Archives de mots clés: campagne

Les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à une vitesse vertigineuse

Les derniers résultats de deux études de suivi des oiseaux, l’une menée à une échelle nationale, l’autre plus localement, viennent d’être diffusés. Les chercheurs du Muséum national d’Histoire naturelle et du CNRS arrivent au même constat : les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à grande vitesse. En moyenne, leurs populations se sont réduites d’un tiers en 15 ans. Au vu de l’accélération des pertes ces deux dernières années, cette tendance est loin de s’infléchir…

Grâce à des ornithologues amateurs et professionnels qui identifient et comptent les oiseaux sur tout le territoire métropolitain, le STOC (Suivi Temporel des Oiseaux Communs, un programme de sciences participatives porté par le Muséum national d’Histoire naturelle au sein du CESCO), produit des indicateurs annuels sur l’abondance des espèces dans différents habitats (forêt, ville, campagne etc.). Les relevés effectués en milieu rural mettent en évidence une diminution des populations d’oiseaux vivant en milieu agricole depuis les années 1990. Les espèces spécialistes de ces milieux, comme l’alouette des champs, la fauvette grisette ou le bruant ortolan, ont perdu en moyenne un individu sur trois en quinze ans. Et les chiffres montrent que ce déclin s’est encore intensifié en 2016 et 2017.

Alouette des champs, Alauda arvensis, photo Fotolia / mirkograul
Ces résultats nationaux sont confirmés par une seconde étude menée à une échelle locale sur la Zone atelier « Plaine & Val de Sèvre » portée par le CNRS. Depuis 1995, des chercheurs du CEBC suivent chaque année, dans les Deux-Sèvres, 160 zones de 10 hectares d’une plaine céréalière typique des territoires agricoles français. En 23 ans, toutes les espèces d’oiseaux de plaine ont vu leurs populations fondre : l’alouette perd plus d’un individu sur trois (-35%) ; avec huit individus disparus sur dix, les perdrix sont presque décimées. Ce déclin frappe toutes les espèces d’oiseaux en milieu agricole, aussi bien les espèces dites spécialistes – fréquentant prioritairement ce milieu -, que les espèces dites généralistes – retrouvées dans tous les types d’habitats, agricoles ou non. Or d’après le STOC, les espèces généralistes ne déclinent pas à l’échelle nationale ; la diminution constatée est donc propre au milieu agricole, sans doute en lien avec l’effondrement des insectes.

Cette disparition massive observée à différentes échelles est concomitante à l’intensification des pratiques agricoles ces 25 dernières années, plus particulièrement depuis 2008-2009. Une période qui correspond entre autres à la fin des jachères imposées par la politique agricole commune, à la flambée des cours du blé, à la reprise du sur-amendement au nitrate permettant d’avoir du blé sur-protéiné et à la généralisation des néonicotinoïdes, insecticides neurotoxiques très persistants.

Ces deux études, menées toutes deux sur une vingtaine d’années et à des échelles spatiales différentes, révèlent l’ampleur du phénomène : le déclin des oiseaux en milieu agricole s’accélère et atteint un niveau proche de la catastrophe écologique. En 2018, de nombreuses régions de plaines céréalières pourraient connaître un printemps silencieux (« Silent spring ») annoncé par l’écologue américaine Rachel Carson il y a 55 ans à propos du tristement célèbre DDT interdit en France depuis plus de 45 ans. Si cette situation n’est pas encore irréversible, il devient urgent de travailler avec tous les acteurs du monde agricole pour accélérer les changements de pratiques ; et d’abord avec les agriculteurs qui possèdent aujourd’hui les clés pour infléchir la tendance.

Opération « Une jonquille pour Curie » avec Truffaut

Opération Une jonquille pour Curie, mars 2018Partenaire et fondateur depuis 2004, Truffaut se mobilise une nouvelle fois pour l’opération “Une jonquille pour Curie” et donne rendez-vous au plus grand nombre dans leurs magasins partout en France pour participer à cette grande campagne de solidarité.

Logo Truffaut 2018

  • Truffaut propose un sac solidaire exclusif et en édition limitée au prix de 3,50 € et reversera 1 € pour chaque sac vendu.

