Archive journalières: 22 mai 2009

Aménagement d’un jardin dans la Cité Norvins (Montmartre)

La Ville de Paris a procédé le 20 mai dernier à l’abattage de cinq arbres présentant un état de dépérissement irréversible dans le jardin de la Cité Norvins située dans le quartier de Montmartre (Paris 18ème).

Cette opération, lancée après avoir obtenu toutes les autorisations administratives nécessaires (ABF, Préfecture de Paris notamment) a permis de sécuriser le site, condition indispensable au lancement des aménagements nécessaires à la création d’un jardin ouvert aux habitants du quartier.

Ce jardin totalisera 625 mètres carrés sur les 6 000 mètres carrés que compte ce terrain inscrit comme espace vert protégé dans le PLU et actuellement ouvert aux seuls artistes résidant dans la Cité Internationale des Arts. La création de ce jardin s’inscrit dans le programme municipal d’ouverture au public de 30 hectares supplémentaires d’espaces verts sous la mandature.

L’aspect très végétal, arboré et sauvage du site sera préservé. La végétation naturelle qui a colonisé cet espace depuis plusieurs années sera donc conservée, ainsi que la presque totalité des arbres. Enfin, le futur jardin, entouré d’une clôture de châtaignier qui sera peu à peu recouverte par des plantes grimpantes, sera accessible aux personnes à mobilité réduite grâce à la création d’une petite allée à pente douce autour de laquelle des bancs seront par ailleurs disposés.

Ce projet de création d’un nouveau jardin a été soumis à la concertation des riverains et conseillers de quartier qui l’ont approuvé en novembre 2008. L’ouverture du jardin devrait intervenir à la fin de l’année 2009.

Dernières plantations sur mon balcon

Cette fois-ci, j’ai toutes les plantes dont j’avais besoin et je me suis une nouvelle fois lancé dans une séance de repiquage. Tout est maintenant planté ! Ouf, le balcon est fini, fin prêt pour la belle saison…


(De haut en bas :
Pinellia tripartita, suspension de bégonia Bonfire, Geranium phaeum ‘Margaret Wilson’, Veronicastrum affinis laevigatum, Athyrium filix-femina ‘Lady in Red’, phalangère)

(De haut en bas :
suspension demi-lune avec un bégonia Bonfire, Epimedium perraldianum et la paire de bottes Le Chameau achetée lors des journées des plantes de Courson et mise à sécher après un grand nettoyage plus que nécessaire – LOL -)

J’ai comblé le moindre espace vide, en principe en laissant suffisamment de place pour que les plantes voisines l’une de l’autre ne s’étouffent pas en poussant. J’ai quand même du élaguer quelques pousses du saruma (Saruma henryi) qui faisait trop d’ombre à son voisin, un strobilanthe plus tardif qui n’en finissait pas de trouver sa place et la lumière… Maintenant il n’y a plus qu’à entretenir, arroser (souvent !) et… regarder.
Et vous, avez-vous terminé toutes vos plantations ?

Journée internationale de la diversité biologique

Le 22 mai est la journée internationale de la diversité biologique (JICB). Cette année, elle a pour thème les espèces exotiques envahissantes (EEE). Plusieurs manifestations sont prévues au Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN).

1 – Exposition du 22 mai au 5 juin : les espèces exotiques envahissantes.
Les espèces exotiques introduites ont souvent des impacts négatifs pour la biodiversité, la santé ou l’économie. Le nombre d’introductions d’espèces exotiques explose dans tous les milieux à travers le monde et ce phénomène inquiète aujourd’hui les gestionnaires et les écologues car il s’ajoute aux contraintes multiples que subit déjà la Nature. Au Muséum, des recherches sont conduites sur la taxonomie, la biologie et l’écologie de ces populations animales et végétales.
Une exposition de 12 panneaux vous présentera certains exemples et vous aidera à comprendre quels sont les enjeux liés aux espèces invasives.

Infos pratiques :
Tous les jours sauf le mardi de 10 h à 17 h 15.
Hall de la Grande Galerie de l’Évolution.

