et pleines de surprises.

Derrière des noms parfois imprononçables tels que Paphiopedilum, Phalaenopsis ou Dendrobium, se cachent des beautés à vous couper le souffle tant elles sont uniques, imaginatives, troublantes. Magnifiées par l’utilisation de jeux de lumières subtils dévoilant toute la beauté et la diversité de spécimens venus des quatre coins du monde, ces plantes nous dévoilent tous leurs talents de séductrices. Gilles Bosquet, artiste naturaliste, les peindra, en direct, devant vous. Leur allure parfois sophistiquée nous fait oublier que la plupart des orchidées sont des plantes très faciles à vivre, capables de nous apporter de nombreuses satisfactions.

Cette exposition aura une grande valeur culturelle, grâce aux informations de qualité que les organisateurs donneront sur les variétés présentées. Chacune d’entre elles sera accompagnée d’une « carte d’identité » indiquant son origine, ses caractéristiques, ses spécificités… Les sociétés d’orchidophiles amateurs, co-organisatrices de cette manifestation, sont les mieux à même de fournir toutes ces informations. L’exceptionnel centre de documentation de la SNHF mettra son fonds bibliothécaire à la disposition de tous et une belle collection d’ouvrages sera proposée à la vente, grâce à la librairie Bedi & Thomas. Un cycle de conférences, ateliers et démonstrations pour débutants est prévu, pendant toute la durée de l’exposition et des spécialistes proposeront du matériel facilitant la culture des orchidées.

L’orchidée est une plante moderne, tendance. Savez-vous qu’aujourd’hui, l’orchidée se place au 4e rang des plantes les plus vendues en France, derrière le chrysanthème, l’azalée et le bégonia ? 5 millions de pots se vendent chaque année et ces chiffres sont en augmentation constante. Les volumes commercialisés ont explosé en dix ans ! « On vend aujourd’hui en une semaine ce que l’on vendait en 1993 sur une année » avouent certains grossistes. L’origine de cet engouement est dûe à une mise en production intensive par les horticulteurs hollandais, qui a eu le mérite de rendre cette superbe plante accessible au plus grand nombre mais qui s’est fait aussi parfois au détriment de la qualité. Nous vous donnerons les moyens de choisir en toute connaissance de cause. Des producteurs vous proposeront des plantes de qualité en vous prodiguant leurs meilleurs conseils.

Conférences, ateliers et démonstrations :
– Pour les connaisseurs : conférence le vendredi de 10 h 30 à 12 h, « Quels bons conseils donner sur les orchidées ?
– Pour le grand public : conférences et ateliers en continu du vendredi 14 h au dimanche 18 h. Initiation à la culture des orchidées, généralités, les bonnes conditions (lumière, température, hygrométrie), maladies et soins, divers types de culture (appartement, véranda, serre, lumière artificielle). Modules pratiques, aménagements, rempotage, soins.

Horticulteurs exposants :
Marcel Lecoufle, 5, rue de Paris, 94470 Boissy Saint-Léger. Tél. : 01 45 95 25 25. www.orchidee-lecoufle.com
La cour des orchidées, 5, Rue Morillon, 91940 Gometz le Châtel. Tél. : 01 60 12 25 42. www.lacourdesorchidees.fr
AM Orchidées, 3 allée du Cimetière, 77160 Grisy Suisnes. Tél. : 01 60 62 70 08.
http://reglisse-et-saphir.chez-alice.fr/orchidees/orchidees.htm
L’Orchidium, Les moulins à vent, 41700 Fresnes. Tél. : 02 54 79 80 77. www.orchidium.fr
Société Plasnet, ZA Les Après, 21190 Meursault. Tél. : 03 80 24 68 85. www.plasnet.info

Infos pratiques :
SNHF, 84, rue de Grenelle, 75007 Paris.
Du 11 au 13 septembre 2009.
Le vendredi, de 14 h à 18 h.
Le samedi, de 10 h à 20 h.
Le dimanche, de 10 h à 18 h.
Entrée : 6 euros. Prix spécial adhérent SNHF de 4 euros. Tarif étudiant (avec carte) de 2 euros. Gratuit pour les moins de 18 ans.

Métro ligne n°12, station rue du Bac. Autobus lignes n° 63, 68, 69, 83, 84 et 94.

