Archives de mots clés: jardinage

Ma mini serre de boutures

Boutures de saintpaulias et de bégonias dans une mini serre, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Je me suis installé une mini serre pour abriter mes boutures de saintpaulias et de bégonias, notamment les feuilles achetées sur eBay toujours beaucoup moins chères que les jeunes plants déjà bien enracinés.

Boutures de saintpaulias et de bégonias dans une mini serre, plante d'intérieur, Paris 19e (75)Certains des vendeurs sur eBay m’ont aussi fait des cadeaux de boutures de feuilles non racinées avec les saintpaulias achetés. Pendant le transport, certaines feuilles se sont cassées et comme elles étaient en bon état, je les ai conservées. De ce fait, je me suis vite retrouvé avec un beau lot de boutures à garder au chaud et à la lumière. Une nursery s’imposait !

Boutures de saintpaulias dans une mini serre, plante d'intérieur, Paris 19e (75)J’ai choisi une mini serre de la marque Romberg, modèle Alexander, avec un couvercle assez haut et des aérations sur le dessus faciles à régler et j’ai acheté une rampe d’éclairage à leds de la marque Chihiros Série A+ , modèle A501+ (longueur 50cm).

Cette rampe d’éclairage réglable possède 7 réglages d’intensité lumineux. Elle est recommandée pour la culture des plantes, notamment pour l’aquascaping. Ses caractéristiques techniques : 8000°K environ, équipée de 99 led blanches de 0.33w, environ 4800 Lumens. Longueur de 50 cm, largeur de 6cm pour une épaisseur d’environ 1cm. Avec le variateur d’intensité (« dimmer »), je peux adapter la lumière diffusée pour qu’elle ne soit ni trop forte ni insuffisante.

Ma mini serre est installée sur le couvercle de mon plus grand aquarium. L’éclairage de ce dernier chauffe doucement le fond de la serre ce qui est parfait pour les jeunes boutures qui ont chaleur et lumière à volonté.

Je ne pensais pas remplir cette mini serre aussi vite. Mais je n’aime pas jeter des belles pousses après une taille dans mes terrariums. Les boutures sont très jeunes, certaines viennent d’être mises en pot, mais quand elles vont se développer, j’ai bien peur d’avoir très vite le besoin de les distancer pour leur permettre de grossir.

1 brique pour 11 l de terre de fibre de coco

Ugro brique fibre de coco deshydraté compressé, substrat, Paris 19e (75)
Toujours en quête d’un substrat léger pour mes bouturages et la culture de mes saintpaulias, mais aussi celle des épiscias et des bégonias qui redoutent tous l’excès d’humidité au niveau de leurs racines, j’ai acheté cette brique de fibres de coco compressées et déshydratées. Un petit pavé de 750 g mais qui, après réhydratation, permet d’obtenir 11 litres de substrat poreux.

Les dimensions de la brique sont : 20 x 10 x 5.5 cm. Pour le jardinier qui porte la charge, 750 grammes seulement pour obtenir un tel volume ensuite, c’est super. Parfait pour le jardinier urbain !

Les fibres de coco possèdent d’excellentes propriétés de rétention d’eau et d’aération qui favorisent une croissance rapide du système racinaire de la plante. Celles proposées par la marque UGRO sont riches en trichodermas, un micro-organisme qui lutte contre la pourriture des racines et stimule la croissance des plantes. Un substrat 2 en 1, de surcroit acide (pH de 6,3) ce qui devrait plaire à mes saintpaulias et bégonias.

Ce ne sera pas le seul composant du substrat que je vais employer. Je vais y ajouter de la perlite et un engrais organique obtenu à partir du guano de chauve-souris. Je n’ai pas trouvé ces produits dans une jardinerie, mais dans un growshop : L’Or Vert (Paris 5e).

Le repos du cactus

Chamaecereus silvestrii, cactus, Cactacées, potée, balcon, Paris 19e (75)Le mois de septembre touche à sa fin et malgré les températures plus clémentes et le soleil de ces derniers jours, il faut songer au repos hivernal des potées de cactus.

Même si le temps s’est bien adouci pour devenir presque estival dans la journée, il ne faut plus trop arroser les potées de cactus. Au contraire, il faut veiller à bien laisser le substrat se dessécher avant d’arroser une nouvelle fois. Un arrosage effectué en début de matinée et non plus le soir car les nuits sont trop fraiches désormais. Basses températures et humidité, c’est un cocktail dangereux pour ces plantes succulentes sensibles à la pourriture des racines et du collet. Et bien sûr, on ne laisse pas de l’eau stagner dans la soucoupe ou le cache-pot.

Et gare aux limaces pour ceux qui ont des potées autour de la maison, à proximité du jardin.