2 – Samedi 23 mai 2009 : Biodiversité, Espèces invasives.
La liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a annoncé que les espèces exotiques, végétales ou animales envahissantes, c’est-à-dire celles qui sont implantées, involontairement ou pas, dans une région qui leur est étrangère représentent la troisième cause de perte de la biodiversité dans le monde. Qu’il s’agisse de micro-organismes, des plantes ou encore des algues, des champignons, des insectes ou des vertébrés, toutes ces espèces, en se développant très rapidement, sont responsables de la moitié de l’ensemble des extinctions des 400 dernières années. Par ailleurs, elles représentent une menace pour l’agriculture, l’élevage ou la pêche, ainsi que sur la santé humaine dans le cas des virus, des bactéries et de certains insectes. Elles causent des dizaines de milliards de dollars de dégâts matériels chaque année.
– 14 h 30 : la grenouille taureau, 37 min., 2008. Réalisation : Philippe Henry.
Dès que la présence de la grenouille taureau a été confirmée en Sologne, fin 2002, elle a fait l’objet d’un consensus entre les acteurs de l’environnement, l’administration et la région pour tenter de l’éradiquer. Des recherches ont été entreprises immédiatement pour délimiter la zone colonisée pendant que débutaient les premières actions pour réduire la population.
– 15 h 10 : la guerre des écureuils, 52 min. Production : Bonne Pioche. Réalisation : Kamel Kézadri.
C’est l’histoire d’un écureuil roux et d’un écureuil gris. L’un est anglais, l’autre a été importé par erreur des États-Unis. Petit à petit, le gris, plus gros, plus glouton et plus résistant, a envahi le territoire de son cousin qui disparaît inexorablement. Défendu par ses supporters, le roux, devient l’espèce prioritaire à protéger.
– 16 h : le dernier choux de Kerguelen, 30 min. Production : Bonne Pioche. Réalisation : François de Riberolles.
Quand l’Homme aborde les terres vierges de Kerguelen, il y a deux siècles, il sonne le début d’une transformation irrémédiable. Les prolifiques lapins de garennes participent à la désertification, 10 000 chats redevenus sauvages ravagent les colonies d’oiseaux marins, deux mille rennes dévorent les mousses et lichens, et les graines introduites supplantent la flore d’origine.
– 16 h 30 : débat avec Jean Patrick Leduc, ingénieur au Muséum national d’Histoire naturelle et Catherine Epain-Henry, ingénieur en écologie.

Infos pratiques :
Le samedi de 14 h 30 à 17 h 30, trois rendez-vous par trimestre.
Films et débats au Grand Amphithéâtre du Muséum.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

3 – Une après-midi de conférences-débats vous est proposée afin de comprendre les impacts négatifs pour la biodiversité, pour la santé ou pour l’économie que peuvent engendrer les espèces exotiques introduites en France.
Des scientifiques du Muséum vous invitent à connaître ces mécanismes d’introduction, de propagation et d’impact, afin d’orienter les stratégies de gestion depuis le législatif (interdiction de vente) jusqu’à notre comportement de citoyen (limitation de relâchés dans la nature).
– Les espèces exotiques envahissantes, une nouvelle atteinte à la biodiversité.
(Philippe Clergeau, département écologie et gestion de la Biodiversité au Muséum).
Une autre vision des impacts et de la gestion des espèces invasives.
(Jean-Philippe Siblet, département écologie et gestion de la Biodiversité au Muséum-.
Les plantes invasives et l’exemple de la Renouée du Japon.
(Noémie Maurel, département écologie et gestion de la Biodiversité au Muséum).
Les écureuils introduits en France et en Europe de l’Ouest : conséquences écologiques, économiques et sanitaires.
(Jean-Louis Chapuis, département écologie et gestion de la Biodiversité au Muséum).
Les amphibiens et reptiles exotiques en France.
(Françoise Serre-Collet, département milieux et peuplements aquatiques au Muséum).

Infos pratiques :
Le dimanche 24 mai à 14 h 30.
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution.
Entrée libre dans la mesure des places disponibles, accueil des publics dès 14 h.

À consulter :
– le site Internet de l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) : www.iucn.org/fr
– le site Internet de l’initiative sur les espèces exotiques envahissantes dans les collectivités françaises d’outre-mer : www.especes-envahissantes-outremer.fr
– La liste rouge des espèces menacées en France.