Les organisateurs de l’exposition :
Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), 84, rue de Grenelle, 75007 Paris. Tél. : 01 39 44 78 78. www.snhf.org
Association Française de Culture et Protection des Orchidées (AFCPO), 23, rue d’Alsace, 92300 Levallois-Perret. Tél. : 01 42 70 74 34. www.afcpo.asso.fr
Orchidées et plantes exotiques d’Aquitaine (OPEA), Place de l’église, 33520 Bruges. Tél. : 05 56 57 92 96. http://opea.free.fr/
Bureau Horticole Régional (BHR) Centre Floriloire, 1, rue des Magnolias, 49130 Les Ponts-de-Cé. Tél. : 02 41 79 29 29. www.bhr-vegetal.com

Begonia grandis ssp. evansiana

La fin de l’été réussit bien au Begonia grandis ssp. evansiana. Son feuillage est maintenant opulent et la floraison se décide enfin à se dresser au-dessus des feuilles. Un rendez-vous attendu, qui se renouvelle chaque année.

Quand on voit la potée en fin d’été, on a du mal à imaginer que tout disparaît en hiver et que des petits bulbes dans le sol et des bulbilles tombés à terre, de nouvelles pousses vont sortir vigoureusement. Mon pied a le feuillage pourpre foncé au revers, ainsi que les noeuds des tiges et les pétioles des feuilles. Ce qui donne un dessus des feuilles beaucoup plus vert foncé que les B. grandis spp. evansiana classiques. Dont voici une photo prise avant hier dans les jardins de Claude Monet, à Giverny (27).J’ai d’ailleurs été surpris d’apprendre que le peintre célèbre connaissait déjà et cultivait cette espèce encore si peu diffusée de nos jours. Et pourtant, pour les jardins et balcons ombragés, c’est une plante plus qu’intéressante !

Les fleurs roses de mon bégonia sont assez grandes aussi. Une belle variété, robuste et prolifique, qui devient presque iridescente quand la lumière est plus faible.

J’ai aussi la variété à fleurs blanches, mais elle est submergée par les sceaux de Salomon et son développement reste toujours assez confidentiel. Pas de floraison cette année d’ailleurs !

La floraison tardive de cette espèce de bégonia parfaitement rustique fait qu’on la trouve plutôt à l’automne dans les fêtes des plantes. À surveiller en ce moment !

La rentrée des plantes d’intérieur

Les belles journées ensoleillées sont suivies de nuits très fraîches. Trop froides pour laisser dehors les plantes d’intérieur installées sur le balcon pendant l’été. Aujourd’hui, j’ai rentré toutes les potées.

Inutile d’attendre plus longtemps, la forte amplitude thermique entre le jour et la nuit n’est pas appréciée par certaines espèces exotiques, notamment les hibiscus roses de Chine qui ne supportent guère des températures nocturnes à 12 °C, voir moins. Et plus on prolonge le séjour à l’extérieur, plus l’adaptation à l’intérieur est difficile. Ce matin, j’ai donc réintégré mes potées de dorsténias, de masdevallia, de rhipsalis et d’haworthia.

Mais auparavant, une inspection minutieuse des pots et des feuillages a été nécessaire pour dépister d’éventuels parasites ou des feuilles malades. Il ne faut pas hésiter à sortir les pots des cache-pots, car j’ai déjà trouvé des cochenilles accrochées à l’intérieur des parois, entre les deux pots.

Et le plus dur ensuite, c’est de trouver une place à chacune des potées. Une bonne place, avec suffisamment de lumière. Cette année, je m’en tire bien, je n’ai pas eu de problème, surprenant !

Cissus amazonica, vigne d’intérieur argentée

L’approche de la rentrée marque l’arrivée de nouveaux arrivages de plantes d’intérieur dans les jardineries qui font le plein. Avec souvent un rapport qualité/prix intéressant. J’ai flashé sur une belle vigne-vierge d’intérieur, Cissus amazonica.

Ses feuilles lancéolées présentent une teinte vert grisé ou argentée surtout au niveau des nervures très marquées. Une couleur assez étrange en fait…
La potée est conduite sur tuteurs, mais j’ai bien envie de l’accrocher en haut d’un mur et de laisser les tiges retomber en rideau. Ca pourrait être pas mal… Et je pourrai vaporiser plus facilement le feuillage, car il semble que cette belle liane exotique exige une hygrométrie élevée. On verra bien cet hiver…

Je l’ai trouvé dans le magasin Delbard, sur le quai de la Mégisserie (Paris 1er). Il y avait des Dorstenia brasiliensis énormes !

Trio d’hibiscus blancs

Pour commencer cette semaine de rentrée, un joli trio de fleurs d’hibiscus (Hibiscus coccineus ‘Alba’) d’un blanc très pur.

Passez une bonne journée, qui s’annonce chaude après la nuit fraîche. Et une excellente semaine à tous ceux qui reprennent… ou continuent ;-)))