Ma potée de cactus cornichon (Chamaecereus silvestrii ‘El Gigante’) a beaucoup poussé cette année, au point d’occuper tout son pot. L’emplacement attribué lui a bien réussi. Le pot est bien drainé, l’eau ne stagne pas au niveau des racines. Mais la terre s’assèche quand même assez lentement, aussi je n’arrose presque plus. Le but est d’avoir un substrat bien sec quand les premiers froids seront annoncés. Je placerai la potée sous plusieurs couches de voile d’hivernage, tout contre le mur de l’appartement. Bien au sec !

Fête du Jardinier Amateur de Thiais les 16 et 17 septembre 2017

Affiche de la Fête du Jardinier Amateur, Palais omnisports, Thiais (94), septembre 2017

La Fête du Jardinier Amateur de Thiais dans le Val de Marne fêtera ses quarante ans le week-end des 16 et 17 septembre 2017.

Le « Jardinier amateur » de Thiais a vu le jour en septembre 1977 ! C’était autour d’un concours récompensant les plus belles présentations de fruits et légumes cultivés dans les nombreux jardins familiaux ou particuliers de la ville que s’organisait ce rendez-vous. À l’époque, La Fête du Jardinier amateur était la seule manifestation importante qui existait sur le thème du jardin en Ile-de-France.

Dans les années 70, le jardinage n’était pas encore « tendance » et cultiver poireaux, carottes, courges ou potirons ne faisait guère rêver ! On était loin d’imaginer que les Parisiens feraient pousser des petits légumes et des herbes aromatiques sur leurs balcons et vanteraient les qualités de la permaculture ! Très en avance sur son temps, la ville de Thiais a soutenu des projets en faveur de la nature et du jardin. Aujourd’hui encore, au travers des nombreux ateliers verts qu’elle organise pour les enfants et la création d’un jardin pédagogique animé par une association de jardiniers (Générations Jardins de Thiais), elle incite à la protection de l’environnement et du cadre de vie.

La Fête du Jardinier amateur est devenue un grand rendez-vous populaire qui attire tous les ans environ 15000 personnes. L’entrée de la fête et les diverses animations sont gratuites. (suite…)

MOOC « Santé des plantes : de l’observation au diagnostic »

La Société Nationale d’Horticulture de France, avec l’appui d’Agrocampus Ouest, lance le MOOC « Santé des plantes : de l’observation au diagnostic ».

Logo de la Société Nationale d'Horticulture de FranceLa suppression prochaine des produits phytosanitaires de synthèse pour les jardins, les espaces végétalisés et infrastructures (JEVI) dont font partie les jardins amateurs, impose un accompagnement des utilisateurs. Ces produits peuvent être remplacés par des techniques dites « alternatives ». Ces techniques sont propres à chaque bioagresseur pour une période donnée. Il est donc primordial de savoir reconnaitre les bioagresseurs et autres causes de désordre affectant la santé et le développement des plantes pour viser au plus juste.

Ce MOOC donne toutes les clefs pour passer d’une simple observation au diagnostic, afin d’identifier précisément les causes de désordre affectant la santé des plantes : comprendre le fonctionnement des plantes, connaitre et identifier les principaux ravageurs et maladies des plantes. (suite…)

Nouveau : la MicroFerme de Gally

Les Fermes de Gally, logoLes Fermes de Gally développent des actions pédagogiques autour de l’agriculture destinées à transmettre les savoir-faire des métiers de la terre et à sensibiliser le public à la nature. En 2017, elles lancent un programme dont l’ambition est de reconnecter l’urbain au jardinage : la micro-ferme de Gally.

Après les Saints de glace, Les Fermes de Gally vont planter leur jardin vivrier au cœur de la pépinière du magasin : un potager avec notamment des poules, des ruches, un hôtel à insectes et un composteur. Chacun peut venir donner un coup de main et … apprendre en plantant, greffant, sarclant…

Ainsi Les Fermes de Gally vont créer un lieu fédérateur et d’échanges ouvert tous les jours. Les animations y sont organisées selon une démarche de « j’apprends en faisant moi-même, en m’amusant ». Sur place, les jardiniers – un jardinier traditionnel et un étudiant en agriculture urbaine -, répondent aux questions. Cette opération est conçue pour que chacun y trouve des idées et des conseils d’aménagements, des produits et des matériaux pour faire son propre potager – du micro au jardin potager.

Les solutions et techniques proposées s’adaptent à tous les milieux ; pour la plupart hors sol, elles s’affranchissent des contraintes du sol. Plus besoin d’avoir de la terre de bonne qualité, voire même plus d’obligation d’avoir un carré de jardin : vous placerez votre potager où vous le souhaitez ! L’entretien des cultures est plus simple, nécessite moins d’outil et les interventions sont plus simples et plus rapides.

Informations pratiques
Ferme de Gally et magasin,
Route de Bailly (D7),  78210 Saint-Cyr-l’École.
Tél. : 01 30 14 60 86.
Ouvert du lundi au dimanche sans interruption de 9h30 à 19h. Ouvert pendant les vacances scolaires et les jours fériés aux horaires habituels.