    Sac Une Jonquille pour Curie 2018, Truffaut, création Terry de Gunzburg

  • Pour chaque bouquet de jonquilles vendu 2€, 1€ sera reversé à l’Institut Curie.
  • Truffaut offrira 14 000 pots de jonquilles qui seront vendus par les bénévoles dans toute la France au profit de l’Institut Curie : ce sont près de 70 000€ qui pourront être récoltés en faveur de la recherche et contre le cancer.
  • Truffaut met en place pour la 5e année consécutive, son opération en partenariat avec les influenceurs en distribuant 100 “sacs solidaires”.
  • Une team Truffaut participera à la course de la jonquille le 25 mars 2018.

La place du Panthéon (Paris 5e), lieu emblématique de l’opération, se parera de jaune pour 5 jours de mobilisation dans une ambiance festive, du 13 au 17 mars 2018. Les parrains, les marraines et les partenaires de l’événement lanceront la campagne nationale en participant aux différentes animations (vélos connectés, slalom virtuel, vente de jonquilles offertes par Truffaut, etc.).

La gare Saint-Lazare sera le point de départ du JonquilloTour. Cette caravane aux couleurs de la jonquille sillonnera la France du 13 mars au 8 avril 2018 proposant des animations pour tous et la vente de produits solidaires.

Cliquer sur le lien pour faire un don à l’Institut Curie.

Journées des Chemins du samedi 1er avril au dimanche 9 avril 2017

Journées des Chemins, avril 2017
La vingt-quatrième édition des Journées des Chemins se déroulera du samedi 1er avril au dimanche 9 avril 2017. Proposées et coordonnées par le CODEVER, les Journées des Chemins sont destinées à sensibiliser l’opinion publique à la disparition des chemins, à réhabiliter l’image des pratiquants de loisirs verts et à défendre leur liberté de circuler.

Chaque année, des milliers de particuliers, associations, élus locaux, partent sur le terrain avec serpes, tronçonneuses et tractopelles pour débroussailler des kilomètres de chemins et ramasser des tonnes de déchets.

Deux nouveaux soutiens pour cette 24ème édition
Le Syndicat National des Professionnels du Quad et de la Motoneige (S.N.P.Q.N) et Equiliberté, une Fédération Nationale des Randonneurs Équestres, soutiennent désormais les Journées des Chemins. Leur renfort porte à huit le nombre des associations et fédérations encourageant la réhabilitation des chemins ruraux. En cette année d’échéances électorales majeures, le Codever et les randonneurs souhaitent montrer aux politiques leur attachement au patrimoine et à la liberté de circuler.

Objectifs de l’opération « Journées des Chemins« 

  • Promouvoir une attitude de développement durable
  • Sensibiliser l’opinion publique sur la nécessité d’entretenir les chemins sous peine de les voir disparaître
  • Promouvoir un partage citoyen des chemins entre les différents usagers
  • Lever les préjugés sur les pratiquants de loisirs verts motorisés dont le comportement est trop souvent décrié
  • Défendre la liberté de circuler sur les chemins, quel que soit le moyen de locomotion

À l’heure où la préservation de notre planète est un enjeu majeur de notre société, les Journées des Chemins apportent une pierre à l’édifice de notre environnement.

Les loisirs verts confrontés à la sanctuarisation des campagnes
De plus en plus nombreux, les pratiquants des loisirs verts ont besoin d’itinéraires et de zones de pratiques. De nos jours, la vente des chemins ruraux par les communes s’est heureusement fortement ralentie. En revanche, les budgets communaux sont en berne et la sanctuarisation des campagnes s’accroît (Parcs Nationaux, Parcs Naturels Régionaux, zones Natura 2000…). Ces contraintes n’incitent pas les collectivités à réhabiliter les chemins embroussaillés. Le Codever invite donc les adeptes des loisirs verts à partir à la reconquête des chemins oubliés et à défendre notre patrimoine ainsi que le principe d’un accès libre et raisonné à la nature.

À vos pelles, vos sécateurs… Rendez-vous pour les Journées des Chemins du 1er au 9 avril 2017. Mode d’emploi, fiche d’inscription chantier, carte des chantiers… Toutes les infos sur www.journeesdeschemins.fr

Le déclin inquiétant de la biodiversité ordinaire

Baleine, affiche, campagne pour alerter sur le déclin de la biodiversité ordinaire, Noé et agence Fred et Farid
À l’heure où s’ouvre la Commission Baleinière Internationale, l’association Noé lance une campagne nationale de sensibilisation pour mettre en lumière les menaces qui pèsent sur la biodiversité ordinaire et le rôle essentiel des multiples espèces méconnues qui nous entourent.

