plante grimpante

Tous les végétaux qui s’accroche naturellement ou se palissent sur un support

Géante, la vigne-vierge du collège Lucie Aubrac

Le collège Lucie Aubrac, au 62 de la rue Fontaine au Roi dans le 10ème arrondissement de Paris est couvert d’une immense vigne-vierge.

Spectacle verdoyant, superbe drapé de verdure, bel exemple de mur végétal.
À revoir l’automne prochain, pour une façade flamboyante…

Lierre au feuillage découpé et panaché

Pour ce premier week-end estival chaud et ensoleillé, je suis allé faire un tour en Haute-Normandie dans de superbes jardins. En arrivant dans le jardin de Valérianes (76), j’y ai découvert un superbe lierre aux grandes feuilles laciniées et panachées de blanc crème.
Les feuilles assez grandes sont très échancrées, avec des lobes fins et pointus. Le vert vif et brillant du limbe est plus ou moins taché de blanc crème, certaines feuilles étant même complètement blanches.La propriétaire du jardin de Valérianes m’a fait un superbe cadeau : un drageon déjà bien enraciné, qui va pour le moment rester dans un pot à part sur mon balcon. Le temps que la pousse reparte et s’étoffe davantage. Après j’ai très envie de le faire courir sur le mur…

Histoire de feuilles jaunes, rouges, mortes

Ca jaunit à tout va dans la capitale et les feuilles jonchent de plus en plus le sol. Superbe spectacle surtout quand un beau soleil et un ciel bleu servent de toile de fond aux arbres dorés ou enflammés comme ce fut le cas aujourd’hui. Mais pourquoi des feuilles jaunes, orange ou rouges ? Pourquoi ces tapis de feuilles mortes ? Les nuits plus fraîches depuis la fin de l’été et le raccourcissement de la durée du jour provoquent des changements dans les arbres, qui secrètent notamment de l’éthylène. Chaque plante réduit ses dépenses énergétiques, notamment dans les parties les plus susceptibles de souffrir du froid à venir.Les feuilles sont donc peu à peu isolées des canaux conducteurs de sève qui parcourent les branches et les brindilles. Un bouchon de liège se forme progressivement à la base des pédoncules des feuilles qui se trouvent ainsi de plus en plus privées de la sève nourricière, nécessaire pour la synthèse de chlorophylle (qui donne la couleur verte !). Celle-ci se dégrade et diminue d’autant pour laisser la place aux autres pigments contenus dans les limbes foliaires.

Des pigments jaunes (xanthophylles) comme dans les feuilles de tilleuls, de bouleaux, de gledistsias ou de robiniers faux-acacias. Le rouge de certaines feuilles provient de l’accumulation d’anthocyanines à l’origine des superbes coloris rouges qui font le succès des vignes-vierges, des aronias ou de certains érables. Les carotènes donnent les coloris orange.Il paraît que les feuilles des branches placées tout près des lampadaires tombent moins vite que celles qui en sont plus éloignées…

Renouée de Chine, l’automne lui va si bien !

La renouée de Chine (Fallopia aubertii) attend la fin de l’été et l’automne pour se parer d’une abondante floraison vaporeuse, très appréciée des insectes pollinisateurs.Renouée d’Aubert, renouée de Chine, renouée de Boukhara, renouée du Tukerstan, les noms communs ne manquent pas à cette vigoureuse plante grimpante. Et les noms latins non plus ! Dénommée actuellement Fallopia aubertii, cette liane a un temps été répertoriée comme Polygonum baldschuanicum et Reynoutria baldschuanica. Des noms que l’on retrouve parfois sur les étiquettes, qui suivent plus lentement les mises à jour de la classification botanique.Quel que soit le nom sous lequel vous trouvez cette belle plante, sachez qu’elle est d’une vigueur exceptionnelle. Ses fines tiges peuvent atteindre de 10 à 15 m de longueur, avec une croissance annuelle qui peut atteindre 3 à 5 m. Une aubaine dans un nouveau jardin ensoleillé pour cacher un grand mur ou une construction disgracieuse. Dans les petits jardins, sur une terrasse ou dans une cour, il faut s’attendre à être vite envahi, la renouée ne se gênant pas pour étendre ses pousses volubiles chez les voisins. Elle n’a pas de crampon comme certaines vignes vierges, mais cela ne l’empêche pas de s’enrouler au moindre support à sa portée, quand elle ne se laisse pas courir.Mais quel spectacle en fin d’été et au début de l’automne quand les grands panicules de petites fleurs blanches recouvrent presque tout le feuillage. L’ensemble est nettement moins joli au coeur de l’hiver quand les gelées ont fait tomber le feuillage et dégarnissent les longues tiges. C’est d’ailleurs la bonne période pour tailler cette géante que rien n’arrête. Mais pour le moment, l’heure est à la plantation ou à la contemplation dans les jardins de Paris et d’Île-de-France.

D’autres couleurs d’automne dans la ville

Le vent et la pluie de ce dimanche ne m’ont pas empêché d’aller faire un tour dans la capitale, à la recherche de beaux feuillages d’automne. Belle promenade au grand air, couleurs flamboyantes et lumineuses au rendez-vous.
De l’or sur l’Île Saint-Louis (Paris 4ème),Eclats empourprés dans le jardin des Halles (Paris 1er),Or et feu dans le cimetière de Montmartre (Paris 18ème) avec de superbes vignes-vierges,Comment sont les feuillages dans votre jardin et votre région ?

Le lierre fleurit, syrphes et abeilles sont à la fête

Belle ballade dans le superbe cimetière du Père Lachaise (Paris 20ème) cet après-midi, sous un ciel souvent très chargé de nuages noirs, mais heureusement sans pluie. Le mur côté avenue Gambetta était tapissé de lierre arbustif en pleine floraison. Une vraie ruche !La floraison du lierre n’est pas une chose très commune. Voir tout un mur couvert de lierre en fleur est encore moins fréquent. Les fleurs sont assez insignifiantes, le parfum plutôt déplaisant, mais seulement pour les humains, car les insectes pollinisateurs s’en donnaient à coeur joie cet après-midi. Syrphes, abeilles, grosses mouches bleues, bourdons et même quelques guêpes, tous ce petit monde bruissaient et virevoltaient, indifférent aux bourrasques de vent et aux lourds nuages qui menaçaient. Les fleurs ne manquent pourtant pas dans le cimetière encore bien fleuri, mais le lieu de rendez-vous et le festin était sur ce grand mur de lierre. Pollen et nectar à volonté !