Le déclin des espèces animales emblématiques (baleine, tigre, grand panda, ours, rhinocéros, etc.) suscite une réaction affective forte du grand public, contrairement à la diminution des populations des espèces dites « ordinaires ». Méconnues et oubliées du fait de leur petite taille et de leur aspect banal, leur sort nous laisse indifférent. C’est en effet à peine si on s’aperçoit qu’elles disparaissent…

Avec une signature de campagne éloquente, « Dans l’ombre des plus grands, les plus petits disparaissent », Noé plaide pour que l’attention portée à la biodiversité extraordinaire ne nous fasse pas oublier les menaces qui pèsent sur la biodiversité ordinaire. (suite…)

Une orchidée pour chaque personnalité

Phalaenopsis, Office hollandais des fleurs
À visiter en septembre : l’exposition du photographe de rue et de mode, Daniel Bruno Grandl. 12 personnalités universelles et les orchidées qui leurs correspondent sont le cœur de cette nouvelle exposition à l’Espace Beaurepaire (Paris 10ème).

La nouvelle campagne de communication des orchidées est mise à l’honneur par le photographe Daniel Bruno Grandl. Observateur des tendances urbaines mondialement connu il a pris en photo 12 archétypes de personnalités universelles dans une mise en scène inspirée de ses street styles ainsi que les orchidées correspondantes. Du jeudi 1er septembre, Journée Internationale de l’Orchidée, jusqu’au 13 septembre le résultat du travail de Daniel Bruno Grandl – ainsi que de nombreuses orchidées – sera accessible gratuitement à l’exposition « Montrez qui vous êtes » à l’Espace Beaurepaire situé dans le 10ème arrondissement de Paris.

Du 2 au 11 septembre 2016
Lundi / Mardi : Fermé
Mercredi / Vendredi : de 15h à 19h
Samedi / Dimanche : de 14h à 19h (suite…)

Mobilisation pour éviter à des milliers d’animaux le traumatisme de l’abandon

N'abandonnez jamais, campagne de la SPA, été 2016
Constatant une hausse de 27% des abandons dans ses structures au premier trimestre 2016, la Société Protectrice des Animaux (SPA) appelle à la mobilisation pour éviter à des milliers d’animaux le traumatisme de l’abandon.

Les 887 belles rencontres qui ont eu lieu lors des dernières Portes Ouvertes ne suffisent pas à compenser un mois de mai des plus inquiétants : près de 10% d’abandons supplémentaires comparé à mai 2015. En mettant en avant l’adoption responsable dans nos refuges, la SPA a contribué à faire changer le regard sur l’animal : les adoptants sont avertis et conscients de leurs devoirs. En cela, nous avons gagné une grande victoire, car moins de 5% des adoptions se soldent par un échec. Nous assurons une vie stable à nos pensionnaires et la sérénité de leur nouvelle famille », explique Natacha Harry, Présidente bénévole de la SPA.

Mais l’été reste toujours une période d’intense souffrance pour les animaux : « les abandons ne cessent de se répéter et d’augmenter d’année en année, même en dehors de la traditionnelle période estivale. Les raisons sont nombreuses et parfois obscures. Au palmarès des motifs invoqués, on trouve inlassablement les séparations, les déménagements et les allergies qui apparaissent subitement après des années de cohabitation. Cela nous attriste car les animaux sortent très traumatisés d’une telle expérience », souligne Natacha Harry.

Faire gagner la cause animale, c’est ne jamais abandonner ! Pour agir, la SPA appelle :

  • à la vigilance : la SPA met à la disposition de tous pour la deuxième année consécutive le numéro vert Allo Animal Perdu – 0800 300 400, un service d’assistance pour ceux qui ont trouvé ou perdu un animal. En service du 15 juin au 31 août, du lundi au samedi de 8h à 20h, le dimanche de 10h à 17h ;
  • à la solidarité : par un don qui permettra aux refuges de la SPA de prendre en charge dans les meilleures conditions la vague de nouveaux pensionnaires qui ne manquera pas d’affluer dans les refuges. Pour cela, la SPA a développé un mini-site de collecte « TeamForPets », pour organiser au mieux son équipe de choc contre l’abandon. En ligne du 15 juin au 31 août sur nabandonnezjamais.la-spa.fr